DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Un artiste marseillais se confine dans un cube de plexiglas

euronews_icons_loading
L'artiste Gaëtan Marron à l'intérieur du cube en plexiglass.
L'artiste Gaëtan Marron à l'intérieur du cube en plexiglass.   -   Tous droits réservés  AFP
Taille du texte Aa Aa

Pour son instalation intitulée "Non essentiel", l'artiste marseillais Gaëtan Marron s'est inspiré de l'année écoulée. Pour une durée de 20 jours, il s'est enfermé dans un cube en plastique transparent de 4m2, au sein du centre commercial Les Docks villages de Marseille.

Les passants peuvent le voir ou lui parler, mais pas le toucher. Pour tuer le temps, Gaëtan Marron lit des livres, dessine ou regarde de la télévision... Comme pendant le confinement. "Je pense que l’art et la culture en général nous ont clairement sauvé pendant ce confinement. Je pense que sans ça, ça aurait été beaucoup plus compliqué. Et pourtant, c’est un des grands domaines oubliés de ce confinement et de cette crise sanitaire ", explique l'artiste-plasticien.

AFP
Gaëtan Marron et des visiteursAFP

Télé, machine à café, tablette, si le cube est doté du confort nécessaire, l'artiste veut montrer qu'il lui manque l'essentiel : les contacts humains. "J’ai le sentiment qu’à notre époque, on passe à côté de ce qui est réellement le vrai contact humain, de ce qu’on appelle aujourd’hui les réseaux sociaux, alors qu’on a perdu le lien social réellement dans cette période, raconte-t-il . Et je pense que ça n’est pas anodin si beaucoup de personnes ne se sentent pas vraiment bien, sont en dépression en ce moment, c’est parce que vraiment on a perdu quelque chose dans tout ça."

Attestation dérogatoire pour aller aux toillettes

L'artiste a accès à un lavabo situé derrière le cube de plexiglass pour boire et se nettoyer. Mais quand il doit aller aux toilettes, il tient à justifier sa sortie. "Je me fais des attestations dérogatoires pour aller aux toilettes que je pose devant, si jamais quelqu’un passe à ce moment-là et que je ne suis pas là."

Pour manger, Gaëtan Marron dépend des dons des visiteurs. Il reçoit toutes sortes de choses :"Des produits d’entretien, de toilette, des livres, ce matin du thé par exemple, et l’idée, c’est vraiment de mettre en avant cette solidarité qu’on a un peu connue pendant le confinement et que j’ai l’impression, particulièrement dans cette période de Noël qu’on oublie."

Avec "Non-essentiel", l'artiste souhaite pousser plus loin la réflexion des passants. "\_En me confinant de mon plein gré à l’heure du déconfinement progressif, je questionne notre libre arbitre et la manière dont nous suivons les règles en tant que société mais surtout en tant qu’individu_", écrit-il.

"Non-essentiel" est à voir jusqu'au 25 décembre aux Docks Village de Marseille.