DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Assaut sur le Capitole : quel avenir pour Trump ?

euronews_icons_loading
Assaut sur le Capitole : quel avenir pour Trump ?
Tous droits réservés  John Minchillo/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved.
Taille du texte Aa Aa

Il y a quatre ans lors de son investiture, Donald Trump évoquait le "carnage américain", expression choc pour dénoncer l'héritage démocrate, qui résonne aujourd'hui sur la fin de son mandat. L'invasion du Capitole a fortement ébranlé le pays qui se présente comme la première démocratie du monde. Si on ignore encore les conséquences à long terme, dans l'immédiat, le président sortant a perdu plusieurs de ses alliés tel que ce sénateur républicain, un ancien proche :

"Trump et moi, avons fait un sacré bout de chemin ensemble. Je déteste que ce soit ainsi. Oh mon Dieu, je déteste ça. De mon point de vue, il a été un président conséquent. Mais aujourd'hui, tout ce que je peux dire, c'est ne comptez plus sur moi. Assez, c'est assez", a déclaré Lyndsey Graham.

"Ne comptez plus sur moi. Trop, c'est trop"

Mick Mulvaney, émissaire des Etats-Unis en Irlande du Nord, a également démissionné. "Je ne peux pas rester, pas après hier. On ne peut pas voir ce qui s'est passé hier et vouloir en être partie prenante d'une quelconque façon", a déclaré sur CNBC celui qui fut le chef de cabinet du tempétueux président.

Plusieurs membres du Conseil de sécurité nationale ont aussi annoncé leur départ.

Mais parmi la base de l'électorat trumpiste, le soutien reste fort selon un sondage réalisé au lendemain des incidents. "Un sondage Yougov publié ce jeudi matin a montré que plus de 45 % des républicains approuvent fortement ou quelque peu la prise d'assaut du Capitole. C'est la frange de la droite américaine qui soutient sans relâche Trump, qui est convaincue de ses fausses affirmations sur le truquage des élections et qui est extrêmement mobilisée. Ce sont eux que beaucoup de politiciens républicains ont malheureusement si peur de s'aliéner, et c'est un segment de la population qui pourrait continuer à soutenir les ambitions politiques de Donald Trump y compris après son départ de la Maison Blanche", analyse Thomas Gift, professeur associé en Sciences politiques à l'University College London.

Donald Trump a survécu au Covid et à la destitution, reste à voir si le soutien de ses fidèles partisans suffira à le sauver de cette ultime crise. Il laisse en tous cas derrière lui, une société américaine plus divisée que jamais, et une nation à l'image abîmée au yeux du monde.