DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Après le Brexit, la cueillette de jonquilles fait grise mine

Par euronews
euronews_icons_loading
Après le Brexit, la cueillette de jonquilles fait grise mine
Après le Brexit, la cueillette de jonquilles fait grise mine   -   Tous droits réservés  Euronews
Taille du texte Aa Aa

Cueillir des jonquilles à tour de bras pour répondre à l'habituelle augmentation de la demande pour la fête des mères qui a lieu ce dimanche : c'est la tâche qui attendent ces rares cueilleurs de jonquilles au Royaume-Uni.

Rares, car pour les exploitants de plantes ornementales, la fin de la libre circulation des personnes qui fait suite au Brexit, combinée aux restrictions sanitaires, a rendu le recrutement de la main d'oeuvre très difficile cette année. Résultats, des millions de jonquilles faneront sans avoir été vendues.

"Le plus gros problème c'est vraiment le personnel", explique Kevin Haynes, responsable horticole. "Normalement, nous aurions eu cent ou cent cinquante personnes aujourd'hui pour faire la cueillette et et il n'y en a plus que vingt-cinq."

Les jonquilles constituent pourtant un marché de plusieurs millions de livres dans ce comté du Lincolnshire, dans le nord-est de l'Angleterre ; un marché exclu du programme d'admission de travailleurs agricoles issus de l'UE prévu pour certains secteurs après la fin de la période de transition post-Brexit.

"Avant le Brexit, une moyenne de vingt-cinq millions de jonquilles étaient cueillies chaque année dans cette exploitation", raconte notre correspondant Luke Hanrahan. "_Après le Brexit, on s'attend maintenant à ce que ce chiffre soit plus proche des six millions. Cela s'explique par le fait que les ressortissants de l'Union européenne n'ont pas le droit de venir travailler ici, les plantes ornementales étant classées dans une catégorie différente de celle des fruits et légumes. Et cela a déjà un impact massif pour les floriculteurs britanniques". _

Seuls les producteurs de denrées alimentaires peuvent faire appel à des travailleurs saisonniers venus de l'UE. Ces cueilleurs sont donc parmi les rares qui ont décidé de rester l'été dernier.

Et en plus d'avoir du mal à trouver des cueilleurs, Adam Taylor, qui dirige l'une des plus importantes exploitations de jonquilles au monde, a été contraint d'arrêter toute exportation.

"Le peuple britannique a voté pour le Brexit, mais tous ces détails n'ont pas vraiment été exposés clairement pour que les gens les comprennent", juge Adam Taylor. "Et à la veille de Noël, on nous a dit que nous avions cet accord fantastique, et que tout allait être génial, mais ce n'est pas le cas".

Le gouvernement britannique assure qu'il travaillera avec le secteur pour promouvoir le recrutement local. Mais en attendant de pouvoir éventuellement s'adapter, la cueillette de jonquilles va faire grise mine cette année.