EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

Mort de Walter Mondale, ancien vice-président américain

Mort de Walter Mondale, ancien vice-président américain
Tous droits réservés AP Photo
Tous droits réservés AP Photo
Par euronews
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Il a "transformé la vice-présidence en un moteur de politique publique", a déclaré l'ancien président Jimmy Carter.

PUBLICITÉ

L'ancien vice-président des Etats-Unis Walter Mondale est mort ce lundi à l'âge de 93 ans à son domicile de Minneapolis, a fait savoir sa famille sans préciser les causes de son décès.

De 1977 à 1981, Walter Mondale était le bras droit du président démocrate Jimmy Carter, qui s'est dit "dévasté" par la nouvelle de sa mort. Il a "transformé la vice-présidence en un moteur de politique publique", a déclaré l'ancien président.

C'est sous son mandat que le vice-président, qui siégeait jusqu'ici au Sénat, s'est fait une place permanente dans la prestigieuse West Wing, l'aile ouest de la Maison Blanche.

Défenseur des "causes progressistes"

Candidat à la présidentielle de 1984, le premier d'un grand parti à choisir une femme pour colistière en la personne de Geraldine Ferraro, Walter Mondale avait été largement battu par le républicain Ronald Reagan dans les urnes. Il avait avant cela été sénateur de l’Etat du Minnesota pendant douze ans, entre 1964 et 1976.

Fils d'un pasteur et d'une professeur de musique, Walter Mondale était un défenseur du mouvement pour les droits civiques. Pour Barack Obama, "Walter Mondale "_défendait les causes progressistes et a changé le rôle du vice-président, pour que des dirigeants comme Joe Biden puissent être présents lorsque des décisions sont prises". _

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Hunter Biden, fils du président américain, reconnu coupable de détention illégale d'arme à feu

Affaire Stormy Daniels : Donald Trump reconnu coupable de toutes les accusations

Le président américain a qualifié le Japon et l'Inde de nations "xénophobes"