Près de Calais, la délicate cohabitation entre les colonies de phoques et les humains

Des phoques près de Calais
Des phoques près de Calais Tous droits réservés Denis Charlet / AFP or licensors
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les promeneurs, souvent trop curieux, font fuir les mammifères qui parfois se blessent ou abandonnent leurs petits. Résultat, la Ligue protectrice des animaux recueille de plus en plus de bébés phoques.

PUBLICITÉ

Les phoques sont de plus en plus nombreux chaque année dans le nord de la France.

Sur la Côte d'Opale, près de Calais, vous pouvez apercevoir des colonies de phoques gris dont la population grossit au fil des mois, ce qui n'est pas sans poser des problèmes de cohabitation avec les humains.

Les promeneurs, souvent trop curieux, font fuir les mammifères qui parfois se blessent ou abandonnent leurs petits. Résultat, la Ligue protectrice des animaux (LPA) recueille cette année de plus en plus de bébés :

"L’activité annuelle de la LPA, c’est entre 50 et 60 bébés phoques à l’année, deux espèces confondues, phoque gris et veau marin, souligne Jean-Michel Charpentier, directeur de la Ligue protectrice des animaux (LPA). Aujourd’hui, avec cette population importante sur la zone, et tous ces dérangements qu’on a eus, on est à 47 phoques en trois mois, 47 bébés échoués en trois mois, qu’il a fallu prendre au centre de soins et réhabiliter."

Les jeunes phoques sont pris en charge, nourris et soignés dans un refuge pour animaux. L'objectif : qu’ils puissent être capables de se débrouiller seuls avant de regagner la mer et retrouver leurs congénères.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

France : un convoi de tracteurs roule vers Rungis

En grève de la faim, Thomas Brail, l'arboriste-militant, a été délogé de son platane à Paris

"Polluants éternels" : en France, associations et riverains attaquent en justice Arkema