Rapport du GIEC : les experts analysent la situation préoccupante en Amérique latine

Rapport du GIEC : les experts analysent la situation préoccupante en Amérique latine
Tous droits réservés AP Photo
Par Laura Berlioz
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Inondations en Europe, incendies autour de la méditerranée... De nombreuses régions du monde subissent les conséquences du réchauffement climatique. Le rapport du GIEC met en cause l'action de l'Homme. Exemple en Amérique latine.

PUBLICITÉ

Un paysage désertique. C'est tout ce qu'il reste du fleuve Paraná. Ici, les bateaux restent au sol et les poissons meurent asphyxiés. Le Paraná se forme dans le sud du Brésil, pour se jeter dans l’Atlantique mais il a atteint son plus bas niveau deuis 1944. Hier, le Giec a rendu son rapport sur le changement climatique classé code rouge pour l'humanité par l'ONU. Selon les experts sud-américains les conséquences das la région sont désastreuses.

"Lorsque nous parlons d'une altération climatique, nous entendons un excès ou un manque de précipitations. L'impact de l'altération du climat reste la sécheresse. Elle peut aboutir à des coupures de courant ou des inondations et crée une véritable crise l'eau.", explique José A. Marengo directeur en recherche et développement au centre national de surveillance et d'alerte des catastrophes naturelles.

L'action de l'homme directement mise en cause par le Giec

La sécheresse encourage les départs de feu et la région du Pantanal en fait déjà les frais. Depuis 2018, les précipitations y ont diminué de 40 %. Le Brésil a vu l'une des plus grandes zones humides du monde ravagée par les incendies l'année dernière.

"Beaucoup de ces incendies qui n'étaient pas graves dans d'autres circonstances. Ils vont maintenant s'étendre et nous verrons qu'ils seront plus difficiles à contrôler." avertit Claudio Huepe directeur du Centre pour le développement durable et l'énergie de l'Université de Diego Portales.

La déforestation et la surexploitation des terres agricoles empirent la situation en Amérique Latine. Dans son sixième rapport scientifique, le groupe d'expert intergouvernemental sur l'évolution du climat fait le lien entre réchauffement climatique et l'action de l'homme.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Climat : le seuil de +1,5°C atteint autour de 2030, 10 ans plus tôt qu'escompté selon le GIEC

No Comment : samedi c'était la journée de la samba

Déforestation : la capitale de l'Amazonie brésilienne noyée par la fumée des incendies