DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Afghans rapatriés en France : après le chaos et l'angoisse, l'espoir retrouvé

Access to the comments Discussion
Par Laurence Alexandrowicz
euronews_icons_loading
Des Afghans rapatriés en France, Villeurbanne près de Lyon le 31 août 2021
Des Afghans rapatriés en France, Villeurbanne près de Lyon le 31 août 2021   -   Tous droits réservés  Olivier Chassignole / AFP or licensors
Taille du texte Aa Aa

Il y a quelques jours, ils ont fui l'Afghanistan ; ces hommes et ces femmes font partie des 2 600 Afghans rapatriés par la France. Les voilà pris en charge dans la banlieue lyonnaise.

2 600 Afghans rapatriés par la France

86 Afghans, hommes, femmes, enfants. Ils ne témoignent pas à visage découvert, comme cet homme que nous appellerons Hamid.

Trop peur pour sa famille restée en Afghanistan, sa femme et ses trois enfants, dont un bébé de 35 jours. Hamid était chercheur agronome et travaillait avec une compagnie française. Il témoigne :

"Helmand est le centre des talibans. Les combats ont d'abord commencé de la province d'Helmand, de ma province, et ils ont continué pendant presque 20 jours.
Après 20 jours, ils avaient tout détruit, tué des milliers de gens ; ils avaient détruit l'université, la mosquée. J'ai 34 ans, je n'avais pas vu autant d'horreurs que j'ai vu ces 20 jours.
Le gouvernement nous a dit : il faut quitter vos maisons s'il y a des talibans car nous allons bombarder la zone. Maintenant, c'est le régime des talibans qui contrôle tout. Vous êtes un espion des étrangers, un espion des Français, vous appreniez l'anglais à d'autres pour travailler avec les Américains, les Français.
"

Après 20 jours, ils avaient tout détruit, tué des milliers de gens, ils avaient détruit l'université, la mosquée.
Hamid
Réfugié afghan

Hamid a laissé sa femme et ses enfants derrière lui. Les autres Afghans dans ce centre sont en famille. "Mon plus grand espoir est celui ci : le gouvernement français doit m'aider."

L'aide de l'association Forum Réfugiés

C'est l'association Forum Réfugiés qui s'occupe de ces Afghans. Cette opération d'exfiltration restera dans la mémoire de son directeur Jean-François Ploquin :

"Il y a le sentiment que la petite histoire du travail quotidien de l'association rencontre la grande histoire, celle qui est en train de s'écrire. Régulièrement, il faut se rappeler ce que ça veut dire d'être réfugié. On dit souvent que le droit d'asile c'est celui qu'on a quand on a perdu tous les autres. Ils sont arrivés dans un extrême dénuement, certains sont arrivés seulement avec les vêtements qu'ils avaient sur eux."

Ils sont arrivés dans un extrême dénuement, certains sont arrivés seulement avec les vêtements qu'ils avaient sur eux.
Jean-François Ploquin
Directeur de "Forum Réfugiés"

Ces réfugiés seront hébergés encore une semaine ici. Ceux qui demanderont l'asile, tous sans doute, seront pris en charge par l'Office Français pour l'immigration et l'Intégration qui leur trouvera des places dans des centres d'accueil. Pour le reste c'est à eux de reconstruire leur vie.