DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Le Premier ministre tchèque Andrej Babis coiffé au poteau par l'alliance de centre-droite "Ensemble"

Access to the comments Discussion
Par Jiri Skacel & AFP
euronews_icons_loading
Le Premier ministre tchèque Andrej Babis coiffé au poteau par l'alliance de centre-droite "Ensemble"
Tous droits réservés  JOE KLAMAR/AFP or licensors
Taille du texte Aa Aa

C'est une élection qui s'est jouée dans les toutes dernières heures en République Tchèque. Alors que les premiers résultats donnaient la victoire au Premier ministre milliardaire populiste Andrej Babis, l'alliance de centre-droit Ensemble (27,78% des voix), emmenée par Petr Fiala, est finalement passée, à moins d'un point de pourcentage des voix, devant le parti ANO d'Andrej Babis (27,14%).

Bon joueur, ce dernier a reconnu l'avance de son rival en déclarant : "Je tiens à féliciter Petr Fiala pour ce sprint final qui était fantastique."

Coiffé au poteau

L'alliance d'opposition Ensemble disposerait d'une majorité de 108 sièges au Parlement (qui compte 200 élus) si elle formait une coalition plus large avec le Parti pirate, "anti-système", et le mouvement centriste des Maires et indépendants (STAN).

Ivan Bartos, chef du parti Pirate : "Nous, le parti Pirate, avons du faire face à une forte campagne de désinformation de la part du Premier ministre, et cela a rendu beaucoup de gens incertains."

Petr Fiala, le dirigeant de l'alliance "Ensemble", en campagne

Le président tchèque Milos Zeman, qui doit choisir le nouveau Premier ministre, a déjà affiché sa préférence pour le sortant Andrej Babis. Mais, en mauvaise santé, le chef de l'Etat a été hospitalisé ce dimanche, au lendemain même du scrutin.

Communistes, la fin

L'autre résultat de ces législatives, c'est la défaite des communistes, exclus du prochain parlement avec moins de 5% des voix, une première depuis la Seconde Guerre mondiale.

Vit Rakusan, chef du parti STAN : "Nous avons un grand espoir aujourd'hui et nous nous réjouissons aussi d'autre chose - après 32 ans, nous avons envoyé les communistes dans l'histoire."

A présent s'ouvre le temps des négociations de coalition - un temps qui risque d'être long.