This content is not available in your region

Vorace et venimeux : le poisson-lion, un fléau pour l'écosystème marin au Venezuela

Access to the comments Discussion
Par Julien Pavy  avec AFP
euronews_icons_loading
Vorace et venimeux : le poisson-lion, un fléau pour l'écosystème marin au Venezuela
Tous droits réservés  David J. Phillip/Copyright 2019 The Associated Press. All rights reserved

Le Venezuela déclare la guerre au poisson-lion, une espèce invasive qui met en péril l'écosystème des Caraïbes et de l'Atlantique occidental.

Un poisson affamé

Il se nourrit essentiellement d’œufs, de petits poissons, de crustacés et de mollusques. Problème, le poisson-lion prolifère très vite et est particulièrement vorace, d'où la nécessité de réduire sa population :

"Ce serait bien un jour de ne plus avoir ces poissons dans la mer, souligne un pêcheur. Mais on voit mal comment ça peut arriver (...) Il se reproduit énormément : trente, quarante mille œufs tous les quatre jours."

Il se reproduit énormément : trente, quarante mille œufs tous les quatre jours.
Un pêcheur

Utilisé comme mets

Pour endiguer ce fléau, les communautés locales ont décidé d'inclure le poisson-lion dans leurs offres gastronomiques. Sa chair est utilisée pour cuisiner "le ceviche", du poisson cru mariné.

C'est au milieu des années 1980 que le poisson-lion a été repéré pour la première fois dans les Caraïbes. Vedette des aquariums, il devient rapidement indésirable, car il dévore tout ce qui l'entoure. Il est alors régulièrement jeté à la mer ce qui aurait accéléré sa prolifération.

Aujourd'hui, le gouvernement vénézuélien organise même des concours de chasse sous-marine. Il vaut en effet mieux plonger pour attraper le poisson-lion qui se prend rarement dans les filets de pêche.

"Le poisson-lion n'a pas de prédateur naturel lorsqu'il est adulte, souligne Carlos Pereira, biologiste marin. Non seulement, il est extrêmement vorace, mais en plus il grandit très vite. Et le problème c'est qu'il entraîne le déplacement d'espèces locales (...) C'est pourquoi, il faut l'éliminer parce qu'il n'a pas de prédateur."

Le poisson-lion n'a pas de prédateur naturel lorsqu'il est adulte.
Carlos Pereira
biologiste marin

Dangereux pour l'homme

Le poisson-lion peut également s'avérer extrêmement dangereux pour l'homme en raison de ses nageoires acérées et venimeuses. Des épines dorsales qui peuvent provoquer de fortes douleurs et même une paralysie locale. Certaines communautés l'ont même baptisé "le poisson diable".