This content is not available in your region

Canada : le pont Ambassador rouvert après l'expulsion des manifestants

Access to the comments Discussion
Par Euronews  avec AFP
euronews_icons_loading
La police avance en ligne pour expulser les manifestants du pont Ambassador à Windsor qui relie Canada et Etats-Unis, le 13 février 2022
La police avance en ligne pour expulser les manifestants du pont Ambassador à Windsor qui relie Canada et Etats-Unis, le 13 février 2022   -   Tous droits réservés  Nathan Denette/AP

Contestation au Canada : le pont frontalier Ambassador est à nouveau ouvert, après que la police canadienne a évacué ce dimanche 13 février les derniers manifestants sur place.

Une expulsion qui met fin à un blocus de six jours, et qui s'inscrivait dans le cadre du Convoi de la liberté.

Quelques jours plus tôt, le président américain Joe Biden avait demandé au premier ministre canadien, Justin Trudeau, de faire intervenir les autorités pour mettre fin au blocage du pont, qui constitue le point de passage le plus fréquenté d'Amérique du Nord, et où transitent 25 % des marchandises commerciales échangées entre les États-Unis et le Canada.

Une conseillère du président Joe Biden à la sécurité nationale**,** Liz Sherwood-Randall**,** a exprimé "sa reconnaissance pour les efforts résolus déployés par les forces de l'ordre (canadiennes) le long de la frontière pour parvenir à la levée complète des blocus".

Refus des mesures sanitaires

Le mouvement de contestation canadien, qui entre dans sa troisième semaine, était parti d'un mouvement de camionneurs protestant contre l'obligation d'être vacciné pour passer la frontière entre le Canada et les États-Unis, mais les revendications se sont étendues à un refus de l'ensemble des mesures sanitaires et, pour de nombreux manifestants, à un rejet du gouvernement de Justin Trudeau.

Des manifestations se sont poursuivies pendant le week-end dans plusieurs villes canadiennes, dont Toronto et Montréal samedi, et d'autres passages frontaliers demeurent bloqués dans les provinces du Manitoba et d'Alberta. Si la situation à Ottawa était plus calme dimanche matin, le mouvement n'a pas faibli dans la capitale canadienne paralysée par les manifestants depuis fin janvier.

De nombreux manifestants se trouvaient toujours dans le centre d'Ottawa dimanche et, témoignant de l'exaspération croissante des résidents, des contre-manifestants ont tenté d'arrêter un convoi de protestataires.

Cette contestation au Canada a inspiré d'autres initiatives similaires dans le monde. En France, quelques 1 300 véhicules participant aux convois anti-pass venus de toute la France ont fait escale dimanche près de Lille (Nord), avant un rassemblement prévu lundi à Bruxelles, malgré l'interdiction des autorités belges.