This content is not available in your region

Moscou critique les négociations avec Kyiv

Access to the comments Discussion
Par Euronews  avec AFP
euronews_icons_loading
Sergueï Lavrov critique les négociations avec Kyiv
Sergueï Lavrov critique les négociations avec Kyiv   -   Tous droits réservés  Russian Foreign Ministry Press Service via AP

Dans une interview donnée à la télévision publique russe, le ministre des affaires étrangères Sergueï Lavrov a critiqué l'attitude du président ukrainien Volodymyr Zelensky, qui ferait selon lui seulement "_semblant de négocie_r" : "Beaucoup d'entre nous sont convaincus que la réelle position de l'Ukraine est déterminée à Washington, à Londres ou dans d'autres capitales occidentales. C'est pourquoi nos analystes politiques se demandent : pourquoi parler avec les représentants du président Zelensky ? Nous continuons à négocier avec l'équipe qu'il a désignée, et ces contacts continueront. Mais ça serait utile de parler aux Américains...bien que nous n'observions aucun intérêt de leur part à établir le contact - que ce soit sur l'Ukraine ou sur d'autres sujets."

Beaucoup d'entre nous sont convaincus que la réelle position de l'Ukraine est déterminée à Washington, à Londres ou dans d'autres capitales occidentales. C'est pourquoi nos analystes politiques se demandent : pourquoi parler avec l'équipe du président Zelensky ?
Sergueï Lavrov
ministre russe des Affaires étrangères

Lors de cet entretien, le chef de la diplomatie russe à également mis en garde d'un "réel" danger de troisième guerre mondiale.

"Moscou fait le choix de la guerre"

Kyiv réfute ces accusations et affirme que c'est la Russie qui fait le choix de la guerre plutôt que de la négociation, notamment en ayant bombardé de nombreuses villes durant le week-end.

Le Président Volodymyr Zelensky demande aux Ukrainiens de résister encore aux troupes russes et de tout faire pour rendre leur présence "insupportable". Il tente de maintenir la mobilisation parmi ses concitoyens en insistant sur la légitimité de leur combat : "Tout le monde est d'accord sur une chose, même ceux qui officiellement ne nous soutiennent pas : c'est en Ukraine que se joue l'avenir de l'Europe, l'avenir de la sécurité mondiale et l'avenir du système démocratique."

Des frappes sur tout le territoire

Si l'armée russe concentre son offensive dans l'Est du pays, elle continue à frapper l'ensemble du territoire, parfois à des centaines de kilomètres du front.

Près de Barvinkove, une zone bombardée à environ 160 kilomètres de Donetsk, la porte-parole de la brigade 93, Iryna Rybakova, s'interroge sur la stratégie des Russes : "Nous ne voyons pas la logique de ces bombardements. Une fois ils visent les chemins de fer, l'autre fois des installations industrielles, et le jour suivant des zones résidentielles."

L'Etat-major russe prétend avoir détruit des équipements ferroviaires dans plusieurs régions, avec des armes de haute précision, ce que confirme Kyiv : plusieurs gares ont été touchées dans le centre et l'ouest du pays tuant au moins 5 personnes, selon les autorités ukrainiennes.

Selon des experts militaires, l'armée russe vise désormais les infrastructures de transport pour tenter de ralentir l'arrivée d'armes occidentales sur le front de l'Est.