This content is not available in your region

Elections locales au Royaume-Uni : tournants politiques pour l'Irlande du Nord et Boris Johnson

Access to the comments Discussion
Par Etienne Paponaud  avec AFP
euronews_icons_loading
En Irlande du Nord, le parti nationaliste et républicain du Sinn Fein pourrait remporter les élections locales.
En Irlande du Nord, le parti nationaliste et républicain du Sinn Fein pourrait remporter les élections locales.   -   Tous droits réservés  AP Photo/Peter Morrison

Les Britanniques votent ce jeudi lors d'élections locales décisives pour l'avenir de Boris Johnson après le scandale du "partygate", et de l'Irlande du Nord où les républicains du Sinn Fein espèrent une victoire historique.

Ces dernières semaines, les sondages donnent le parti nationaliste en tête pour la première fois en 100 ans d'histoire de la province britannique de 1,9 million d'habitants. Le palais de Stormont à Belfast, où siègent les 90 députés de l'Assemblée nord-irlandaise, pourrait donc bientôt arborer les couleurs du Sinn Fein.

Risque de blocage politique

Une victoire dans les urnes propulserait sa vice-présidente Michelle O'Neill au poste de cheffe du gouvernement local, censé réunir nationalistes et unionistes en vertu de l'Accord de paix du vendredi saint d’avril 1998. Le Royaume-Uni pourrait alors s’engager sur la voie d’un changement de sa nature même.

Michelle O'Neill, leader du Sinn Fein, appelle les électeurs à "saisir une opportunité historique"

Le Sinn Fein, ex-vitrine politique de l’Armée républicaine irlandaise, prône une réunification avec la République d'Irlande. Mais le risque de blocage politique et de paralysie institutionnelle est bien réel.

Lors du dernier débat électoral mardi sur la BBC, le chef des unionistes du DUP Jeffrey Donaldson a averti que sa formation refuserait de former un nouvel exécutif si le gouvernement britannique ne suspend pas le statut spécial post-Brexit de la province qui, selon les loyalistes, porte atteinte aux liens avec le reste du Royaume-Uni. Michelle O'Neill, qui a mené une campagne à gauche, l'a accusé de "prendre en otage" les Nord-Irlandais.

Premier test électoral pour Boris Johnson depuis le « partygate »

Des milliers de sièges sont également en jeu dans des conseils locaux en Angleterre, en Ecosse et au Pays de Galles, ce qui permettra aux électeurs de s'exprimer pour la première fois après des mois de révélations sur les fêtes tenues à Downing Street pendant les confinements.

Ces élections locales, qui mobilisent généralement très peu, révéleront l'opinion des électeurs sur les conservateurs au pouvoir, après des critiques sur leur gestion de la pandémie, leur aide jugée insuffisante aux ménages étranglés par l'inflation et le "partygate".

Et pourrait ainsi, en cas de mauvais résultats, convaincre certains députés attentistes de la majorité de retirer leur soutien à Boris Johnson. Ce dernier, semblant détendu et souriant, est allé voter avec son chien Dilyn dans un bureau de vote du centre de Londres.

Boris Johnson appelle à la mobilisation des électeurs.

Dans une vidéo postée sur son compte Twitter, il a encouragé à voter conservateur pour "protéger le budget de votre famille" alors que la chute du pouvoir d'achat est en tête des préoccupations des électeurs britanniques.