La délégation de l'AIEA en route vers la centrale nucléaire de Zaporijjia

La délégation de de l'AIEA à Kiev (31/08/2022)
La délégation de de l'AIEA à Kiev (31/08/2022) Tous droits réservés Efrem Lukatsky/Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La mission de l'AIEA est très attendue par les dirigeants ukrainiens inquiets par la menace que la présence russe fait peser sur la centrale.

PUBLICITÉ

Une délégation de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) a quitté Kiev ce matin pour se rendre dans la plus grande centrale nucléaire d'Europe, tombée en mars aux mains des Russes. Un site hautement sensible, régulièrement visé par des bombardements, dont Moscou et Kiev se rejettent la responsabilité.

Évaluer la situation sur place

"Nous avons une mission très, très importante à accomplir à Zaporijjia, pour évaluer la situation réelle, pour aider à stabiliser la situation autant que nous le pouvons. Je suis conscient de l'importance de ce moment, nous sommes prêts, l'AIEA est prête", a déclaré Rafael Grossi le directeur de l'AIEA avant le départ à Kiev.

Je suis conscient de l'importance de ce moment. Nous sommes prêts, l'AIEA est prête.
Rafael Grossi
Directeur de l'AIEA

La mission de l'AIEA est très attendue par les dirigeants ukrainiens inquiets par la menace que la présence russe fait peser sur la centrale.

"Nous leur avons donné une liste des principaux points très importants qu'ils doivent vérifier, d'un point de vue technique. Il s'agit de comprendre aussi où sont les soldats russes. Nous avons des informations selon lesquelles ils essaient de cacher leur présence militaire. Il s'agit donc de vérifier tous ces points", a souligné German Galushchenko, le ministre ukrainien de l’Énergie.

Garanties de sécurité, mais...

En face, les séparatistes pro-russes ont donné des garanties de sécurité à la mission de l'AIEA : "Toutes les mesures nécessaires seront prises pour assurer cette sécurité. Mais je tiens à souligner qu'à l'heure actuelle, le régime ukrainien est fou et que rien ne peut être exclu", a indiqué  Denis Pushilin, le chef de la République autoproclamée de Donetsk.

Le régime ukrainien est fou, rien ne peut être exclu.
Denis Pushilin
Chef de la République autoproclamée de Donetsk

La semaine dernière, la centrale nucléaire de Zaporijjia avait été déconnectée du réseau durant plusieurs heures suite à des bombardements sur des lignes électriques.

Kiev, qui accuse l'armée russe d'y stocker des munitions et des explosifs, exige la démilitarisation du site, disant redoutent une catastrophe nucléaire.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

La centrale de Zaporijjia n'explosera probablement pas, mais l'Europe reste sur ses gardes

Guerre en Ukraine : Kyiv demande de nouvelles armes et munitions à ses alliés occidentaux

Comment Valeriia, une Ukrainienne de 17 ans, a échappé à un camp de rééducation russe