Cet article n'est pas disponible depuis votre région

Fruits tropicaux : comment l'Espagne est-elle devenue le premier producteur européen ?

Par Nichola Daunton
L'Espagne cultive des fruits exotiques comme la papaye, la mangue, l'avocat et la banane
L'Espagne cultive des fruits exotiques comme la papaye, la mangue, l'avocat et la banane   -   Tous droits réservés  Antonio de Benito/Copyright ICEX   -  

Lorsque vous pensez aux fruits tropicaux, vous pensez probablement aux bananes qui poussent en Amérique du Sud ou aux mangues récoltées en Inde, mais saviez-vous qu'un pays européen est aussi un grand producteur de fruits tropicaux ?

L'Espagne, qui cultive des fruits savoureux comme la papaye, la mangue et la bananes, est aujourd'hui le seul pays producteur de fruits tropicaux sur le continent européen.

Si les fruits tropicaux ou subtropicaux proviennent essentiellement des régions du sud, comme l'Andalousie, le centre de production est situé aux Canaries, notamment sur l'île Tenerife, qui est suivie de près par l'île de La Palma.

Grâce au soleil présent toute l'année et à des températures hivernales douces, le climat est idéal pour la culture d'une large gamme de fruits tropicaux, tels que les bananes, les papayes et les pitayas ( le fruit du dragon).

L'Espagne produit même des variétés uniques, comme la "Banane des Canaries" (Plátano Canario), qui ont la particularité d'être plus sucrées et intenses en goût que les bananes de la région sud-américaine. Cette variété est très appréciée dans toute l'Espagne.

"Les îles Canaries sont exceptionnelles en raison de la constance du climat",  explique Manuel Escoda, responsable marketing chez Bonnysa, l'un des plus grands producteurs de fruits et légumes d'Espagne.

"Leurs conditions subtropicales permettent une culture exceptionnelle de ce type de fruit", ajoute-t-il. 

Quelles sont les conditions requises pour la culture des fruits tropicaux ?

"Le climat, la terre, la méthode de culture... chaque produit nécessite des conditions spécifiques. Dans le cas des cultures tropicales, en plus d'adapter la variété à notre région, il faut être en mesure de reproduire les mêmes conditions", précise Manuel Escoda. 

Dans leur habitat naturel, les bananiers ont besoin de conditions tropicales pour survivre. Il leur faut donc des températures avoisinant les 27 degrés et des précipitations annuelles comprises entre 198 et 248 centimètres. Si les cultures bénéficient certainement des bonnes températures dans les îles Canaries, l'approvisionnement en eau pose problème.

© ICEX/Pablo Neustadt
Un champ de bananiers à La Palma, aux îles Canaries.© ICEX/Pablo Neustadt

Les précipitations moyennes sur l'île de Tenerife ne dépassent pas 10 centimètres par an. La nature ne suffit pas, c'est pourquoi les agriculteurs doivent se tourner vers l'irrigation. Bien que cela puisse être inquiétant pour l'environnement, Manuel Escoda affirme qu'il existe une méthode plus écologique pour produire des produits tropicaux.

"Nous nous efforçons de trouver un équilibre entre les besoins naturels des plantes et les méthodes que nous pouvons appliquer pour être plus efficaces", explique M.Escoda.

"En ayant les bonnes températures et une précipitation plus faible, nous avons tout de même réussi à faire en sorte que la plante produise des fruits aux caractéristiques identiques grâce aux systèmes d'irrigation goutte à goutte. La consommation d'eau est ainsi beaucoup plus faible qu'avec l'irrigation traditionnelle", précise le producteur espagnol. 

Les Îles Canaries bénéficient d'un soleil quasiment omniprésent, l'arrosage est assuré grâce à des systèmes d'irrigations soigneusement contrôlés, et le sol volcanique continue un  autre facteur très bénéfique pour la culture des fruits tropicaux. 

Grâce au volcan Teide de Tenerife, le sol de l'ïle est très riche en minéraux, notamment en phosphore et en potassium dont les plantes ont besoin pour se développer.

"Actuellement, nous produisons 10 millions de kilos de bananes en provenance des Canaries, dont 90 % restent en Espagne en raison de la préférence pour celles-ci ", explique M. Escoda.

Au total, plus de 8 000 producteurs cultivent des bananes dans les îles Canaries, et plus de 400 millions de kilos sont produits chaque année, selon l'Association des producteurs de bananes des îles Canaries (ASPROCAN ).

Quels sont les autres fruits tropicaux cultivés en Espagne ?

Alors que des fruits tels que le pitaya, connus aussi sous le nom de fruit du dragon, se développent dans les conditions sèches et arides des Canaries, le climat est très différent sur le continent. C'est dans la partie sud de l'Andalousie que se trouve l'essentiel de la production de fruits tropicaux de l'Espagne continentale.

Le littoral méditerranéen de Grenade est connu sous le nom de Costa Tropical et c'est ici que se cultive la chérimole, également appelée l'anone. Généralement ce fruit est surtout connu pour ses origines sud-américaines.

Fruit vert à écailles, originaire de Bolivie, de Colombie, d'Équateur et du Pérou, la chérimole est à peu près de la même taille qu'une pomme, avec une chair qui a la consistance - d'une crème anglaise. Le fruit a une saveur sucrée et acidulée et est très apprécié dans tout le pays.

Bien qu'il soit délicieux, ce fruit n'est pas facile à cultiver en Espagne, car ses pollinisateurs naturels, les coléoptères, ne sont pas présents dans cette région. Ici, chaque fleur doit donc être pollinisée à la main, à l'aide du pollen prélevé sur une autre fleur. Les ouvriers agricoles se chargent de cette tâche laborieuse chaque année.

© ICEX/Dpto. Multimedia
Les ouvriers de Fajardo SLV fruits recollectent les chérimoles dans le sud de l'Espagne© ICEX/Dpto. Multimedia

Les avocats et les mangues sont également cultivés dans cette région. La mangue la plus populaire en Espagne est une variété à la peau verte et mauve appelée Osteen. Récoltées à la fin du mois d'août et avant leur pleine maturité, les mangues continuent de mûrir durant leur transport vers le consommateur.

Pour les années à venir, l'Espagne espère produire davantage de variétés de fruits tropicaux, afin de devenir autosuffisante, explique M. Escoda.

"Un autre défi auquel nous sommes confrontés est d'aller plus loin dans le développement des variétés qui sont actuellement très limitées, ce qui constitue un désavantage par rapport aux pays producteurs non européens", dit-il.

Où faut-il aller pour trouver les meilleurs fruits tropicaux d'Espagne ?

Si vous voulez goûter de savoureux fruits exotiques d'Espagne, les îles Canaries sont certainement l'endroit idéal.

Les marchés de producteurs de l'île proposent de délicieux fruits toute l'année. Et en achetant des produits locaux, les consommateurs peuvent également réduire leur empreinte carbone.

"Ces dernières années, nous avons assisté à une croissance exponentielle de la surface de culture. Cela est dû au fait que nos produits sont appréciés pour leur qualité et qui'ils sont cultivés au sein de l'UE", explique Manuel Escoda.

© euronews
Here We Grow© euronews