Cet article n'est pas disponible depuis votre région

Prison ferme requise contre le maire d'Istanbul, symbole de l'opposition à Erdogan

Access to the comments Discussion
Par Euronews  avec AFP
Ekrem Imamoglu le 2 avril 2020, à Istanbul (Turquie).
Ekrem Imamoglu le 2 avril 2020, à Istanbul (Turquie).   -   Tous droits réservés  OZAN KOSE/AFP or licensors   -  

La justice a requis vendredi au moins un an et trois mois de prison contre le maire d'Istanbul et figure de l'opposition Ekrem Imamoglu, ce qui pourrait l'écarter d'autant de la vie politique à quelques mois d'élections cruciales en Turquie.

Selon son avocat Me Kemal Polat, le procureur du tribunal de première instance d'Istanbul a demandé une peine allant d'un an et trois mois de prison à quatre ans et un mois de détention contre Ekrem Imamoglu. "La cour n'a respecté aucune règle de procédure. Ils avaient tout décidé à l'avance. Il y a une volonté de condamner à la va-vite", estime Me Polat. Les débats ont été renvoyés au 14 décembre.

Le procès avait repris vendredi dans un contexte tendu pour les opposants, à sept mois d'un scrutin présidentiel et législatif annoncé comme disputé - et dont le maire d'Istanbul pourrait être l'un des protagonistes.

Je ne m'intéresse absolument pas à ce qui m'arrivera. Je ne ressens aucune inquiétude, ni peur.
Ekrem Imamoglu
Maire d'Istanbul

Membre du CHP (social-démocrate), le principal parti d'opposition au pouvoir du président Recep Tayyip Erdogan, l'édile est poursuivi pour "insulte" aux membres du Haut conseil électoral turc. Son avocat avait demandé que le juge soit récusé, l'accusant de partialité. Sa demande a été rejetée.

Dans un entretien à la télévision turque Fox TV vendredi matin, le maire d'Istanbul s'est montré indifférent à ce procès : "Je ne m'intéresse absolument pas à ce qui m'arrivera. Je ne ressens aucune inquiétude, ni peur. Mais j'ai honte de ce procès. Il ne peut y avoir un tel jugement. C'est tragicomique", a-t-il asséné. Il a néanmoins assuré "faire confiance à la grande justice turque".

"Idiots"

Cette audience survient une semaine après l'inculpation du président du CHP et autre possible candidat à la présidence, Kemal Kilicdaroglu, pour "diffusion de fausses nouvelles". Au titre d'une récente loi sur la désinformation, ce dernier encourt jusqu'à trois ans de prison - et serait donc empêché de se présenter.

En mars 2019, l'élection de justesse de Ekrem Imamoglu à la mairie d'Istanbul avait été annulée par le régime, contraint de s'incliner trois mois plus tard face à la mobilisation de l'électorat qui avait offert une large victoire à l'opposant. Quelques mois plus tard, le maire de la plus grande ville du pays, longtempsbastion de l'AKP et de Recep Tayyip Erdogan, avait jugé "idiots" ceux qui avaient invalidé sa première élection, ce qui lui vaut d'être poursuivi en justice.

Le régime d'Erdogan, confronté à une grave crise économique et à une inflation de plus de 85% sur les 12 derniers mois, semble vouloir faire le ménage dans les rangs des opposants, déjà durement touchés par les vagues d'arrestations qui ont suivi la tentative de coup d'état de 2016.

Des centaines d'arrestations ont eu lieu depuis la mi-octobre parmi les sympathisants du prédicateur Fethullah Gülen, ancien allié devenu bête noire du chef de l’État qui l'accuse d'avoir orchestré ce putsch.