Envoi de chars Leopard à l'Ukraine : Berlin temporise toujours mais rappelle son soutien à Kyiv

Boris Pistorius, le ministre allemand de la Défense
Boris Pistorius, le ministre allemand de la Défense Tous droits réservés Michael Sohn/Copyright 2023 The AP. All rights reserved
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le ministre allemand de la Défense a reçu ce mardi à Berlin le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg.

PUBLICITÉ

L'Allemagne n'a toujours pas pris de décision concernant l'envoi de chars Leopard à l'Ukraine, mais elle va continuer à soutenir Kyiv face à l'invasion russe, a martelé ce mardi le ministre allemand de la Défense lors d'une rencontre avec le secrétaire général de l'Otan.

Berlin est sous la pression de ses alliés occidentaux, notamment de la Pologne et de la Finlande, qui ont besoin de l'autorisation allemande pour envoyer leurs chars Leopard.

"Concernant la question des chars Leopard, je n'ai pas de nouvelles informations à vous communiquer. J'ai toujours dit que je m'attendais à ce qu'une décision soit prise prochainement et je le suppose toujours (...) J'ai fortement encouragé les pays partenaires qui disposent de chars Leopard opérationnels à commencer à former les forces ukrainiennes sur ces blindés", a déclaré Boris Pistorius, le ministre allemand de la Défense.

De son côté, Jens Stoltenberg, le chef de l'Otan, a rappelé la contribution allemande depuis le début du conflit et s'est félicité des dernières annonces occidentales sur l'envoi de différents types de blindés à l'Ukraine :

"C'est une importante contribution supplémentaire aux capacités de combat de l'Ukraine. Cette contribution est urgente et importante parce que la Russie prépare de nouvelles offensives."

Plusieurs pays de l'Otan, dont la France et le Royaume-Uni, doivent envoyer des chars à l'Ukraine. Les atermoiements de Berlin suscitent les critiques, en particulier de Kyiv, qui rappelle régulièrement le caractère décisif de telles armes lourdes sur le champ de bataille. Beaucoup voient à travers l'hésitation allemande la crainte d'une escalade militaire avec Moscou.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Ukraine : démissions et remaniement après un scandale de corruption

Guerre en Ukraine : la situation au 24 janvier, cartes à l'appui

Guerre à Gaza : de nouveaux pourparlers de paix prévus ce dimanche en Egypte