PUBLICITÉ

L'Espagne nouveau terrain de jeu des "nomades numériques" ?

Une nouvelle loi va permettre aux startups et à leurs salariés de payer moins d'impôts.
Une nouvelle loi va permettre aux startups et à leurs salariés de payer moins d'impôts. Tous droits réservés euronews screenshot
Tous droits réservés euronews screenshot
Par Jaime Velazquez
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

De plus en plus d'entrepreneurs du monde entier s'installent en Espagne pour pouvoir bénéficier d'une réglementation très accueillante pour les startups et leurs salariés.

PUBLICITÉ

L'américain Shane Pearlman a été un nomade numérique pendant 23 ans jusqu'à ce qu'il s'installe dans les îles Canaries avec sa famille. Après des mois de démarches fastidieuses, il a réussi à créer une nouvelle entreprise en Espagne et aide désormais d'autres travailleurs à s'installer dans l'archipel.

"J'ai eu une idée. J'ai vu cette communauté de nomades numériques et je me suis dit que nous devions vraiment faciliter la flexibilité des familles. Et je ne pouvais pas le faire parce que je n'avais pas le bon type de visa", explique Shane Pearlman.

Pour éviter cela, un nouveau visa permettra désormais aux nomades numériques de rester en Espagne jusqu'à trois annnées. Le pays veut attirer des professionnels aisés au profil international.

"Nous utilisons le mot nomade, mais le nomade est juste une forme bizarre de tourisme. Mais quand on peut briser le cycle de l'étranger. Quand les gens peuvent rester juste assez longtemps pour commencer à connaître leurs voisins. C'est là que l'alchimie se fait, c'est là que l'innovation se produit, c'est là que les emplois sont créés, et cela prend un peu de temps", précise-t-il.

Aides de l'Etat

Aujourd'hui, il se rend à Madrid pour partager son expérience lors d'un événement organisé par une agence de l'Etat espagnol.

"Lors d'événements comme celui-ci, les nomades numériques et les entreprises espagnoles établissent des relations et d'éventuelles alliances. L'objectif est de créer un vivier de talents à la disposition de l'écosystème espagnol des startups", expose  Jaime Velázquez, correspondant d'Euronews dans la capitale espagnole. 

La nouvelle législation espagnole prévoit des avantages fiscaux pour les investisseurs, les travailleurs et les startups qui ont moins de cinq années d'existence.

"Ce sont les années où elles ont besoin de retenir le plus de talents pour pouvoir se développer. C'est pourquoi les déductions sur les stock-options et les déductions sur l'investissement sont fondamentales" fait valoir Jose Bayón, directeur d'Enisa, une entreprise publique chargée d'aider les "jeunes pousses" à se développer. 

23 000 startups

La loi bénéficiera à 23 000 startups comme Komorebi. Après trois années, cette entreprise spécialisée dans l'intelligence artificielle est prête à lancer son premier produit.

"Tout le temps que vous développez un produit, jusqu'à ce que vous le lanciez sur le marché et que vous ayez vos premiers clients, tout cela est une dépense que vous devez assumer", explique Alberto Torres, directeur de la technologie.

Une fois passée cette première étape, cette startup, comme toutes le autres, devra encore relever un autre défi : continuer à se développer.

Sources additionnelles • Euronews

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Malaga élue meilleure ville d'Europe en 2023 pour les expatriés

Espagne : saisie record d'une drogue de synthèse appartenant à un cartel mexicain

Le Parti socialiste célèbre sa victoire aux élections catalanes