L'Ukraine, un an après : comment se passe l'intégration des réfugiés en République tchèque ?

Des enfants ukrainiens passent une visite médicale au centre de congrès de Prague, en République tchèque, le mardi 15 mars 2022.
Des enfants ukrainiens passent une visite médicale au centre de congrès de Prague, en République tchèque, le mardi 15 mars 2022. Tous droits réservés AP / Petr David Josek
Par Jiri Skacel
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Depuis l'invasion de l'Ukraine par l'armée russe en février dernier, plus de 460 000 Ukrainiens ont trouvé refuge en République tchèque. Comment se passe leur intégration, où vivent-ils ? Comment se passe l'éducation des enfants ukrainiens ?

PUBLICITÉ

Depuis l'invasion de l'Ukraine par l'armée russe en février dernier, plus de 460 000 Ukrainiens ont trouvé refuge en République tchèque.

La plupart sont des femmes et des enfants en bas âge qui ont besoin d’être pris en charge. Aujourd'hui, ils sont environ 300 000 à être aidés par les Tchèques.

La majorité des réfugiés vivent encore dans des foyers ou dans des résidences universitaires, comme au campus de l'Université Charles de Prague. Ces femmes partagent des chambres de deux ou trois personnes et utilisent des cuisines et des installations communes.

L'intégration grâce à l'éducation

Liudmyla Pohretska est une enseignante qui a fui la ville de Kharkiv en Ukraine. Elle vit dans cette résidence avec sa sa fille de 13 ans, Yulia.

"C’est ici que nous vivons toutes les deux. En principe, nous avons à disposition tout ce dont nous pouvons avoir besoin", explique la jeune femme. 

Liudmyla s'occupe également des enfants ukrainiens âgés de 3 à 12 ans après leur sortie de l'école tchèque. 

"Nous avons des manuels scolaires en ukrainien pour aider les enfants qui continuent de suivre des cours en ligne dans les écoles ukrainiennes", dit-elle. L'objectif est que les enfants conservent leur langue maternelle et leur culture tout en s'intégrant à la société tchèque.

"Ça nous permet d’oublier un peu ce qui se passe chez nous, même si ce n'est pas tout à fait possible. On apprécie encore plus le bonheur d'être ici", fait savoir Liudmyla Pohretska.

Les Tchèques ont ouvert leur maison et leur coeur

Les employés de l'ONG People in Need qui travaillent dans l'accueil des réfugiés ukrainiens constatent également certaines difficultés rencontrées en République tchèque. 

"Les études montrent qu'environ 45% des adultes ont des symptômes de dépression modérée ou sévère", explique à Euronews Jakub Anderle, coordinateur du programme de migration pour l'ONG. 

"Je suis très reconnaissante aux Ukrainiens, car ils nous ont vraiment ouvert le cœur. Ils nous ont permis d'être meilleurs, cela nous a rendu plus accueillants et plus serviables. C'est la première vague de réfugiés que les Tchèques ont vraiment aidés."
Hana Hillerova-Harpers
Bénévole

Parmi les réfugiés, certains sont hébergés par des familles tchèques, comme Natalia et ses fils Maksym et Nazar qui viennent de recevoir leur bulletin scolaire. L'intégration des enfants se passe plutôt bien parce qu’ils aiment tous les deux aller à l'école tchèque et apprennent la langue.

"Ce n'est pas un grand appartement, mais il est cosy, chaleureux et très pratique pour nous. Pour un certain temps, c'est très bien. Nous nous sentons bien ici et c'est le principal", dit Natalia. 

Hana Hillerova-Harpers aide bénévolement les réfugiés ukrainiens depuis le début de la guerre. C'est elle qui héberge Natalia et depuis, elles se sont liées d'amitié.

"Je suis très reconnaissante aux Ukrainiens, car ils nous ont vraiment ouvert le cœur. Ils nous ont permis d'être meilleurs, cela nous a rendu plus accueillants et plus serviables. C'est la première vague de réfugiés que les Tchèques ont vraiment aidés", explique Hana Hillerova-Harpers

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

République tchèque : vers une baisse des pensions de retraite ?

L’UE étudie la mise en place d’achats conjoints d'armes pour aider l’Ukraine

Adhésion à l’UE : "l’Ukraine a fait des progrès auxquels personne ne s’attendait"