Manifestations en Grèce après l'accident ferroviaire qui a fait près de 60 morts

Des manifestants observent une minute de silence lors d'une manifestation en hommage aux victimes de la catastrophe ferroviaire qui a touché le pays la semaine dernière
Des manifestants observent une minute de silence lors d'une manifestation en hommage aux victimes de la catastrophe ferroviaire qui a touché le pays la semaine dernière Tous droits réservés Louisa GOULIAMAKI / AFP
Par Ioannis Karagiorgas
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Plusieurs milliers de Grecs se sont rassemblés, jeudi, à Thessalonique, à Athènes, et dans plusieurs villes de Grèce pour demander des comptes à leur gouvernement, après la mort de près de 60 personnes dans une collision frontale entre deux trains.

PUBLICITÉ

La colère des Grecs ne s’éteint pas une semaine après la catastrophe ferroviaire qui a fait près de 60 morts. Plus de 65 000 personnes ont crié leur indignation à travers la Grèce au cours d’une nouvelle journée de protestation.

Giorgos Pavlis, lycéen, s'indigne: "la première chose que j'ai ressentie a été de la tristesse, mais ensuite est venue la colère. Parce que ce crime allait se produire, les travailleurs les avaient prévenus longtemps".

Elina Cherikaki, mère de famille et membre du Conseil des parents de la région de l'Attique, commente: "nous élevons nos enfants pour qu'ils soient heureux. Nous ne les élevons pas pour les voir morts afin que les entreprises puissent faire des profits."

"Les larmes ont séché et sont devenues de la colère. Ce crime ne sera pas oublié". Cette phrase est sur toutes les lèvres des manifestants qui ont pris par au rassemblement à Athènes après la tragédie de Tembi. Les étudiants, les parents, les travailleurs et les personnes de tous âges exigent l'évidence du gouvernement grec : protéger la vie humaine.

Des rassemblements accompagnés d'affrontements violents avec les forces de l'ordre... Les excuses du gouvernement et du Ministre des Transports ne suffisent plus. Lors de sa conférence de presse, Giorgos Gerapetritis a pourtant assuré que la ligne respectera les normes de sécurité les plus élevées: "je dois à nouveau m'excuser, comme je l'ai fait dès le premier instant où j'ai pris mes fonctions, au nom du gouvernement et moi-même, personnellement, auprès des familles des victimes, auprès de tous les citoyens grecs. Le système ferroviaire ne redémarrera pas tant qu'il n'y aura pas une mise à niveau technologique et uniquement dans des conditions de sécurité complètes."

D'autres rassemblements sont prévus dans les prochains jours.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Grèce : toujours la colère après la catastrophe ferroviaire

Manifestation des étudiants contre les universités privées en Grèce

Le gouvernement grec présente son plan pour la préservation des forêts contre les incendies