Les Etats-Unis condamnent "fermement" la détention du journaliste du Wall Street Journal en Russie

 Les services de sécurité russes ont arrêté le journaliste américain du Wall Street Journal pour espionnage
Les services de sécurité russes ont arrêté le journaliste américain du Wall Street Journal pour espionnage Tous droits réservés AP/AP
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les Nations Unies ont exprimé leur inquiétude face à la tendance croissante de Moscou d'arrêter des journalistes dans l'exercice de leur métier.

PUBLICITÉ

Washington cherche à établir un accès consulaire à Evan Gershkovich, le journaliste américain arrêté en Russie jeudi dernier. Le correspondant du Wall Street Journal placé en détention provisioire est accusé d'espionnage pour le compte des Etats-Unis. Une première depuis la guerre froide.

"Ces accusations d'espionnage sont ridicules. Le ciblage des citoyens américains par le gouvernement russe est inacceptable. Nous condamnons très fermement la détention de M. Gershkovich. Nous condamnons également le ciblage et la répression continus du gouvernement russe contre les journalistes" a déclaré Karine Jean-Pierre, porte-parole de la Maison Blanche à la conférence de presse de lundi.

L'Union européenne a également condamné cette détention. Sur les réseaux sociaux, le chef des Affaires étrangères de l'UE a déclaré que le les journalistes doivent être autorisés à exercer leur profession librement et être protégés.

Les Nations Unies ont exprimé leur inquiétude face à la tendance croissante de Moscou d'arrêter des journalistes dans l'exercice de leur métier. Stéphane Dujarric, porte-parole de l'ONU, a annoncé: "le secrétaire général a exprimé à maintes reprises son inquiétude face à la tendance croissante à voir des journalistes harcelés ou détenus ou pire, simplement pour avoir fait leur travail. Et je vais en rester là."

La porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, a répondu que les activités du correspondant américain "ne peuvent pas être qualifiées de journalistiques".

Le Wall Street Journal"nie avec véhémence les allégations" et demande la libération immédiate de son collaborateur Evan Gershkovich.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Russie : le journaliste américain du Wall Street Journal placé en détention pour "espionnage"

ONU : en pleine guerre en Ukraine, la Russie reprend la présidence du Conseil de sécurité

Jens Stoltenberg met en garde la Chine contre la fourniture d'armes à la Russie