EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Nouvelle-Zélande : au moins 6 morts dans l'incendie d'un hôtel à Welington

L'incendie d'un hôtel à Wellington, le 16 mai 2023, Nouvelle-Zélande
L'incendie d'un hôtel à Wellington, le 16 mai 2023, Nouvelle-Zélande Tous droits réservés NewsHub/AP
Tous droits réservés NewsHub/AP
Par Euronews avec AFP
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les services de secours estiment qu'environ 90 personnes se trouvaient dans l'établissement au moment de l'incendie.

PUBLICITÉ

Au moins six personnes ont péri mardi dans l'incendie d'un hôtel de quatre étages hébergeant des travailleurs et personnes défavorisées dans le centre de la capitale néo-zélandaise Wellington.

D'immenses flammes et une épaisse fumée se sont élevées dans la nuit de lundi à mardi du dernier étage du Loafers Lodge, hôtel de 92 chambres situé dans le centre de Wellington.

"C'est une tragédie absolue", a déclaré le Premier ministre néo-zélandais Chris Hipkins, selon qui six morts "ont été confirmés. Mais il semble qu'il y en ait probablement plus".

This morning I went and thanked the Fire and Emergency crews attending the tragic event at Loafers Lodge in Wellington....

Posted by Chris Hipkins MP on Monday, May 15, 2023

La maire de Wellington, Tory Whanau, a dit s'attendre à un nombre de victimes supérieur à six.

Les pompiers ont secouru 52 personnes. Ils ont utilisé une grande échelle pour évacuer les résidents coincés sur le toit, certaines "depuis une zone qui était située directement au-dessus des flammes", a déclaré à Radio New Zealand (RNZ) le commandant adjoint des Services nationaux d'incendie et de secours, Brendan Nally.

"Onze personnes manquent encore à l'appel, mais ce nombre devrait «légèrement» baisser", a-t-il ensuite précisé à la presse.

Il n'y avait pas d'extincteurs automatiques dans l'auberge et l'alarme incendie ne s'est pas déclenchée automatiquement, a ajouté M. Nally.

"J'ai dû sauter"

L'un des résidents, Tala Sili, a déclaré que la fumée s'engouffrait sous sa porte avant qu'il ne décide de sauter sur un toit situé deux étages plus bas.

"J'étais au dernier étage et je ne pouvais pas passer par le couloir parce qu'il y avait trop de fumée, alors j'ai dû sauter par la fenêtre", a-t-il décrit à RNZ.

"C'était effrayant, vraiment effrayant, mais je savais que je devais sauter par la fenêtre ou brûler à l'intérieur du bâtiment", a-t-il ajouté.

Les secours l'ont sauvé alors qu'il se trouvait sur le toit.

Un autre rescapé, prénommé Chris, a affirmé à la chaîne publique TVNZ avoir rampé hors de sa chambre pour fuir la fumée toxique.

"Je suis allé jusqu'à la cage d'escalier. Tout était noir et épais comme de la fumée. C'était difficile de respirer. Tout a disparu. Ma chambre a été détruite. J'ai pris ma vapoteuse et mon téléphone mais j'ai laissé mes chaussures", a-t-il raconté.

Les services de secours estiment qu'environ 90 personnes se trouvaient dans l'établissement au moment de l'incendie. Plusieurs résidents ont déclaré que le détecteur de fumée de l'immeuble se déclenchait si souvent qu'ils ont douté qu'il s'agisse d'une vraie urgence.

Six personnes ont été transportées à l'hôpital, dont une dans un état critique, et 15 autres ont été soignées sur place, selon les services de secours.

PUBLICITÉ

"Un feu comme celui-là ne se voit qu'une fois tous les dix ans à Wellington. C'est le pire cauchemar pour nous", a affirmé le responsable des services d'urgence Nick Pyatt.

"Hébergement pratique et abordable"

Cet hôtel héberge à la fois des résidents de longue et de courte durée, a précisé la maire de Wellington.

Selon elle, certains d'entre eux sont des personnes vulnérables, qui vivent avec de faibles revenus ou séjournent de manière "transitoire" en Nouvelle-Zélande, pays où sévit une crise du logement.

"Pour notre communauté de Wellington, c'est un jour sombre", a déclaré Mme Whanau lors d'une interview télévisée.

PUBLICITÉ

Un porte-parole de la police a cependant estimé que le nombre final de morts ne devrait "pas dépasser dix".

Sur son site internet, le Loafers Lodge se présente comme un "lieu d'hébergement pratique et abordable". Il propose des chambres individuelles et des cuisines et des espaces de vie à partager.

Le Premier ministre a expliqué que de nombreux travailleurs de nuit ou journaliers logeaient dans cet hôtel, ce qui compliquait la manière de déterminer le nombre de personnes qui se trouvaient dedans au moment de l'incendie.

"Nous aurons l'occasion de vérifier si ce bâtiment était conforme à toutes les règles qu'il devait respecter", a déclaré M. Hipkins.

PUBLICITÉ

La cause de l'incendie reste pour le moment "inexpliquée", a indiqué la police qui a annoncé l'ouverture d'une enquête.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Nouvelle-Zélande : taxer les pets de vache ? Un projet sérieux et controversé

Charles officiellement nommé roi de l'Australie et de la Nouvelle-Zélande

La Nouvelle-Zélande veut interdire (progressivement) la vente de tabac