PUBLICITÉ

Acheter une voiture électrique ou hybride : une fausse bonne idée pour l'écologie ?

Voitures électriques
Voitures électriques Tous droits réservés Bilal Hussein/Copyright 2023 The AP. All rights reserved
Tous droits réservés Bilal Hussein/Copyright 2023 The AP. All rights reserved
Par Hannah Brown
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La question se pose : est-il préférable de conserver son véhicule actuel jusqu'à ce qu'il rende l'âme, d'opter pour l'achat d'une nouvelle voiture électrique ou de convertir son véhicule à l'électricité ou à l'hybride ?

PUBLICITÉ

Dans le contexte de l'urgence climatique et de la nécessité de réduire les émissions de gaz à effet de serre, le choix d'une voiture respectueuse de l'environnement est devenu une préoccupation majeure pour de nombreux propriétaires de véhicules. 

Face aux réglementations croissantes sur les zones à faibles émissions et aux éventuelles interdictions des moteurs à combustion, les automobilistes au Royaume-Uni et dans l'Union européenne sont confrontés à la nécessité de repenser leurs choix de transport de manière plus écologique.

Il est indéniable que les voitures à combustion contribuent de manière significative aux émissions de CO2, avec une moyenne mondiale de 3,2 tonnes par an. Alors que la planète se rapproche dangereusement de la limite critique de 1,5 °C d'augmentation des températures, il est urgent de décarboniser nos modes de déplacement.

Cependant, la meilleure façon d'y parvenir reste un sujet de débat et de réflexion. Chacune des options possède ses propres avantages et inconvénients.

Repenser la durabilité : quelle est la quantité de CO2 nécessaire à la fabrication d'un véhicule électrique ?

Avec 250 millions de voitures en circulation sur les routes européennes, principalement alimentées par des combustibles fossiles, la simple mise à la casse des véhicules plus anciens ne semble peut-être pas être la solution idéale.

Selon Nick Molden, fondateur et directeur général d'Emissions Analytics, une entreprise spécialisée dans l'analyse de l'impact environnemental des véhicules, il est essentiel d'adopter une approche plus globale pour évaluer l'impact de ces véhicules sur l'environnement, plutôt que de se limiter à l'analyse des émissions des pots échappement.

Une des principales différences entre les émissions de CO2 des voitures électriques et celles des voitures à moteur à combustion réside dans la batterie.

Selon Nick, "pour fabriquer une batterie de 80 kilowattheures pour une voiture électrique, il faut environ huit à dix tonnes d'émissions". Ce chiffre prend en compte les matériaux extraits et raffinés en Chine, où le charbon est encore une source d'énergie prédominante. À mesure que le monde se tourne de plus en plus vers les énergies renouvelables, cette empreinte carbone diminuera.

Cependant, une fois sur la route, les voitures électriques ne produisent aucune émission de CO2, contrairement aux véhicules à moteur à combustion.

"Une voiture moyenne au Royaume-Uni, comme une Nissan Qashqai ou une Ford Kuga, émet environ deux à trois tonnes de CO2 par an, pour un conducteur parcourant en moyenne 15 000 kilomètres par an", ajoute Nick.

Sur la base de ces chiffres, il faudrait environ quatre ans de conduite d'un véhicule électrique pour compenser les émissions d'une voiture à moteur à combustion.

Cependant, les batteries à forte teneur en carbone ne sont pas éternelles : leur garantie n'excède généralement pas huit ans et elles doivent être remplacées tous les 10 à 20 ans.

Selon Nick, les batteries doivent durer beaucoup plus longtemps pour permettre des réductions significatives des émissions de CO2. "En réalité, elles devraient durer environ 14 ans, ce qui correspond à la durée de vie moyenne d'un véhicule typique", explique-t-il.

Si cet objectif est atteint, cela permettrait de réduire considérablement les émissions de CO2 sur l'ensemble du cycle de vie du véhicule.

Quels obstacles supplémentaires entravent les véhicules électriques ?

Outre l'angoisse de l'autonomie, le coût élevé et l'infrastructure de recharge limitée, les véhicules électriques sont confrontés à un autre problème souvent négligé.

En raison de la taille de leur batterie, les véhicules électriques sont généralement 400 à 500 kg plus lourds que les autres voitures. Cette caractéristique doit être prise en compte lors de leur conception.

"Pour supporter ce poids supplémentaire, ces véhicules nécessitent des pneus plus grands et spécialement conçus, qui ont tendance à s'user plus rapidement", explique Nick.

La fabrication des pneus est une activité fortement polluante, et lorsqu'ils se dégradent, ils libèrent des particules nocives. Une substance chimique toxique, la 6PPD-quinone, libérée par les pneus, a même été identifiée comme responsable de la mort massive de saumons dans les rivières de l'État de Washington, aux États-Unis.

PUBLICITÉ

"Ironiquement, les pneus sont essentiellement fabriqués à partir de combustibles fossiles dérivés du pétrole. Ainsi, une grande partie des polluants que l'on trouve traditionnellement dans les gaz d'échappement se retrouvent dans les pneus", explique Nick.

Cet exemple illustre la complexité d'évaluer l'impact global des véhicules électriques sur l'environnement. Il souligne les défis auxquels l'industrie automobile est confrontée pour minimiser l'empreinte écologique de ces véhicules.

Est-il vraiment intéressant de convertir sa voiture à essence en électrique ?

Avec pas moins de 33 millions de voitures en circulation rien qu'au Royaume-Uni, une question cruciale se pose : quel sera l'avenir de tous ces véhicules à l'ère de la décarbonisation ? C'est ce que soulève Matthew Quitter, fondateur de London Electric Cars.

Son entreprise se spécialise dans la conversion des véhicules à moteur à combustion en voitures électriques (VE), une option techniquement réalisable mais financièrement exigeante pour la plupart des automobilistes.

"Les coûts sont élevés", explique Matthew. "Notre conversion de base représente environ 20 000 livres sterling [23 000 euros]. Ce n'est certainement pas ce que l'on qualifierait d'abordable."

PUBLICITÉ

Cette approche permet de réduire les émissions liées à la fabrication des véhicules jusqu'à un certain point, mais elle nécessite des modifications substantielles de la suspension et des pneus pour garantir une conduite fluide compte tenu du poids considérable de la batterie.

Pour les conducteurs aisés souhaitant prolonger la vie de leurs voitures classiques, cette option peut sembler attrayante. Cependant, les contraintes de temps, la complexité et le coût élevé associés à ce processus limitent sa généralisation.

"Je comprends que cela puisse fonctionner pour les voitures classiques ou les modèles de niche qui sont une passion, un travail d'amour", déclare Nick.

"Mais envisageriez-vous de moderniser votre Nissan QASHQAI vieille de six ans pour en faire une voiture électrique ? Je vous conseillerais de vous épargner beaucoup de temps, d'efforts et d'argent, et d'opter plutôt pour l'achat d'un nouveau véhicule."

Les voitures hybrides : une solution pertinente ?

Les voitures hybrides, qui associent moteurs à essence et batteries électriques, suscitent la controverse.

PUBLICITÉ

Greenpeace va jusqu'à qualifier les véhicules hybrides rechargeables de "loup déguisé de l'industrie automobile".

Suite à ces allégations, des tests officiels ont confirmé que ces véhicules émettent bien plus de polluants que ne le prétendent les constructeurs.

Au Royaume-Uni et dans l'Union européenne, la vente de nouvelles voitures hybrides sera interdite en 2035. Cette échéance laisse aux conducteurs un laps de temps suffisant pour rentabiliser leur investissement, d'autant plus que ces véhicules sont moins onéreux que les voitures électriques.

De plus, ils contournent certains problèmes actuels des voitures électriques. Les hybrides non rechargeables disposent de batteries plus petites, ce qui fait qu'ils ne sont "guère plus lourds qu'un véhicule conventionnel", explique Nick. Ils n'ont pas besoin d'une infrastructure de recharge. Malgré leur autonomie limitée, ils restent plus écologiques que les véhicules à moteur à combustion.

Cependant, pour ceux qui en ont les moyens, opter directement pour un véhicule électrique constitue un choix plus respectueux de l'environnement que de combler le fossé avec un véhicule hybride.

PUBLICITÉ

Comment devenir des conducteurs plus respectueux de l'environnement ?

Modifier nos comportements au volant a autant d'impact que changer de véhicule.

Dans un monde idéal, sans émissions de carbone, nous abandonnerions tous nos véhicules privés pour privilégier la marche, le vélo ou les transports en commun. Toutefois, cette transition semble improbable, en particulier dans les zones rurales où les transports publics sont moins développés.

Cependant, nous avons la capacité de réduire nos émissions en évitant les déplacements en voiture qui ne sont pas nécessaires.

"Considérez la possibilité de supprimer quelques trajets qui n'apportent aucune valeur ajoutée", conseille Nick.

"Si nous parvenions à réduire de 5 à 10 % le nombre de trajets, cela représenterait déjà une avancée significative."

PUBLICITÉ

Les gouvernements ont un rôle important à jouer dans ce domaine. Des mesures incitatives en faveur des transports en commun, telles que des tarifs réduits ou des services améliorés, ainsi qu'une taxation plus élevée sur le carburant et la pollution, pourraient inciter les individus à réfléchir à deux fois avant de prendre la route.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Musk se rend à l'usine Tesla après le sabotage du groupe écologiste

Suède : la militante écologiste Greta Thunberg a été évacuée par la police

Écologie et pétrole : Greta Thunberg inculpée et jugée en novembre à Londres