Élections législatives en Serbie: voici ce qu'il faut savoir

DOSSIER : Le président serbe Aleksandar Vucic salue ses partisans lors d'un rassemblement pré-électoral du Parti progressiste serbe à Belgrade, Serbie. 2 décembre 2023
DOSSIER : Le président serbe Aleksandar Vucic salue ses partisans lors d'un rassemblement pré-électoral du Parti progressiste serbe à Belgrade, Serbie. 2 décembre 2023 Tous droits réservés AP Photo
Par Euronews Serbia and Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

Le Parlement serbe compte 250 sièges, et le président sortant Aleksandar Vučić affrontera ses principaux rivaux de l'opposition, issus d'un bloc de droite, ainsi que le maire de Belgrade, Dragan Djilas.

PUBLICITÉ

La Serbie se rend aux urnes le dimanche 17 décembre pour des élections législatives anticipées afin d'élire les futurs membres de l'Assemblée populaire de Serbie et du parlement provincial de la province autonome de Voïvodine.

Les habitants de plus de 60 villes voteront également, car les maires de ces municipalités ont démissionné, lorsque les élections législatives ont été convoquées.

Qui sont les principaux candidats ?

Les députés sortants

D'un côté, on trouve la coalition au pouvoir dirigée par le Parti progressiste serbe (SNS) du président serbe Aleksandar Vučić. Dans le parlement sortant, cette coalition, ainsi que le Parti de la minorité hongroise, disposaient d'une majorité confortable de plus de 150 députés. Le Parlement serbe compte 250 sièges. 

Cette coalition dirige le pays depuis 2012, lorsque Aleksandar Vučić, après s'être séparé du Parti radical nationaliste, a mené le Parti progressiste, alors tout nouveau, à la victoire. Le deuxième plus grand partenaire de la coalition est le Parti socialiste de Serbie, autrefois dirigé par le président serbe, Slobodan Milosevic, qui est mort dans la prison de l'ONU de La Haye, accusé de crimes de guerre pendant les guerres des années 1990 en ex-Yougoslavie.

Au cours de la décennie précédente, le parti d' Aleksandar Vučić a connu un succès significatif dans le développement économique du pays, ayant construit des infrastructures modernes, réduit le chômage et attiré les investissements étrangers. Mais le style de gouvernance d'Aleksandar Vučić, qui concentre tous les pouvoirs du pays dans son bureau, lui a souvent valu d'être qualifié d'autocrate populiste. 

Le Parlement européen et la Commission européenne ont tous deux abordé les graves lacunes de la démocratie serbe dans leurs rapports annuels sur les progrès de la Serbie sur la voie de l'adhésion à l'UE. La plupart des plaintes concernent l'État de droit et la liberté de la presse. 

Aleksandar Vučić est souvent comparé au Premier ministre hongrois, Viktor Orbàn, avec lequel il entretient une relation très amicale. Récemment, Aleksandar Vučić a reçu de nombreuses critiques de la part des capitales européennes et des États-Unis pour avoir refusé de se joindre aux sanctions occidentales contre la Russie et pour avoir ouvertement déclaré son intention de maintenir de bonnes relations avec Moscou, tout en condamnant son attaque contre l'Ukraine.

L'opposition

L'opposition est divisée en deux camps. Le premier est l'opposition dite pro-européenne. Le parti le plus important est le Parti de la liberté et de la justice, dirigé par l'ancien maire de Belgrade, Dragan Djilas. Ce bloc réunit notamment des partis verts et de centre-gauche dont les programmes sont axés sur l'adhésion de la Serbie à l'UE. 

Leurs tentatives depuis une décennie de contrarier Aleksandar Vučić ont produit des résultats mitigés. Certains analystes soulignent que cela est dû à l'absence de programme cohérent ou de contre-offre aux électeurs. Ils attribuent eux-mêmes leurs résultats médiocres au fait qu' Aleksandar Vučić contrôle les médias nationaux, les dénigre avec sa presse tabloïd et entrave leur travail. Dans le parlement sortant, ce bloc comptait une quarantaine de députés.

Le deuxième bloc d'opposition est celui des nationalistes de droite. Ils n'ont pas réussi à se mettre d'accord sur la coalition pré-électorale et affronteront donc les électeurs en deux camps. 

Tous deux ont cependant des programmes similaires. Outre le discours traditionaliste, pro-famille, pro-vie, anti-avortement et anti-gay typique de la droite dure, une grande partie de leur programme se concentre sur le Kosovo (une ancienne province serbe qui a déclaré son indépendance en 2008, une décision que la Serbie refuse d'accepter). Ils affirment que la sauvegarde de la souveraineté sur le "cœur de la Serbie" est la première des nombreuses raisons pour lesquelles les Serbes devraient refuser l'adhésion à l'UE. Jusqu'à présent, les partis de cette partie de l'échiquier politique disposaient d'une vingtaine de députés au Parlement.

Dragan Djilas, leader de la coalition Liberté et Justice, lors d'une interview avec l'Associated Press, à Belgrade, Serbie, mercredi 30 mars 2022
Dragan Djilas, leader de la coalition Liberté et Justice, lors d'une interview avec l'Associated Press, à Belgrade, Serbie, mercredi 30 mars 2022Darko Vojinovic/AP

Pourquoi les élections sont-elles anticipées ?

En effet, pourquoi un pays disposant d'une majorité stable au parlement et ne connaissant pas de crise gouvernementale devrait-il organiser des élections anticipées ? Et pas seulement une, mais quatre fois de suite. Les élections précédentes ont eu lieu l'année dernière.

Depuis l'arrivée au pouvoir du SNS, c'est la septième fois que les citoyens serbes sont appelés aux urnes. Une seule fois, les députés ont eu la possibilité de terminer leur mandat de quatre ans.

"Aleksandar Vučić convoque de nouvelles élections quand cela l'arrange, quand il perçoit une baisse de popularité ou quand il suppose que des situations défavorables à son gouvernement pourraient se présenter à l'avenir. Ce faisant, il parvient à se tailler une marge de manœuvre qui lui permet de reporter des décisions importantes, principalement celles concernant le Kosovo", écrit Antonela Riha, journaliste serbe bien connue et analyste politique pour l'"Osservatorio Balcani e Caucaso Transeuropa".

Par le passé, l'opposition a protesté contre de telles élections, voire les a boycottées. Cette fois-ci, elle les a réclamées, mais uniquement pour les parlements de Serbie et de Belgrade.

"Je n'ai résolu aucun des deux côtés de cette équation. Je ne comprends pas pourquoi l'opposition a exigé ces élections. C'est un mystère pour moi. Un mystère encore plus grand est de savoir pourquoi Aleksandar Vučić avait l'intention de les organiser de toute façon. Il n'y a pas de crise de légitimité du gouvernement qui exige des élections rapides. Il n'y a pas de centaines de milliers de personnes dans les rues. Lorsque les gens sont descendus dans la rue, les dirigeants de l'opposition qui s'adressaient à eux ont crié à Aleksandar Vučić : "ne t'avise pas de convoquer les élections !", raconte Ljilja Smajlovic, journaliste et analyste politique.

PUBLICITÉ

Quels sont les enjeux ? Des élections parlementaires devenues présidentielles

L'opposition a exigé que les élections parlementaires soient organisées séparément de celles de Belgrade et de Voïvodine et qu'Aleksandar Vučić ne prête pas son nom aux campagnes pour lesquelles il n'est pas candidat. Aleksandar Vučić a refusé catégoriquement en déclarant que les élections étaient un vote de confiance sur sa personne.

"S'ils (l'opposition) gagnent les élections, je leur donnerai le mandat mais je ne serai plus le président car je ne pourrais plus rien faire pour les citoyens de Serbie. Je veux que les gens sachent que lorsqu'ils votent, ils ne votent pas seulement pour la liste des députés, ils votent aussi pour leur président, ils votent pour moi ou contre moi, comme ils (l'opposition) le disent", a affirmé Aleksandar Vučić, lors du rassemblement de lancement de la campagne.

Tout tourne autour de Belgrade ?

Les sondages d'opinion suggèrent que la cote des partis au pouvoir n'est pas en forte baisse par rapport aux élections précédentes. Si le SNS peut maintenir la même coalition ou une coalition similaire, il ne devrait pas avoir de problème pour former le prochain gouvernement.

Mais la capitale est le bastion traditionnel de l'Alliance civique de Serbie et des libéraux, actuellement dans l'opposition. Lors des précédentes élections à Belgrade, le SNS a eu du mal à former le gouvernement de la ville et n'y est parvenu qu'après plusieurs scrutins et après la défection de certains députés de l'opposition. Il s'agit à nouveau de la course la plus serrée et la plus importante. Belgrade abrite un quart de la population serbe et produit plus de la moitié du PIB du pays. C'est là que se trouve l'argent et la victoire à Belgrade est généralement considérée comme le prélude à la prise du pouvoir dans l'ensemble de la Serbie.

L'opposition pro-UE est la plus forte, mais l'opposition nationaliste et les socialistes pourraient encore être les faiseurs de roi.

PUBLICITÉ
Des personnes accompagnées d'enfants marchent dans une rue de Belgrade, Serbie, mercredi 8 mars 2023.
Des personnes accompagnées d'enfants marchent dans une rue de Belgrade, Serbie, mercredi 8 mars 2023.Pavel Golovkin/AP

Que propose-t-on aux électeurs ?

Tout au long de la campagne, le parti au pouvoir, le SNS, s'est efforcé de capitaliser sur les réalisations économiques. Des centaines de kilomètres d'autoroutes nouvelles et modernes, des trains à grande vitesse, des écoles et des hôpitaux rénovés et un afflux constant d'investissements étrangers.

"Au début du mois d'octobre, nous avons enregistré 3,42 milliards d'euros de nouveaux investissements directs étrangers cette année. L'année dernière a été un record, avec 4,4 milliards, mais j'espère que nous dépasserons ce chiffre d'ici la fin de l'année", a confié Aleksandar Vučić lors d'un rassemblement inaugurant une nouvelle route dans la province de Voïvodine, dans le nord de la Serbie.

Le taux de chômage de 9,1 % (selon les projections du FMI) est inférieur à celui de certains États membres de l'UE et la croissance économique est restée stable tout au long de la pandémie de Covid et de la guerre en Ukraine (cette année, le gouvernement prévoit un taux de 2,5 %). Le gouvernement s'enorgueillit également de réserves record de devises fortes et d'or, ainsi que d'un léger déficit budgétaire de 3 %. La seule donnée qui vient gâcher le tableau, notamment parce qu'elle rend la vie de la population difficile, est l'inflation, qui est la deuxième la plus élevée d'Europe (Turquie exclue). Elle s'élevait à plus de 10 % en novembre.

L'opposition se concentre sur l'État de droit, la liberté des médias et la corruption, ces trois points étant constamment critiqués dans plusieurs rapports successifs sur les progrès de la Serbie sur la voie de l'adhésion à l'UE, publiés par la Commission européenne et le Parlement européen.

"Le nouveau gouvernement technique devrait mettre de côté ses différences, arrêter tous les criminels, vous voyez que la criminalité est endémique. Les policiers qui combattent et arrêtent les trafiquants de drogue dirigeront la police, pas ceux qui les en empêchent. Les biens de chacun seront examinés, de même que les transactions commerciales et les appels d'offres. Et nous libérerons les médias", a promis Dragan Djilas sur l'antenne d'Euronews Serbie.

PUBLICITÉ
Une femme brandit le drapeau serbe lors d'un dernier rassemblement pré-électoral de la coalition d'opposition "Serbie contre la violence" à Belgrade, Serbie, le 12/12/23
Une femme brandit le drapeau serbe lors d'un dernier rassemblement pré-électoral de la coalition d'opposition "Serbie contre la violence" à Belgrade, Serbie, le 12/12/23Darko Vojinovic/AP

Comment s'est déroulée la campagne ?

Les élections ayant été transformées en un vote de défiance ou de confiance à l'égard du pouvoir d'Aleksandar Vučić, la longue campagne de 45 jours s'est rapidement transformée en échange d'insultes et d'accusations. L'opposition a utilisé ses médias pour accuser Aleksandar Vučić d'organiser le crime et la corruption, et ce dernier a répliqué par des salves provenant des médias qu'il contrôle, notamment les tabloïds à grand tirage, pour dépeindre les dirigeants de l'opposition comme des ennemis du peuple.

Après une visite en Serbie, les observateurs du Conseil de l'Europe ont souligné que la campagne électorale s'est caractérisée par "un niveau sans précédent de langage négatif et alarmiste, d'attaques contre l'opposition et les journalistes et de graves problèmes affectant les médias".

Toutefois, les bagarres physiques entre militants de partis et les guerres d'affiches qui se sont produites dans le passé n'ont pas été signalées jusqu'à présent.

Les sondages montrant que la plupart des électeurs plus âgés sont déjà décidés et peu susceptibles de changer d'avis, les politiciens visent en priorité les électeurs plus jeunes, y compris ceux qui votent pour la première fois. 

Aleksandar Vučić a annoncé que les lycéens recevraient une aide financière de 10 000 dinars (90 euros) chacun et que les cartes d'allocations nouvellement créées pour les étudiants seraient complétées par 1 000 dinars (9 euros). L'opposition l'a accusé de soudoyer les électeurs avec l'argent du budget du pays. Aleksandar Vučić, ainsi que certains de ses ministres, ont également ouvert des comptes TikTok pour davantage cibler la jeunesse.

PUBLICITÉ

Alors que l'opposition crie à l'injustice en raison des conditions électorales, la surveillance des élections sera cruciale pour éliminer la possibilité d'irrégularités ou de réclamations à ce sujet.

Tous les partis participants sont autorisés à envoyer des observateurs dans tous les bureaux de vote. Comme d'habitude, les missions de l'OSCE, du Conseil de l'Europe et de l'UE observeront le scrutin, de même que certaines ONG serbes.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Élections en Serbie: des "achats de voix" observés, la victoire du camp présidentiel confirmée

Le président serbe revendique la victoire de son parti aux élections législatives

Serbie : des législatives anticipées convoquées pour le 17 décembre