La guerre en Ukraine, les cartes en mains, le 16 février 2024

AP
AP Tous droits réservés AP Photo/Mindaugas Kulbis, File
Tous droits réservés AP Photo/Mindaugas Kulbis, File
Par Oleksandra Vakulina
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les pays baltes et la Moldavie font face à un "risque constant" d'attaques hybrides en provenance de la Russie.

PUBLICITÉ

L'ISW a récemment observé des acteurs du Kremlin, y compris le président russe Vladimir Poutine, établissant des conditions informationnelles pour justifier d'éventuelles attaques hybrides russes contre la Moldavie ainsi que les États baltes, le Danemark et la Finlande.

Dans sa dernière évaluation, le groupe de réflexion américain déclare : le Kremlin mène des opérations d'information contre la Moldavie très similaires à celles qu'il a utilisées avant ses invasions de l'Ukraine en 2014 et 2022, probablement pour créer des conditions justifiant une éventuelle escalade russe future contre la Moldavie. Bien que le moment d'une éventuelle opération hybride russe, là-bas, soit incertain, le Kremlin met en place des conditions informationnelles pour la rendre possible prochainement.

Plus tôt, le Service de renseignement étranger estonien (VLA) a déclaré que l'effort de restructuration et d'expansion militaire russe en cours vise à intensifier la posture militaire russe contre la Finlande et l'ensemble de l'OTAN.

Le VLA assure que l'armée russe est en train de former le district militaire de Leningrad et le district militaire de Moscou afin de se positionner contre la Finlande et l'OTAN tout en tentant également de "renforcer partiellement ses unités" dans la région balte.

L'évaluation du VLA est conforme à celle de l'ISW selon laquelle la Russie pourrait organiser des actifs militaires de manière à se positionner le long de la frontière avec les membres de l'OTAN à moyen et long terme.

Le Service de renseignement étranger estonien déclare : la probabilité d'une attaque militaire directe contre l'Estonie reste faible cette année, mais la situation sécuritaire en Europe et le long des frontières de l'Estonie dans un avenir proche dépendent de savoir si l'Ukraine, avec le soutien de ses alliés, peut briser l'agression russe.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Le président ukrainien à Berlin et Paris pour signer des accords de sécurité bilatéraux

Guerre en Ukraine : Moscou annonce un accord avec Kyiv pour échanger 48 enfants

La Russie a attaqué Kostiantynivka, près du Donetsk, avec une bombe aérienne guidée