L'interminable attente des familles des disparus en Ukraine

Irina Reva est sans nouvelles de son fils Vladislav depuis un an et demi. Il fait partie des plus de 30 000 Ukrainiens portés disparus depuis le début de la guerre.
Irina Reva est sans nouvelles de son fils Vladislav depuis un an et demi. Il fait partie des plus de 30 000 Ukrainiens portés disparus depuis le début de la guerre. Tous droits réservés Evgeniy Maloletka/Copyright 2024 The AP. All rights reserved
Tous droits réservés Evgeniy Maloletka/Copyright 2024 The AP. All rights reserved
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Plus de 30 000 personnes sont portées disparues depuis le début de la guerre il y deux ans.

PUBLICITÉ

De nombreuses familles s'accrochent aux maigres espoirs de retrouver leurs proches, malgré les mois qui passent. 

C'est le cas d'Irina Reva, une mère ukrainienne sans nouvelles de son fils Vladislav depuis plus d'un an et demi. La dernière fois qu'elle lui a parlé, c'était par téléphone, juste avant qu'il parte au front avec l'armée ukrainienne dans la région de Donetsk.

Irina a tenté de dissuader son fils d'aller au combat, mais en vain : il s'est excusé, lui a dit qu'il aimait son pays, et lui a dit "je t'aime" une dernière fois, avant de raccrocher. Malgré le très faible espoir de retrouver son fils aujourd'hui, elle ne veut pas baisser totalement les bras : "tant que je serai en vie, je l'attendrai, je le chercherai, je ne peux toujours pas me résigner. Pour moi, il est vivant". 

La police tente de retrouver les disparus, qu'ils soient militaires ou civils, y compris les enfants, dont plusieurs milliers auraient été enlevés par la Russie

18 000 échantillons ADN ont été prélevés sur les proches des personnes recherchées. Si, parfois, certaines familles peuvent être réunies grâce à cette technologie - ou au moins identifier formellement le corps d'un proche - de nombreuses autres restent dans l'attente. 

Comme Tatiana Khvostenka, dont le mari, Oleg, aurait fait partie des civils détenus par l'armée russe dans la région occupée de Zaporijjia à l'été 2022, alors qu'il sortait simplement chercher sa voiture. 

"Pendant 36 ans, j'ai eu un homme à mes côtés", explique-t-elle à propos de son mari disparu, tout en regardant des photos d'eux sur son ordinateur. "Et maintenant, il n'est plus là. C'est dur".

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Deux ans de guerre en Ukraine : "Nous avions des projets ambitieux pour l'avenir"

Au moins trois morts après une attaque de drones russes en Ukraine

Guerre en Ukraine : 150 000 Russes et 16 000 Ukrainiens sont partis vivre en Serbie