Guerre Israël-Hamas : l'aide humanitaire parachutée sur la bande de Gaza

Des Palestiniens attendent de l'aide humanitaire sur une plage de la ville de Gaza, dans la bande de Gaza, le dimanche 25 février 2024.
Des Palestiniens attendent de l'aide humanitaire sur une plage de la ville de Gaza, dans la bande de Gaza, le dimanche 25 février 2024. Tous droits réservés Mahmoud Essa/Copyright 2024 The AP. All rights reserved.
Par Euronews avec agences
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

L'ONU s'alarme d'une "famine généralisée presque inévitable" dans la Bande de Gaza. Plusieurs ONG accusent Israël de bloquer l'aide humanitaire malgré la décision de la CIJ.

PUBLICITÉ

Plusieurs avions égyptiens, qataris et jordaniens ont largué des caisses d'aide humanitaire sur les villes de Rafah et de Khan Younès, où des centaines de milliers de Gazaouis on trouvé refuge ces derniers mois face aux attaques de l'armée israélienne.

L'ONU s'alarme d'une "famine généralisée presque inévitable" dans l'enclave palestinienne, notamment dans le nord. Depuis le 23 janvier, aucun convoi n'a pu pas se rendre dans la ville de Gaza, où des milliers de personnes survivent dans des conditions misérables, selon les Nations Unies.

Pourtant, il y a un mois, la Cour internationale de Justice a exigé qu'Israël prenne les mesures nécessaires pour améliorer la situation humanitaire à Gaza. Mais d'après plusieurs agences, dont l'UNICEF, la Croix-Rouge et Oxfam, la situation y empire de jour en jour.

Une inquiétude également discutée lors de la dernière session du Conseil de sécurité de l'ONU... Deux groupes de défense des droits de l'homme ont accusé Israël de continuer à bloquer l'aide malgré la décision de la CIJ.

Amnesty International affirme que le nombre de camions humanitaires autorisés à entrer dans l'enclave a également diminué d'un tiers.

Les Etats-Unis et le Qatar, engagés avec l'Egypte dans une médiation entre Israël et le Hamas, espèrent obtenir une trêve avant le début du ramadan, qui commence autour du 10 mars, permettant la libération d'une partie des 130 otages détenus dans le territoire.

L'armée israélienne affirme se concentrer sur la zone de Zeitoun, dans la ville de Gaza depuis la semaine dernière. Tsahal affirme y avoir localisé des armes, et plusieurs combattants du Hamas.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

États-Unis : Gaza s'invite dans la primaire démocrate du Michigan

Guerre Israël-Hamas : une trêve des opérations militaires attendue durant le ramadan selon Joe Biden

Guerre à Gaza : les pourparlers de paix vont se poursuivre cette semaine, mais les raids continuent