Trump obligé de vendre des biens pour payer une caution de 454 millions de dollars ?

Donald Trump en campagne à Vandalia, en Ohio, dimanche 16 mars 2024.
Donald Trump en campagne à Vandalia, en Ohio, dimanche 16 mars 2024. Tous droits réservés Jeff Dean/Copyright 2024 The AP. All rights reserved.
Tous droits réservés Jeff Dean/Copyright 2024 The AP. All rights reserved.
Par euronews avec AP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Les avocats de Donald Trump ont reconnu que leur client n'avait par l'argent disponible pour payer une caution de 454 millions de dollars après une condamnation pour fraude financière.

PUBLICITÉ

L'ex-président américain ne serait pas en mesure de payer une garantie de 454 millions de dollars alors qu'il fait appel d'un jugement dans lequel il a été condamné pour fraude financière.

Dans un document judiciaire de 5000 pages mis en ligne lundi par la section d'appel de la cour suprême de l'État de New York (tribunal de première instance de Manhattan), les avocats ont déclaré que Donald Trump était dans l'impossibilité de verser une garantie de paiement pendant qu'il faisait appel, suggérant que les pertes juridiques de Donald Trump de ses derniers mois l'ont placé dans une grave crise de trésorerie.

Les avocats ont écrit qu’ obtenir une caution d’appel correspondant au montant total  du jugement "n’est pas possible dans les circonstances présentes".

Le candidat à la présidentielle de novembre prochain avait pourtant affirmé l’année dernière qu’il disposait de "plus de 400 millions de dollars en espèces", mais les différentes défaites judiciaires de ces derniers mois devant les tribunaux américains ont gonflé sa dette légale au-delà d’un demi-milliard de dollars.

Citant le refus de plus de 30 souscripteurs d'obligations, les avocats de D. Trump ont demandé à la cour d'appel intermédiaire de l'État d'annuler une décision antérieure exigeant qu'il dépose une garantie couvrant le montant total afin d'en interrompre l'exécution pendant qu'il fait appel du jugement.

Donald Trump doit payer sa caution à l'Etat après qu'il a été reconnu coupable, avec ses coaccusés, d'avoir comploté pendant des années pour tromper les banques et les assureurs en gonflant sa richesse sur des états financiers utilisés pour garantir des prêts et conclure des transactions.

Si la demande de recours déposée par les avocats de l'ex-président n'est pas validée, le juge James (démocrate), de première instance, pourra alors demander l'exécution du jugement à partir du 25 mars. Le juge a déjà déclaré qu'il chercherait à saisir une partie des actifs de D. Trump s’il n’était pas en mesure de payer. A****vec les intérêts, la facture se monte déjà à 456,8 millions de dollars. Ce montant augmente de près de 112 000 dollars chaque jour.

Or si l'homme d'affaires ne peut pas payer il risque de voir certains de ses biens immobiliers saisis par la justice.

Au total, Donald Trump et ses coaccusés, dont son entreprise, ses fils Eric et Donald Trump Jr. et d'autres dirigeants, doivent 467,3 millions de dollars.

Pour obtenir une caution, ils devraient fournir des garanties couvrant 120 % du jugement, soit environ 557,5 millions de dollars, ont indiqué les avocats de Trump.

Le candidat républicain affirme qu’il vaut plusieurs milliards de dollars, mais une grande partie de sa richesse est liée à ses gratte-ciel, ses terrains de golf et autres propriétés.

Peu de souscripteurs étaient disposés à émettre une obligation aussi importante et aucun n’accepterait les actifs immobiliers de D. Trump comme garantie, exigeant plutôt de la trésorerie ou des équivalents de trésorerie, tels que des actions ou des obligations, ont déclaré ses avocats.

Le magnat de l'immobilier a fustigé son jugement "totalement bidon" et dénigré publiquement les magistrats chargés de l'affaire.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Présidentielle américaine : Joe Biden face Donald Trump, le match retour se précise

Antisémitisme : la police américaine intervient sur des campus

Mike Pence : "Je crois que l'Amérique est le leader du monde libre"