PUBLICITÉ

Plus de 53 000 personnes ont fui Port-au-Prince, en moins de trois semaines

 Un homme courre se cacher alors que la police anti-émeute lance des gaz lacrymogènes pour tenter de disperser les gens près du Palais National, à Port-au-Prince, à Haïti, le
Un homme courre se cacher alors que la police anti-émeute lance des gaz lacrymogènes pour tenter de disperser les gens près du Palais National, à Port-au-Prince, à Haïti, le Tous droits réservés Odelyn Joseph/Copyright 2024 The AP. All rights reserved
Tous droits réservés Odelyn Joseph/Copyright 2024 The AP. All rights reserved
Par Vera Lou Derideuronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Plus de 60 % des habitants de Port-au-Prince quittant la capitale se dirigent vers les départements du Grand Sud du pays, qui accueillent déjà, sans infrastructures suffisantes, plus de 116 000 personnes.

PUBLICITÉ

Plus de 53 000 personnes ont fui la capitale haïtienne en moins de trois semaines, la grande majorité pour échapper à la violence incessante des gangs, selon un rapport des Nations Unies publié ce mardi. Plus de 60 % d’entre eux se dirigent vers la région rurale du sud d’Haïti, ce qui inquiète les responsables de l’ONU.

« Nos collègues humanitaires ont souligné que ces départements ne disposent pas d'infrastructures suffisantes et que les communautés d'accueil ne disposent pas de ressources suffisantes pour faire face au grand nombre de personnes fuyant Port-au-Prince », a déclaré le porte-parole de l'ONU, Stéphane Dujarric.

La région sud accueille déjà plus de 116 000 Haïtiens qui ont quitté Port-au-Prince, selon le rapport de l'Organisation internationale pour les migrations de l'ONU.

Les Haïtiens fuient les gangs

L'exode de quelque trois millions d'habitants de la capitale a commencé peu après que de puissants gangs aient lancé une série d'attaques contre les institutions gouvernementales fin février.

Des hommes armés ont incendié des commissariats de police, ouvert le feu sur le principal aéroport international, qui reste fermé, et pris d’assaut les deux plus grandes prisons d’Haïti, libérant plus de 4 000 détenus.

Les Haïtiens cherchent désespérément à reprendre leur routine quotidienne, mais les tirs continuent et croiser des corps gisant dans la rue ou devoir éviter les balles en se rendant au marché fait désormais partie de la vie quotidienne en Haïti.

Des Mexicains ont été évacué d'Haïti

Le gouvernement mexicain a déclaré lundi 1er avril qu'il avait évacué des dizaines de ses ressortissants d'Haïti alors que ce pays des Caraïbes continue de lutter contre la violence des gangs.

Le personnel du ministère des Affaires étrangères et de la Marine a transporté 34 ressortissants mexicains, dont 24 hommes et 10 femmes, a indiqué le gouvernement, ajoutant que sept enfants ont également été évacués.

Le gouvernement a déclaré que les ressortissants mexicains avaient demandé à quitter la capitale haïtienne, Port-au-Prince, en raison de la détérioration de la situation sécuritaire.

Le président Andrés Manuel López Obrador a déclaré que les Mexicains demandant à être rapatriés seraient évacués par un navire et un hélicoptère de la marine pour assurer leur sécurité, selon un communiqué publié ce lundi.

Pour des raisons de sécurité, l'opération n'a pas été annoncée publiquement à l'avance et a débuté ce dimanche 31 mars à 4 heures du matin.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Haïti : massacre dans le sud de Port-au-Prince

Après la démission du Premier ministre, les Haïtiens partagés entre espoir et résignation

Haïti : de nouveaux affrontements entre gangs et police