Comment soutenir l'Ukraine à long terme ?

Jens Stoltenberg, le secrétaire général de l'OTAN
Jens Stoltenberg, le secrétaire général de l'OTAN Tous droits réservés Geert Vanden Wijngaert/Copyright 2024 The AP. All rights reserved
Tous droits réservés Geert Vanden Wijngaert/Copyright 2024 The AP. All rights reserved
Par euronews avec AP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les membres de l'OTAN sont réunis à Bruxelles et discutent de la façon d'apporter un soutien structurel et solide à Kyiv.

PUBLICITÉ

Les ministres des affaires étrangères de l'Organisation militaire sont réunis à Bruxelles, mercredi et jeudi, avec l'Ukraine au cœur de leurs préoccupations, alors que la Russie gagne doucement du terrain sur le champ de bataille.

Nous sommes en train d'élaborer un cadre institutionnel plus solide et plus durable pour le soutien à l'Ukraine
Jens Stoltenberg
secrétaire général de l'OTAN

Le secrétaire général de l'Alliance atlantique a insisté sur la nécessité de structurer la façon dont les pays interviennent pour soutenir Kyiv. "Nous sommes en train d'élaborer un cadre institutionnel plus solide et plus durable pour le soutien à l'Ukraine. Les différentes manières de garantir que notre soutien doivent moins dépendre d'offres volontaires à court terme et davantage d'engagements à long terme de l'OTAN" a développé Jen Stoltenberg. 

Pendant que l'OTAN discute d'un plan structurel d'aide à Kyiv, le Président du Conseil européen, Charles Michel, est en Roumanie, où il doit rencontrer d'autres dirigeants européens.

Charles Michel et le président roumain, Klaus Iohannis, ont rappelé que soutenir l'Ukraine restait l'une des priorités de l'Union européenne.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Guerre Russie-Ukraine : le président finlandais signe en Ukraine un accord de sécurité

L'OTAN veut allouer une aide de 100 milliards d'euros à l'Ukraine

Envoyer des armes en Ukraine : "absolument essentiel" selon Antony Blinken