Comment l'adhésion à l'UE stimule l'économie des pays européens

En partenariat avec The European Commission
Comment l'adhésion à l'UE stimule l'économie des pays européens
Tous droits réservés euronews
Tous droits réservés euronews
Par Andrea Bolitho
Partager cet article
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Cette année marque le 20ème anniversaire du plus grand élargissement de l'Union européenne. 10 pays, parmi lesquels la Lettonie et la République tchèque, ont rejoint l’Union en 2004, une transformation politique majeure qui a permis la création de milliers d'entreprises.

Nous nous sommes rendus à Riga et à Prague pour rencontrer des entrepreneurs dont l'activité s'est fortement développée au cours des 20 dernières années, pour comprendre en quoi l'appartenance à l'Union européenne facilite et encourage le commerce sur le continent.

Production locale, ventes internationales

À Riga, en Lettonie, les entrepreneurs de MADARA Cosmetics utilisent les matières premières locales - telles que l'eau de bouleau - pour fabriquer des produits de beauté naturels

Fondée dans un petit appartement de la capitale lettone il y a 18 ans - deux ans après l'adhésion du pays balte à l'Union européenne - l'entreprise vend désormais ses produits dans toute l'Europe.

Comme l'explique Gunta Šulte, PDG de l'entreprise: "L’adhésion à l’UE, dès le premier jour, a permis aux fondateurs de MADARA de l'envisager comme une entreprise mondiale".

"Nous avons décidé de concentrer notre recherche d'ingrédients actifs dans la nature nordique locale, car c'est de là que nous venons, c'est ce qui nous tient à cœur", ajoute Lotte Tisenkopfa-Iltnere, cofondatrice de MADARA Cosmetics.

L'appartenance au marché unique européen affecte tous les aspects de l'activité de l'entreprise, de l'emballage à l'internationalisation.

"Il est beaucoup plus facile d'exporter, de faire du commerce, de conclure des accords, parce que la réglementation sur les cosmétiques est homogène dans toute l'UE", explique Lotte Tisenkopfa-Iltnere. "Cela facilite le travail pour l’étiquetage, pour les départements juridiques, pour le contrôle de qualité".

Pour la PDG de l'entreprise, MADARA représente parfaitement le type de start-ups et d'esprit d'entreprise qui ont émergé au milieu des années 2000 avec l'adhésion des pays baltes à l'UE.

"Vous supprimez la barrière des frontières et des obstacles physiques à la circulation des marchandises", déclare Gunta Šulte. "Cela vous libère aussi mentalement et vous permet d'envisager votre activité à l'échelle mondiale dès le premier jour".

Les avantages du marché unique européen

En République tchèque - un autre membre de la "promotion 2004" - le vendeur de panneaux photovoltaïques Raylyst Solar, basé à Prague, est l'entreprise à la croissance la plus rapide d'Europe, selon le dernier classement publié par le Financial Times.

Pour Michal Petřek, directeur marketing de l'entreprise, le marché unique européen est un atout majeur pour les start-ups du continent.

"Le marché unique permet la libre circulation des produits, il nous aide à être plus rapides, il n'y a pas de taxes aux frontières, tout est moins cher et nous embauchons beaucoup d'étrangers", explique-t-il.

La transition écologique de l'Europe est une véritable aubaine pour Raylyst Solar, qui a enregistré une croissance annuelle de plus de 800 % entre 2019 et 2022.

"Ce marché se porte très bien parce que nous devons transformer notre infrastructure énergétique et que les centrales photovoltaïques offrent une possibilité très intéressante de décentraliser nos réseaux", affirme Michal Petřek.

Les 10 pays qui ont rejoint l'Union européenne en 2004 ont tous connu une croissance économique substantielle, grâce à une baisse des coûts commerciaux et une meilleure intégration des chaînes d'approvisionnement.

L'Union continue de s'élargir : la Bulgarie et la Roumanie y ont adhéré en 2007, la Croatie en 2013, et le statut de candidat a été accordé à neuf autres pays, dont l'Albanie, la Serbie et l'Ukraine.

Journaliste • Vincent Reynier

Partager cet article