La Voix d'Aida, meilleur film européen 2021, rend hommage aux femmes de Srebrenica

Quo Vadis, Aida?
Quo Vadis, Aida? Tous droits réservés Curzon
Par Frédéric Ponsard
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Ce sont deux films aux résonnances politiques qui ont été récompensés par les Prix du cinéma européen à Berlin : La Voie d'Aida, qui revient sur le massacre de Srebrenica dans les Balkans en 1995, et Flee, film d'animation documentaire sur un migrant afghan

PUBLICITÉ

Depuis Berlin, lors d'une cérémonie virtuelle samedi soir, le grand gagnant des European Film Awards qui récompense chaque année le meilleur du cinéma européen fut Quo Vadis, Aida? (La Voie d'Aida), de la réalisatrice bosniaque Jasmila Žbanić.

Meilleur film, meilleure réalisatrice et Meilleure actrice, le film a remporté l'adhésion des membres de la European Film Academy, qui regroupe 4200 professionnels européens du cinéma.

Un film puissant, nominé en début d'année aux Oscars, et qui revient sur le massacre de Sreberenica pendant la guerre des Balkans en 1995, on a même parlé de génocide avec l'exécution de plus de 8000 bosniaques musulmans par des bosniaques serbes.

"Ce film est dédié aux femmes et aux mères de Srebrenica, et à leurs fils, maris, pères tués, trois générations d'hommes exterminés à cause de leur origine. Les femmes de Srebrenica trouvent un moyen de construire la paix dans un pays complètement détruit. Les femmes doivent toujours réparer les dégâts causés par les hommes. Je dédie ce prix aux femmes de Srebrenica et à nos mères qui nous ont appris à transformer la destruction en amour."
Jasmila Žbanić
réalisatrice

La Voie d'Aida est une coproduction européennes exemplaire, dix producteurs de dix pays différents y ont participé, porté de bout en bout par l'interprétation de Jasna Đuričić.

Le film succède à Drunk du danois Thomas Vinterberg, qui avait dans la foulée gagné l'Oscar du Meilleur film étranger.

Anthony Hopkins a quant à lui remporté le Prix du Meilleur acteur pour The Father de Florian Zeller, qui remporte aussi le Prix du Meilleur scénario.

L'autre grand gagnant de l'année est le film Flee du franco-danois Jonas Poher Rasmussen, qui remporte, fait unique, à la fois le Prix du Meilleur documentaire et celui du Meilleur film d'animation.

Un couronnement pour le film qui avait déjà remporté le Prix du Meilleur documentaire à Sundance, et celui du Meilleur film d'animation à Annecy, deux références mondiales à la manière.

L'histoire vraie d'Amin, un Afghan qui a dû fuir son pays à la fin des années 80 alors qu'il n'était qu'un enfant. Trente ans plus tard, désormais universitaire au Danemark, il va confier à son meilleur ami la véritable histoire de son voyage et de son combat pour la liberté.

Journaliste • Frédéric Ponsard

Video editor • Frédéric Ponsard

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Une marche de la paix, pour ne pas oublier le génocide de Srebrenica

Drunk, Ondine ou Collective : retour sur le palmarès des Prix du Cinéma européen 2020

Wim Wenders, Prix Lumière 2023 à Lyon, "la source du cinéma"