Les enfants d'Ukraine, au cœur du Festival international du film de Thessalonique 2022

Les enfants d'Ukraine, au cœur du Festival international du film de Thessalonique 2022
Tous droits réservés euronews
Par Yorgos Mitropoulos
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Entretien avec le réalisateur de "A House Made Of Splinters", un documentaire qui suit la vie d'enfants placés dans un foyer d'accueil temporaire, dans l'Est de l'Ukraine.

PUBLICITÉ

C'est une production qui a remporté le prix de la mise en scène au festival du film de Sundance 2022, dans la catégorie World Cinema Documentar, et qui s'inscrit pleinement dans l'actualité du moment, la guerre en Ukraine.

"A House made of Splinters" suit des enfants réfugiés dans un foyer temporaire de l'Est de l'Ukraine, région en guerre. Leurs parents, pauvres, ne peuvent pas subvenir à leurs besoins.

Lauréat de l'Alexandre d'or en 2018, avec le documentaire "The Distant Barking of Dogs", le réalisateur Simon Lereng Wilmont fait son retour à Thessalonique en 2022 en évoquant une région proche de la ligne de front en Ukraine, dans la ville de Lyssytchansk, située dans l'oblast de Louhansk.

"C'est une société qui a été sous pression, à cause de la guerre en cours depuis plus de sept ans. Naturellement, il y a des conséquences à long terme, plus invisibles, dans une région comme celle-ci. Les ressources s'épuisent, les gens perdent leur travail, il n'y a pas assez d'argent, le chômage augmente, les gens perdent espoir. Et si vous ne pouvez pas vous échapper, vous pouvez commencer à boire, cela peut créer des violences dans les familles. Ces enfants viennent de ces familles."

Après le tournage, le réalisateur a gardé contacts avec le personnel de ce foyer. Au premier jour de l'invasion russe, les enfants et les travailleurs de ce centre ont pu partir, dans l'ouest de l'Ukraine.

"Je ne vois aucune raison pour laquelle Poutine voudrait faire ce qu'il est en train de faire. C'est terrible. Il y a tellement de tragédie. Tant de pertes de vies humaines. C'est complètement horrible" commente le réalisateur.

"Ce que je sais, c'est que l'Ukraine est remplie de beaucoup de gens vraiment beaux et étonnants. Ils sont même très compétents dans des situations difficiles, ils avaient l'habitude de gérer des situations difficiles aussi. J'espère qu'ils retrouveront leur pays le plus vite possible".

A House made of Splinters, de Simon Lereng Wilmont, est à retrouver dans les principaux festivals de films documentaire, dans les prochaines semaines.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Art Paris 2024 : La diversité de la scène artistique française et ses jeunes talents à l'honneur

Andrey Gugnin remporte le premier prix de 150 000 € au concours international Classic Piano 2024

Le festival Balkan Trafik! explore la Moldavie et ses minorités culturelles