This content is not available in your region

La Baltique, plus jeune mer de la planète, frappée de plein fouet par le réchauffement climatique

euronews_icons_loading
COP26
COP26   -   Tous droits réservés  euronews
Par Janis Laizans

La Baltique est la mer la plus jeune de la planète et l'un des écosystèmes les plus sensibles. C'est pourquoi le changement climatique s'y observe souvent plus rapidement qu'ailleurs.

Ervins Vilcins y pêche depuis plus de 35 ans. En collectant des échantillons de poissons pour les chercheurs, ce pêcheur letton a été témoin de changements significatifs au fil des années. Et ce n'est pas seulement la taille des prises qui change.

"Les hivers rigoureux sont très rares. L'eau se réchauffe très probablement" remarque-t-il.

"Les poissons deviennent plus variés, par exemple, le gobie à tâche noire est arrivé dans notre faune, ce n'était pas le cas avant. Avec les eaux de ballast déchargées par les navires, différentes sortes de crabes se sont introduits. La nature change rapidement. Je ne parle même pas des petits micro-organismes que nous ne pouvons pas remarquer" s'inquiète-t-il.

Des espèces en voie d'extinction dans la mer Baltique

Le saumon et le cabillaud - autrefois abondants dans la mer Baltique - se font de plus en plus rares. Ces espèces sont en voie d'extinction non seulement à cause de la pêche excessive, mais aussi parce que leurs frayères, c'est à dire leurs lieux de reproductions, ont été réduites. Selon les scientifiques, la Baltique est déjà considérée comme une zone morte dans les eaux de plus de 80 mètres de profondeur, car la quantité d'oxygène n'est pas suffisante pour les organismes vivants.

En raison du changement climatique, le taux de renouvellement de l'eau diminue, ce qui crée de graves problèmes pour cet écosystème semi-fermé.

"Ces apports d'eau à grande échelle étaient assez réguliers au cours du siècle dernier, mais ils ont disparu au cours des dernières décennies et il n'y a plus que quelques grands apports d'eau" indique Ivars Putnis, de l'institut scientifique "Bior".

"En fait, grâce à ces apports, de l'eau plus salée et plus oxygénée de la mer du Nord est amenée dans la mer Baltique et c'est comme une respiration pour l'environnement de la mer Baltique" analyse-t-il. Mais ce phénomène s'est réduit, ce qui explique le "si mauvais état" de cette mer, déplore-t-il.

La Baltique est aussi confrontée à d'autres impacts environnementaux comme la pollution causée par la production industrielle et l'agriculture. De lourds fardeaux pour une mer aussi petite et peu profonde. En conséquence, la Baltique est reconnue comme l'un des écosystèmes les plus pollués du monde.

"C'est un peu effrayant parce qu'en parallèle, je ne vois pas comment les gens cherchent vraiment sérieusement à la préserver. Il cherchent plutôt de nouveaux moyens d'obtenir des avantages économiques" indique Juris Aigars, chercheur à l'institut letton d'écologie aquatique.