Comment les vins autrichiens s'adaptent à la hausse des températures

Comment les vins autrichiens s'adaptent à la hausse des températures
Tous droits réservés euronews
Par Johannes Pleschberger
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

En Autriche comme ailleurs, la viticulture subit les effets du changement climatique. Les producteurs de vin s'adaptent en misant sur des cépages résistants à la chaleur tandis que les vignobles s'étendent à des régions jadis trop froides pour cette culture.

PUBLICITÉ

En Autriche comme ailleurs, la hausse des températures change les arômes des vins. Ce qui pousse certains viticulteurs à se tourner vers de nouveaux cépages. Près de la ville de Rust, nous nous rendons dans le vignoble de Günter Triebaumer."Souvent en août, on se croirait dans un four ici," décrit le viticulteur. "Par rapport à quand j'étais jeune, la saison des vendanges a été avancée de six semaines," fait-il remarquer.

De nouveaux cépages

Comme les vendanges ont lieu plus tôt, pendant l'été, les vins perdent en acidité et ont moins de fraîcheur en bouche. Mais le furmint, un cépage blanc méconnu, est venu à la rescousse. "Le furmint est un cépage à maturation tardive : donc pendant la chaleur du mois d'août, alors que d'autres cépages sont déjà arrivés à maturité, se chargent en sucres et perdent en acidité, on n'a pas ce problème avec le furmint parce qu'il arrive à maturité plus tard," précise Günter Triebaumer.

Euronews
Le viticulteur Günter Tribaumer, près de Rust en Autriche, opte pour de nouveaux cépages plus résistants à la chaleurEuronews

Le succès international des vins autrichiens

En raison du changement climatique, de plus en plus de viticulteurs autrichiens se tournent vers le furmint. Ses cultures ont triplé en superficie, au cours des huit dernières années.

Au niveau international, les vins autrichiens sont de plus en plus considérés comme durables et de grande qualité. Récemment, la valeur de leurs exportations a atteint un nouveau sommet.

Dans un bar de Rust, nous rencontrons Janine, touriste venue d'Allemagne."Le vin autrichien est séduisant parce qu'il a des notes fruitées et qu'il est doux, il n'est pas trop acide, il est très agréable," estime-t-elle.

Francesco Nardo, caviste de Vienne, nous précise de son côté : "À l'export, le Grüner Veltliner et le Riesling sont les deux vins que l'Autriche vend le plus."

De nouvelles zones de viticulture

À l'heure actuelle, le cépage du Grüner Veltliner occupe un tiers des surfaces viticoles dans le pays. Mais la chaleur pourrait entamer le succès de ce type de vins à l'export, entraînant des répercussions chez de nombreux viticulteurs.

"Il y aura peut-être moins de Grüner Veltliner pétillants et davantage de Grüner Veltliner plus puissants," indique pour sa part, Michaela Griesser, spécialiste de la viticulture à l'Université des ressources naturelles et des sciences de la vie de Vienne. Selon cette spécialiste de la viticulture, le monde du vin vit un grand bouleversement dans toute l'Europe. "Il y a déjà des vignobles en Suède, donc clairement, les zones dédiées à la viticulture vont se déplacer," affirme Michaela Griesser. "Peut-être que dans ses zones traditionnelles où il fera plus chaud, il se pourrait que l'on plante d'autres cultures et non plus des vignes," souligne-t-elle.

Jusqu'à présent, dans de nombreuses régions d'Autriche, il faisait trop froid pour la viticulture. Le changement climatique est donc, aussi une opportunité pour ce pays alpin : plus de surfaces cultivées et de nouveaux cépages.

Augmentation des besoins en irrigation artificielle

En plus du furmint, Günter Triebaumer mise depuis peu, sur un autre cépage résistant à la chaleur : le petit manseng.

"Ce que je disais du furmint, à propos de la chaleur du mois d'août, s'applique aussi au petit manseng, et même encore plus," précise le viticulteur. "Le petit manseng est encore vert en août, il ne s'est pas du tout chargé en sucres, donc la chaleur d'août ne l'affecte pas," indique-t-il.

Outre les changements de cépages, une autre transformation frappe de nombreux viticulteurs : la hausse des températures accroît les besoins en irrigation artificielle.

Journaliste • Johannes Pleschberger

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Les produits traditionnels de la gastronomie européenne menacés par le réchauffement climatique

La nouvelle certification des absorptions de carbone inquiète les défenseurs de l'environnement

Plusieurs aliments courants contiendraient des niveaux inquiétants de substances chimiques