PUBLICITÉ

Vivre près d'un parc peut réduire l'âge biologique de 2,5 ans

Une nouvelle étude a révélé que le fait de vivre à proximité d'espaces verts peut vous rajeunir biologiquement.
Une nouvelle étude a révélé que le fait de vivre à proximité d'espaces verts peut vous rajeunir biologiquement. Tous droits réservés Canva
Tous droits réservés Canva
Par Charlotte Elton
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

Selon une étude hispano-américaine, le fait de vivre près d'un parc pourrait vous rajeunir de quelques années.

PUBLICITÉ

Ne gaspillez plus votre argent en produits cosmétiques et passez plus de temps dans les parcs : une nouvelle étude a montré que l'accès à des espaces verts peut ralentir le vieillissement biologique.

Une équipe de chercheurs espagnols et américains a constaté que les personnes vivant à proximité de parcs ou jardins sont en moyenne 2,5 ans plus jeunes biologiquement que les autres.

"Vivre près d'un espace vert peut vous aider à être plus jeune que votre âge réel", a déclaré Kyeezu Kim, auteur principal de l'étude et chercheur à l'université Northwestern.

"Nous pensons que nos résultats ont des implications significatives pour la politique d'aménagement urbain, en termes d'expansion des espaces verts, afin de promouvoir la santé publique et de réduire les disparités sanitaires."

Comment les scientifiques mesurent-ils l'âge biologique ?

L'équipe de chercheurs a analysé un type de modification chimique de l'ADN connu sous le nom de "méthylation".

Certains schémas de méthylation de l'ADN ont tendance à changer avec l'âge, et ces changements peuvent être utilisés pour estimer l'âge biologique d'une personne au niveau moléculaire - ce que l'on appelle l'"horloge épigénétique".

En consultant cette "horloge", les scientifiques peuvent prédire les risques de crise cardiaque, de cancer ou de déclin cognitif.

Comment la fréquentation d'un parc peut-elle faire reculer l'horloge épigénétique ?

Le Dr. Kim et son équipe ont analysé les adresses de 924 personnes dans quatre villes américaines sur une période de vingt ans (de 1986 à 2006) afin de déterminer à quelle distance elles vivaient de la végétation et des parcs.

Ils ont associé ces données à des échantillons de sang prélevés au cours de la même période, en tenant compte d'autres variables telles que l'éducation, le revenu et les facteurs de risque comme le tabagisme.

Les résultats sont frappants. Un groupe de personnes de l'étude vivait dans des maisons entourées de 20 % de couverture végétale, dans un rayon de 5 km. Ils étaient biologiquement plus âgés d'environ 2,5 ans que ceux dont les maisons étaient entourées de 30 % de verdure.

canva
Selon une étude, les espaces verts peuvent réduire votre âge biologique.canva

Le nombre plus élevé d'interactions sociales et l'augmentation de l'exercice physique sont en partie responsables de cette disparité dans l'âge biologique, ont-ils déclaré.

Selon les auteurs de l'étude, le lien entre le vieillissement épigénétique et les espaces verts était encore plus fort chez les personnes issues de quartiers défavorisés.

Quels sont les autres bienfaits des espaces verts pour la santé ?

Les bienfaits pour la santé de la fréquentation de la nature en milieu urbain sont bien documentés.

Selon une étude finlandaise publiée en janvier de cette année, la fréquentation des espaces verts réduit d'un tiers et d'un quart, respectivement, le risque pour un citadin de prendre des médicaments contre l'asthme ou l'hypertension.

La fréquentation d'un parc peut également réduire considérablement la consommation de médicaments pour la santé mentale, qui chute de 33 %.

"Cette étude fournit des informations précieuses dont les urbanistes et les décideurs doivent tenir compte, en particulier dans les discussions en cours sur les stratégies de logement", a déclaré le Dr Mirjam Schindler, maître de conférences en géographie humaine à l'université Victoria de Wellington.

"La proximité des espaces verts est essentielle pour exploiter leurs effets sur la santé, y compris le potentiel de ralentissement du vieillissement épigénétique."

Les espaces verts sont bons pour la planète

Les espaces verts sont de plus en plus importants à mesure que la planète se réchauffe.

PUBLICITÉ

Les zones urbaines se comportent comme des "îlots de chaleur" en été car le béton et l'asphalte absorbent les rayons du soleil. Pendant les vagues de chaleur, par exemple, a température à Paris peut grimper jusqu'à 10 degrés Celsius de plus que dans les campagnes environnantes.

Plus de la moitié de la population mondiale vit aujourd'hui dans des zones urbaines, et l'on prévoit que cette proportion atteindra 68 % d'ici à 2050

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Virginijus Sinkevičius : "Les politiques environnementales, c'est un marathon"

5 euros par jour et par personne pour améliorer la vie des communautés et protéger l'environnement

Ce régime est le meilleur pour soutenir la biodiversité et la sécurité alimentaire