"Le monde nous regarde" : les dirigeants mondiaux s'apprêtent à relancer les ambitions climatiques lors du sommet de l'ONU demain

Les pays sont encouragés à renforcer leurs engagements en matière de climat.
Les pays sont encouragés à renforcer leurs engagements en matière de climat. Tous droits réservés AP Photo/Esteban Felix, File
Tous droits réservés AP Photo/Esteban Felix, File
Par Rosie Frost
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

Ce sommet, "étape politique décisive" selon l'ONU, espère faire la démonstration de la volonté mondiale d'une action climatique plus ambitieuse.

PUBLICITÉ

Demain, 20 septembre, les dirigeants du monde entier se réunissent lors du sommet sur l'ambition climatique de l'ONU, dans le but de maintenir en vie les objectifs de l'Accord de Paris. Ils se retrouvent après les négociations générales prévues au siège des Nations Unies.

Suite à la publication du Global Stocktake, le premier "bilan mondial" sur le changement climatique, il est clair que certains pays sont en retard sur leurs engagements. Ce sommet espère engranger de nouveaux engagements ambitieux, en passant de la parole aux actes.

Comme l'a dit le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, "le monde nous regarde et la planète ne peut pas attendre".

Quels sont les points à l'ordre du jour du sommet sur l'ambition climatique ?

Selon les Nations Unies, le sommet sur l'ambition climatique représente une "étape politique décisive" dans la démonstration d'une volonté collective d'accélérer les efforts visant à limiter le réchauffement de la planète à 1,5°C.

Il fait suite à un appel lancé par António Guterres aux dirigeants mondiaux, en particulier aux membres du G20, pour qu'ils coopèrent à l'accélération de l'action climatique. La liste des tâches à accomplir comprend la discussion sur la meilleure façon de passer des combustibles fossiles aux énergies propres, la réduction rapide des émissions et l'engagement en faveur d'une action fondée sur des données scientifiques.

Les trois piliers du sommet sont l'ambition, la crédibilité et la mise en œuvre.

La justice climatique est un autre sujet qui figure en bonne place à l'ordre du jour. Alors que les populations des pays les moins responsables de la crise climatique subissent les pires conséquences de celle-ci, elles ont besoin d'aide pour s'adapter et se remettre des pertes et dommages subis.

AP Photo/Channi Anand
Le Secrétaire général des Nations Unies António Guterres a appelé à une action climatique plus ambitieuseAP Photo/Channi Anand

Lors du récent Sommet africain sur le climat, les chefs d'État africains ont unanimement appelé à l'instauration d'une taxe carbone mondiale pour financer les ressources des pays les plus pauvres. Cette position influant sur les négociations de la COP28 qui se tiendra à Dubaï d'ici à la fin de l'année, la question de savoir d'où proviendront les fonds destinés à couvrir les pertes et dommages sera sans doute un sujet de discussion important.

La crédibilité des engagements en faveur d'une réduction nette zéro est également à l'ordre du jour. Il a été demandé aux pays de prendre des "mesures concrètes et clairement définies" pour parvenir plus rapidement à l'objectif du zéro émission nette, à une date aussi proche que possible de 2040 pour les pays développés et de 2050 pour les pays émergents.

Mais qu'est-ce qu'un engagement crédible en faveur de l'objectif du zéro émission nette ? De quelle manière la communauté internationale peut-elle s'assurer que les engagements se concrétisent réellement ? Et comment éviter l'écoblanchiment ? Le sommet espère que quelques-uns des dirigeants les plus ambitieux d'entreprises, de villes et de régions pourront montrer la voie à suivre.

Qui sera présent au sommet sur l'ambition climatique ?

António Guterres a appelé les dirigeants du monde entier à participer à ce sommet sur l'ambition climatique afin d'entendre les "premiers à agir" qu'ils émanent des gouvernements, de la société civile, des autorités locales, du monde de la finance et des affaires.

Ce sommet mettra en avant les dirigeants qui ont répondu à son appel en faveur d'une action accélérée. Selon le Secrétaire général, il s'agit de ceux qui proposent "des actions crédibles, sérieuses et nouvelles en faveur du climat et des solutions fondées sur la nature qui permettront de faire avancer les choses et de répondre à l'urgence de la crise climatique".

Les dirigeants et chefs d'État des plus grandes économies du monde, dont le président américain Joe Biden, devraient être présents, mais certains ont déjà confirmé leur absence, comme le Premier ministre britannique Rishi Sunak.

Kin Cheung/Copyright 2023 The AP. Tous droits réservés
Le Premier ministre britannique Rishi Sunak a annoncé qu'il ne participerait pas au sommetKin Cheung/Copyright 2023 The AP. Tous droits réservés

Il sera le premier chef du gouvernement britannique depuis dix ans à ne pas assister à l'assemblée générale des Nations Unies. Certains ont suggéré que la récente décision du Royaume-Uni d'approuver l'exploitation de nouveaux champs pétroliers et gaziers en mer du Nord et ses engagements hésitants à l'égard de l'Accord de Paris pourraient signifier qu'il n'est pas le bienvenu pour participer aux discussions.

Bien que d'autres membres du gouvernement britannique soient présents, les militants du groupe de la société civile #StopRosebank ont qualifié la décision de Rishi Sunak de "franchement embarrassante".

Certains ont également remis en question l'accueil des dirigeants des pays les plus polluants du monde, estimant que leur participation compromettait l'ambition du sommet. Mais il reste à voir si António Guterres choisira d'exclure les pays qui ne sont pas sur la bonne voie pour respecter les engagements pris dans le cadre de l'Accord de Paris.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Où en est-on dans la réalisation des Objectifs de développement durable ?

Manifestations pour le climat : les Européens descendent massivement dans les rues

Cette ville espagnole veut introduire une assurance vélo obligatoire pour les cyclistes