PUBLICITÉ

Vin suédois : comment le réchauffement climatique déplace les vignobles européens vers le nord

La viticultrice Emma Berto vérifie les raisins au Thora Vingård, municipalité de Båstad, Suède, juillet 2023.
La viticultrice Emma Berto vérifie les raisins au Thora Vingård, municipalité de Båstad, Suède, juillet 2023. Tous droits réservés AP Photo/Pavel Golovkin
Tous droits réservés AP Photo/Pavel Golovkin
Par Euronews Green avec AP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

Le vin scandinave pourrait être le prochain grand succès, alors que les conditions météorologiques imprévisibles frappent le sud de l'Europe.

PUBLICITÉ

La Scandinavie n'est pas exactement ce que les connaisseurs définiraient comme une région viticole de premier choix. Mais avec le changement climatique qui permet des saisons de croissance plus chaudes et plus longues, et de nouvelles variétés de raisin adaptées à ce paysage, la viticulture suédoise gagne du terrain.

Alors que la sécheresse, la chaleur croissante et d'autres phénomènes météorologiques extrêmes obligent les régions viticoles traditionnelles à revoir leurs méthodes, la viticulture suédoise passe du statut d'amateur à petite échelle à celui d'industrie de plus en plus ambitieuse.

Kullabergs Vingård est un vignoble et une cave à l'avant-garde des producteurs qui cherchent à redéfinir ce que peut être le vin suédois.

S'étendant sur 14 hectares, la plupart de ses vignes ont été plantées il y a moins de dix ans. En 2022, la cave avait atteint une production annuelle de plus de 30 000 bouteilles, principalement des vins blancs que l'on trouve dans les restaurants haut de gamme d'Europe et du Japon et qui ont remporté de nombreux prix internationaux.

"Là où les vignobles des pays plus traditionnels souffrent, nous gagnons du terrain", explique Felix Åhrberg, œnologue et vigneron de 34 ans, revenu en Suède en 2017 pour diriger Kullabergs Vingård après avoir travaillé dans des vignobles du monde entier.

AP Photo/Pavel Golovkin
Un serveur verse du vin lors d'une dégustation à Kullabergs Vingård, à Nyhamnsläge, en Suède, en juillet 2023AP Photo/Pavel Golovkin

Le réchauffement climatique modifie l'industrie vinicole européenne

Les vignes peuvent tolérer la chaleur et la sécheresse, et l'agriculture sans irrigation est traditionnellement pratiquée dans certaines régions d'Europe. Toutefois, au cours de la dernière décennie, la planète a connu les années les plus chaudes jamais enregistrées, et le réchauffement devrait se poursuivre. Ce phénomène peut avoir des répercussions sur le vin, car même des variations météorologiques mineures peuvent modifier la teneur en sucre, en acide et en tanin des raisins.

Le changement climatique peut impacter négativement des zones autrefois idéales pour certains raisins. La chaleur extrême fait mûrir les raisins plus rapidement, ce qui conduit soit à des récoltes plus précoces qui peuvent diminuer la qualité, soit à des vins plus forts et moins équilibrés si on les laisse mûrir trop longtemps.

Ces dernières années, les vignes ont été plantées de plus en plus au nord, avec l'apparition de vignobles commerciaux en Norvège et au Danemark, et d'autres, y compris dans l'Ouest américain, qui s'étendent dans des zones plus fraîches. Le Royaume-Uni, célèbre pour ses ales et ses bières amères, s'attend à ce que la superficie plantée en vignes double au cours des dix prochaines années, sous l'effet de la demande de vins mousseux.

"C'est la nouvelle frontière de la viticulture et les raisins poussent mieux dans les zones les plus fraîches", déclare Felix en parcourant la nouvelle cave de Kullabergs Vingård.

Les températures dans le sud de la Suède ont augmenté d'environ 2 degrés Celsius au cours des 30 dernières années par rapport aux 30 années précédentes, selon les données de l'Institut météorologique et hydrologique suédois. La période de végétation s'est allongée d'environ 20 jours.

De nouvelles variétés de raisin résistantes aux maladies alimentent les vignobles suédois

L'adoption généralisée de nouvelles variétés de raisins résistantes aux maladies est également à l'origine de la croissance du vin suédois. La plupart des vignobles ont planté un raisin appelé Solaris, développé en Allemagne en 1975, qui est adapté au climat plus frais et plus résistant aux maladies. Cela permet à la plupart des vignobles d'éviter d'utiliser des pesticides.

"Le Solaris est comme le cépage national ici en Suède", déclare Emma Berto, une jeune œnologue et viticultrice française qui travaille à Thora Vingård sur la péninsule de Bjäre, à une vingtaine de kilomètres au nord de Kullabergs Vingård.

Elle et son compagnon, Romain Chichery, se sont installés en Suède peu après avoir terminé leurs études de viticulture en France, attirés par la possibilité de gérer un vignoble et une cave si tôt dans leur carrière.

Ils ont l'intention de combiner la vinification traditionnelle avec des pratiques environnementales modernes, comme l'absence de pesticides et l'utilisation de cultures de couverture extensives pour améliorer la qualité du sol et encourager les insectes bénéfiques et la biodiversité.

AP Photo/Pavel Golovkin
Le négociant en vins Romain Chichery déguste un vin au Thora Vingård, à Båstad, en Suède, en juillet 2023AP Photo/Pavel Golovkin

La Suède est moins vulnérable aux aléas climatiques

Ils affirment être confrontés à moins d'incidents climatiques extrêmes en Suède qu'en France, où le réchauffement des hivers peut amener les vignes à produire des bourgeons précoces vulnérables au gel, et où de violentes tempêtes de grêle peuvent détruire une année de travail en quelques minutes. Romain affirme qu'ils sont plus libres d'expérimenter en Suède que dans des pays ancrés dans la tradition et la réglementation, comme la France.

Mais travailler dans des conditions plus fraîches et plus humides a nécessité l'apprentissage de nouvelles méthodes. Alors que les vignobles des climats chauds protègent leurs raisins en augmentant le couvert végétal, ici c'est l'inverse. Les feuilles sont cueillies à la base de la plante pour laisser plus de soleil atteindre les raisins et réduire l'humidité.

Maarten van Aalst, directeur général de l'Institut météorologique royal des Pays-Bas et professeur en climatologie et résilience aux catastrophes à l'université de Twente, voit dans l'optimisme de la croissance du vin suédois un indicateur de la rapidité avec laquelle le climat mondial change. Les entreprises "sentent bien cela", dit-il, et considèrent comme positif le fait que "le changement climatique est en partie quelque chose à quoi nous pouvons nous adapter".

Mais Marteen van Aalst rappelle les jours de pluies torrentielles qui ont frappé la Scandinavie au début du mois d'août, submergeant les barrages, détruisant les routes, forçant des milliers de personnes à évacuer et causant plus de 137 millions d'euros de dégâts. Le changement climatique provoqué par l'homme rend ces phénomènes météorologiques extrêmes et destructeurs plus fréquents.

PUBLICITÉ

Kullabergs Vingård et Thora se sont tous deux sortis de cette tempête sans dommages majeurs, libres de tourner leur attention vers ce que font les entreprises : essayer de se développer.

La Suède attire des professionnels de la viticulture formés dans toute l'Europe

Attirer des professionnels du vin qualifiés est également un obstacle, tout comme la difficulté d'obtenir des tonneaux de vin et d'autres équipements pour passer à l'échelle supérieure.

Johan et Heather Öberg, propriétaires de Thora Vingård, affirment que les universités suédoises proposent peu de cours sur la vinification ou la viticulture, ce qui, ils l'espèrent, changera bientôt.

Pour l'instant, la plupart des talents viennent de l'étranger, comme Iban Tell Sabate, originaire de la région viticole du Priorat en Espagne, qui a passé des décennies dans l'industrie.

Il avait lu des articles sur l'industrie viticole suédoise, mais il a déclaré que la plupart des gens à qui il parlait dans son pays ne la connaissaient pas. Il travaille pour la saison au Kullabergs Vingård aux côtés de collègues français et autrichiens.

PUBLICITÉ

"L'Italie, la Grèce, l'Espagne, tous ces pays vont être confrontés à des problèmes. Il n'y a pas assez d'eau et les hivers sont trop chauds", explique Iban.

"Avec le réchauffement climatique, la Suède est en bonne position et son vin est également de bonne qualité".

AP Photo/Pavel Golovkin
Un tracteur travaille à Kullabergs Vingård, à Nyhamnsläge, en Suède, le 25 juillet 2023AP Photo/Pavel Golovkin

Le soutien du gouvernement pourrait aider l'industrie viticole suédoise à s'épanouir

L'un des principaux défis de la jeune industrie vinicole suédoise est d'acheminer le produit jusqu'aux consommateurs du monde entier. Contrairement à la France et à d'autres pays traditionnellement viticoles, le soutien du gouvernement est inexistant. Les établissements vinicoles sont strictement réglementés et ne peuvent pas vendre directement aux consommateurs en raison du monopole de l'État suédois sur la vente d'alcool.

"Le gouvernement ne voit pas encore les opportunités de l'industrie du vin", déclare Mikael Mölstad, journaliste et critique de vin. "Les politiciens ne sont pas intéressés parce qu'ils considèrent toujours l'alcool comme un problème social".

Les viticulteurs espèrent que cela changera avec l'expansion des vignobles. Bien que la superficie plantée en vignes augmente rapidement, elle ne représente qu'environ 150 hectares, ce qui est minuscule par rapport à près d'un million d'hectares en Espagne et à plus de 800 000 hectares en France.

PUBLICITÉ

"Le nombre de bouteilles produites chaque année est très faible", explique Henrik Edvall, qui gère une boutique en ligne exportant du vin suédois à l'étranger. Ses ventes augmentent de 10 % par an, les consommateurs étant curieux d'essayer quelque chose de nouveau, mais confrontés à des temps d'attente longs et parfois infructueux.

Göran Amnegård a planté ses premières vignes il y a plus de 20 ans, une expérience dont peu de gens pensaient qu'elle serait couronnée de succès. Pourtant, sa Blaxsta a produit des vins de glace rares qui ont remporté des prix internationaux.

Göran se sent conforté par la croissance des vins suédois et s'attend à ce qu'il y ait "de plus en plus de vignobles" à mesure que le climat se modifie.

"Je vois pousser ici des choses qui étaient impensables il y a 30 ou 40 ans", déclare Göran en regardant son petit vignoble niché entre des lacs glaciaires et d'épaisses forêts.

"Nous voyons pousser des arbres fruitiers comme les pêchers et les abricotiers. J'obtiens de magnifiques pêches en août".

PUBLICITÉ
Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Les raisins de la colère : les viticulteurs français contre la proposition de prix minimum du gouvernement

Vague de chaleur hivernale : le Brésil enregistre des températures record

Élections européennes : les théoriciens du complot sont passés du COVID au climat