EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Pollution : quels sont les trois pays européens qui respirent un air sain ?

Une femme portant un masque facial participe à une manifestation contre la pollution de l'air, à Sarajevo, en Bosnie-Herzégovine, le 20 janvier 2020.
Une femme portant un masque facial participe à une manifestation contre la pollution de l'air, à Sarajevo, en Bosnie-Herzégovine, le 20 janvier 2020. Tous droits réservés AP Photo/Eldar Emric
Tous droits réservés AP Photo/Eldar Emric
Par Angela Symons
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

Les scientifiques affirment que la pollution de l'air est une "catastrophe sanitaire mondiale". Seuls sept pays au monde respirent un air sain, et trois d'entre eux se trouvent en Europe, selon un nouveau rapport.

PUBLICITÉ

Selon un nouveau rapport de la société suisse IQAir, spécialisée dans les technologies de la qualité de l'air, seuls sept pays dans le monde respectaient les niveaux recommandés de pollution de l'air en 2023.

Le rapport sur la qualité de l'air dans le monde, publié cette semaine, s'appuie sur les données de plus de 30 000 stations de surveillance dans 134 pays, territoires et régions.

Parmi ces stations, 124 ne respectent pas les niveaux de sécurité pour les PM2,5 (particules fines), conformément aux lignes directrices de l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Ces particules microscopiques, d'un diamètre inférieur à 2,5 microns, peuvent se fixer dans nos poumons et même atteindre notre système sanguin. Elles ont été associées à des maladies cardiaques et pulmonaires, à l'hypertension artérielle, à un risque accru d'asthme, à la dépression et à l'anxiété, ainsi qu'à des décès prématurés.

Quels sont les sept pays qui respectent les niveaux recommandés de qualité de l'air ?

Les sept pays qui respectent le seuil de sécurité de cinq microgrammes de PM2,5 par mètre cube d'air (µg/m3) ou moins sont l'Australie, l'Estonie, la Finlande, la Grenade, l'Islande, l'île Maurice et la Nouvelle-Zélande.

Porto Rico, les Bermudes et la Polynésie française se situaient également dans les limites de sécurité.

En Europe, l'Islande avait l'air le plus pur(4µg/m3), suivie de l'Estonie (4,7µg/m3) et de la Finlande (4,9µg/m3).

Une échelle de couleurs a été utilisée pour indiquer les niveaux de pollution. De nombreux pays européens se situent dans la catégorie verte, qui indique des niveaux deux fois supérieurs à la norme de sécurité.

Le classement des pays européens classés "verts", par ordre croissant de pollution, est le suivant : Suède, Irlande, Norvège, Portugal, Liechtenstein, Danemark, Royaume-Uni, Andorre, Lettonie, Ukraine, Pays-Bas, Luxembourg, Suisse, Allemagne, Belgique, France, Autriche, Espagne et Russie.

Les villes européennes se sont améliorées depuis le rapport de 2022, 54 % d'entre elles étant classées vertes en 2023, contre 39 % l'année précédente.

Concentrations de PM2,5 dans le monde
Concentrations de PM2,5 dans le mondeIQAir

Quelle est la gravité de la pollution de l'air dans les autres pays européens ?

Dans la catégorie jaune - indiquant des niveaux de pollution jusqu'à trois fois supérieurs à la norme de sécurité - les pays européens comprenaient la Lituanie, la République tchèque, la Hongrie, Malte, la Slovaquie, la Bulgarie, la Croatie, la Pologne, Chypre, la Slovénie et l'Italie.

En 2023, c'est la Croatie qui a le plus progressé dans la réduction des niveaux de PM2,5, la moyenne annuelle ayant baissé dans le pays de plus de 40 % par rapport à 2022. Cette amélioration est due en grande partie au développement des énergies renouvelables, qui représentent à ce jour plus de 31 % du bouquet énergétique croate, soit bien plus que la moyenne de l'UE, qui est de 23 %.

La Croatie a également mis en place des politiques visant à éliminer progressivement le charbon avant 2033, à réduire les émissions de méthane de 30 % par rapport aux niveaux de 2020 d'ici à 2030 et à mettre fin à la déforestation d'ici à 2030.

Dans la catégorie orange (jusqu'à cinq fois plus que les niveaux de sécurité), on trouve la Moldavie, la Roumanie, l'Albanie, la Grèce, la Turquie, la Serbie et le Monténégro.

La Bosnie-Herzégovine a vu ses niveaux de PM2,5 diminuer de 18 % en 2023 par rapport à 2022, mais reste le pays le plus pollué de la région, suivi par la Macédoine du Nord, tous deux classés dans la catégorie rouge avec des niveaux de pollution plus de cinq fois supérieurs à la norme de sécurité.

PUBLICITÉ

Igdir, en Turquie, est la ville la plus polluée d'Europe, ses niveaux de PM2,5 étant plus de neuf fois supérieurs aux recommandations.

La capitale bosniaque Sarajevo est recouverte de brouillard, le 17 décembre 2020.
La capitale bosniaque Sarajevo est recouverte de brouillard, le 17 décembre 2020.AP Photo/Eldar Emric

Quels sont les pays les plus pollués au monde ?

Les pays où la qualité de l'air est la plus mauvaise sont concentrés en Asie du Sud et en Asie centrale, où se trouvent les dix villes les plus polluées du monde.

Le Bangladesh occupe la première place mondiale, avec 79,9 µg/m3, soit un niveau plus de 15 fois supérieur à la recommandation annuelle de l'OMS pour les PM2,5.

Le Pakistan arrive en deuxième position, avec des niveaux 14 fois supérieurs aux normes de sécurité. Il est suivi par l'Inde, avec des niveaux de PM2,5 10 fois supérieurs à la limite. Le pays abrite également les quatre villes les plus polluées au monde, la ville industrielle de Begusarai, dans le nord-est, étant la plus touchée.

PUBLICITÉ

Le Tadjikistan et le Burkina Faso sont les quatrième et cinquième pays les plus pollués, avec des niveaux de PM2,5 neuf fois supérieurs aux normes de sécurité.

Pour la première fois dans l'histoire des six rapports de l'IQAir, le Canada a été le pays le plus pollué d'Amérique du Nord en 2023.

Pourquoi les données sur la qualité de l'air sont-elles importantes ?

Les rapports sur la qualité de l'air constituent d'importants appels à l'action pour réduire les niveaux de pollution, qui sont généralement les plus élevés dans les zones où vivent des groupes de personnes vulnérables et sous-représentées.

En raison du manque de données dans les pays africains, environ un tiers de la population du continent n'a pas pu être inclus dans l'étude.

PUBLICITÉ

"Un environnement propre, sain et durable est un droit humain universel", déclare Frank Hammes, directeur général d'IQAir. "Dans de nombreuses régions du monde, le manque de données sur la qualité de l'air retarde l'adoption de mesures décisives et perpétue des souffrances humaines inutiles".

"Les données sur la qualité de l'air sauvent des vies. Lorsque les problèmes de pollution sont signalés, des mesures sont prises et la qualité de l'air s'améliore".

Des efforts sont nécessaires de toute urgence pour "gérer les causes de la pollution et réduire notre dépendance à l'égard de la combustion comme source d'énergie", selon Aidan Farrow, scientifique principal chargé de la qualité de l'air à Greenpeace International.

"En 2023, la pollution de l'air a encore été une catastrophe sanitaire mondiale", ajoute-t-il. "L'ensemble des données mondiales de l'IQAir constitue un rappel important des injustices qui en résultent et de la nécessité de mettre en œuvre les nombreuses solutions qui existent pour résoudre ce problème".

PUBLICITÉ
Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Vallée du Pô : La pollution atmosphérique entraîne de graves risques pour la santé de plus de 16 millions d'Italiens

L'hydrogène vert : une solution d'avenir pour lutter contre la pollution ?

La poussière de pneu, une source de pollution microplastique parmi les plus dangereuses