Une nouvelle étude révèle la présence de nombreuses particules plastiques dans l'eau en bouteille

Une nouvelle étude révèle que l'eau en bouteille contient un quart de million de particules de plastique par litre.
Une nouvelle étude révèle que l'eau en bouteille contient un quart de million de particules de plastique par litre. Tous droits réservés Canva
Par Angela Symons avec AP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

L'eau en bouteille contient 100 fois plus de nanoparticules de plastique qu'on ne le pensait.

PUBLICITÉ

Le litre moyen d'eau en bouteille contient près 250 000 microplastiques et nanoplastiques minuscules et invisibles, selon une nouvelle étude.

Ceux-ci ont été détectés et classés pour la première fois au moyen d'un microscope utilisant deux lasers.

Les scientifiques ont longtemps pensé que ces morceaux de plastique microscopiques étaient nombreux, mais jusqu'à ce que les chercheurs des universités américaines Columbia et Rutgers fassent leurs calculs, ils n'en connaissaient ni le nombre ni la nature.

En examinant cinq échantillons de chacune des trois marques d'eau en bouteille les plus courantes aux Etats-Unis, les chercheurs ont constaté que les niveaux de particules allaient de 110 000 à 400 000 par litre, la moyenne se situant autour de 240 000, selon une étude publiée lundi dans les Proceedings of the National Academy of Sciences (comptes rendus de l'Académie nationale des sciences).

Que sont les nanoplastiques ?

Les nanoplastiques sont des particules dont la taille est inférieure à un micron, également appelés micromètre car il s'agit d'un millionième de mètre. Un cheveu humain mesure environ 83 microns de large.

Des études antérieures portaient sur des microplastiques légèrement plus gros, dont la taille visible allait de 5 millimètres, soit moins d'un quart de pouce, à un micron. Cette nouvelle étude révèle qu'il y aurait 10 à 100 fois plus de nanoplastiques que de microplastiques dans l'eau en bouteille.

Une grande partie du plastique semble provenir de la bouteille elle-même et du filtre à membrane d'osmose inverse utilisé pour empêcher la pénétration d'autres contaminants, déclare l'auteur principal de l'étude, Naixin Qian, physico-chimiste à l'université Columbia.

Elle n'a pas souhaité révéler les trois marques concernées par l'étude, car les chercheurs veulent analyser plus de marques avant de fournir une conclusion définitive. Elle a toutefois précisé qu'il s'agissait de produits courants achetés dans le supermarché américain Walmart.

Les morceaux de nanoplastique sont-ils nocifs pour la santé ?

Les chercheurs ne peuvent toujours pas répondre à la grande question : les morceaux de nanoplastique sont-ils nocifs pour la santé?

"Cette question est actuellement à l'étude. Nous ne savons pas si c'est dangereux ni à quel point", déclare Phoebe Stapleton, toxicologue à Rutgers et coauteur de l'étude. "Nous savons qu'ils pénètrent dans les tissus [des mammifères, y compris les humains]... et la recherche actuelle porte sur ce qu'ils font dans les cellules".

L'International Bottled Water Association (Association internationale de l'eau en bouteille) a déclaré dans un communiqué : "Il y a actuellement un manque de méthodes [de mesure] standardisées et aucun consensus scientifique sur les impacts potentiels sur la santé des nanoparticules et des microplastiques. Par conséquent, les informations diffusées par les médias sur la présence de ces particules dans l'eau potable ne font rien d'autre qu'effrayer inutilement les consommateurs".

L'American Chemistry Council, qui représente les fabricants de matières plastiques, s'est refusé à tout commentaire immédiat.

Selon le Programme des Nations unies pour l'environnement, le monde "croule sous le poids de la pollution plastique, avec plus de 430 millions de tonnes de plastique produits chaque année" et les microplastiques se retrouvent dans les océans, les aliments et l'eau potable, certains d'entre eux provenant des vêtements et des filtres de cigarettes. Les efforts en vue d'un traité mondial sur les plastiques se poursuivent après l'enlisement des négociations en novembre.

Débris plastiques issus de bouteilles d'eau
Débris plastiques issus de bouteilles d'eauThe Associated Press

Les auteurs de l'étude réduisent leur consommation d'eau en bouteille

Les quatre coauteurs interrogés ont tous déclaré qu'ils avaient réduit leur consommation d'eau en bouteille après avoir réalisé l'étude.

Wei Min, le physico-chimiste de Columbia à l'origine de la technologie du microscope à double laser, déclare avoir réduit de moitié sa consommation d'eau en bouteille. Phoebe Stapleton ajoute qu'elle utilise désormais davantage d'eau filtrée chez elle, dans le New Jersey.

Mais Beizhan Yan, coauteur de l'étude et chimiste de l'environnement à Columbia, qui a augmenté sa consommation d'eau du robinet, a fait remarquer que les filtres eux-mêmes peuvent poser un problème en introduisant des matières plastiques.

Des experts extérieurs, qui ont salué l'étude, ont reconnu qu'il existe un malaise général quant aux dangers des fines particules de plastique, mais qu'il est trop tôt pour se prononcer avec certitude.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Plusieurs aliments courants contiendraient des niveaux inquiétants de substances chimiques

Interdire les sacs plastiques à usage unique a permis d'économiser 6 milliards de ces emballages par an aux États-Unis

Tenerife va déclarer l'urgence sécheresse alors que l'Espagne est confrontée à des pénuries d'eau