Plusieurs aliments courants contiendraient des niveaux inquiétants de substances chimiques

Des aliments considérés comme "sains" ne seraient pas épargnés par les PFAS.
Des aliments considérés comme "sains" ne seraient pas épargnés par les PFAS. Tous droits réservés Canva
Tous droits réservés Canva
Par Euronews Green
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

Les chercheurs affirment qu'il s'agit de la première étude à examiner le lien entre le régime alimentaire et les niveaux de "polluants éternels" (PFAS) dans le sang au fil du temps.

PUBLICITÉ

Selon des chercheurs américains, notre alimentation et les lieux où nous prenons nos repas pourraient avoir un impact sur le niveau de substances chimiques persistantes (PFAS) dans notre sang.

Les PFAS, ou substances per- et poly-fluoroalkyles, sont connues pour leurs effets nocifs sur la santé. Des études ont montré qu'elles peuvent perturber les hormones, affaiblir les os ou augmenter le risque de certaines maladies. Elles ont en particulier été associées au cancer, aux malformations congénitales, aux maladies rénales et à d'autres problèmes de santé graves.

Dans le cadre de l'étude, les chercheurs ont posé à plus de 700 personnes (réparties en deux groupes) une série de questions sur leur régime alimentaire, notamment sur leur consommation de certains aliments et boissons (légumes verts, pain, lait, boissons énergisantes et thé), et ont analysé les niveaux de "polluants éternels" dans leur sang.

Les chercheurs leur ont également demandé à quelle fréquence ils consommaient des aliments préparés à la maison, dans un fast-food ou dans un restaurant traditionnel. Ils ont ensuite utilisé ces informations pour émettre des hypothèses sur la fréquence à laquelle les participants étaient en contact avec des emballages alimentaires, qui sont une source courante de PFAS.

Quels aliments étaient liés à des niveaux plus élevés de PFAS ?

L'étude révèle que la consommation de grandes quantités de thé, de viandes transformées et d'aliments tels que les hot-dogs est associée à des niveaux plus élevés de PFAS dans l'organisme au fil du temps.

Par ailleurs, certains aliments contiennent plus de PFAS lorsqu'ils sont préparés en dehors de la maison. Les personnes qui consomment des aliments comme des frites ou des pizzas préparées dans des restaurants présentent généralement des niveaux plus élevés de ces substances chimiques dans leur sang.

 Selon les chercheurs, ces résultats mettent en évidence le problème des emballages.

D'après eux, le lien entre le thé et les PFAS serait dû aux traitements chimiques des sachets de thé - bien que des recherches supplémentaires soient nécessaires. Quant aux viandes transformées, elles rencontrent de nombreux risques de contamination au cours de leur processus de fabrication.

Les personnes qui consomment davantage de viande transformée présentent des niveaux plus élevés de PFAS dans le sang.
Les personnes qui consomment davantage de viande transformée présentent des niveaux plus élevés de PFAS dans le sang.Pexels

"Nous constatons que même des aliments métaboliquement sains peuvent être contaminés par des PFAS", déclare Hailey Hampson, doctorante à la division de la santé environnementale de la Keck School of Medicine et auteure principale de l'étude.

Ces résultats soulignent la nécessité d'examiner différemment ce qui constitue une alimentation "saine".

L'équipe estime qu'il s'agit de la première étude à examiner le lien entre le régime alimentaire et les niveaux de substances chimiques à vie dans le sang.

"En étudiant les variations de données au fil du temps, nous avons une meilleure idée de l'impact que peut avoir un changement de régime alimentaire sur les niveaux de PFAS", explique Jesse A. Goodrich, auteur principal de l'étude et professeur adjoint en sciences de la santé publique et des populations à la Keck School of Medicine.

Quels dangers posent les PFAS ?

Ils sont connus sous le nom de "produits chimiques à vie" parce qu'ils mettent très longtemps à se décomposer et qu'il peut être incroyablement difficile de s'en débarrasser. La plupart des recherches antérieures se concentraient sur leur présence dans l'eau, mais les scientifiques affirment désormais que les aliments contaminés constituent probablement la plus grande menace pour la santé humaine.

Parmi les pires sources de contamination des aliments figurent les emballages, certains plastiques, les pesticides et l'eau ou les engrais contaminés par des PFAS utilisés lors de la culture des produits.

Les auteurs de l'étude précisent que l'objectif n'est pas encore de déterminer quels aliments sont "sains" et lesquels ne le sont pas, mais dans un premier temps de déterminer quels aliments pourraient nécessiter davantage de tests pour contrôler l'origine de la contamination.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Espagne : manifestation contre la gestion de la crise des granulés de plastique

Une nouvelle étude révèle la présence de nombreuses particules plastiques dans l'eau en bouteille

"Les microplastiques se retrouvent dans le sang humain", les scientifiques alertent