EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

"L'air de l'anthropocène crée des espaces et des lieux de discussion sur la pollution de l'air", explique le professeur Pope, co-créateur du projet.
"L'air de l'anthropocène crée des espaces et des lieux de discussion sur la pollution de l'air", explique le professeur Pope, co-créateur du projet. Tous droits réservés Robin Price
Tous droits réservés Robin Price
Tous droits réservés Robin Price

"Peindre avec la lumière" ou comment la pollution de l'air devient visible

Par Lottie Limb
Partager cet article
Partager cet articleClose Button

Du Pays de Galles à l'Inde en passant par l'Éthiopie, les chercheurs espèrent que leurs photos aideront les gens à comprendre l'impact sur leur vie d'un air pollué.

PUBLICITÉ

Nous savons que la plupart des citadins vivent dans un air pollué, sans forcément que cela nous préoccupe. Cela serait-il différent si nous pouvions voir la pollution ?

En associant la peinture lumineuse numérique à des capteurs de pollution atmosphérique, des chercheurs et des artistes ont trouvé un moyen de rendre visible l'invisible.

Leurs photos mettent en évidence les risques pour la santé d'un ciel encombré de particules au Pays de Galles, en Inde et en Éthiopie.

"La pollution atmosphérique est le principal facteur de risque environnemental à l'échelle mondiale", explique le professeur Francis Pope, spécialiste de l'environnement à l'université britannique de Birmingham, qui a dirigé le projet avec l'artiste Robin Price.

"En peignant avec la lumière pour créer des images percutantes, nous offrons aux gens un moyen facile de comparer la pollution de l'air dans différents contextes."

Site de surveillance de la qualité de l'air de Prince Street, Port Talbot, Pays de Galles. Les PM2,5 y ont été mesurées à 30-40 microgrammes par mètre cube.
Site de surveillance de la qualité de l'air de Prince Street, Port Talbot, Pays de Galles. Les PM2,5 y ont été mesurées à 30-40 microgrammes par mètre cube.Robin Price

Comment peut-on photographier la pollution atmosphérique ?

Les particules sont la forme de pollution atmosphérique la plus mortelle pour l'homme. Ses principaux composants sont les sulfates, les nitrates, l'ammoniac, le chlorure de sodium, le carbone noir, la poussière minérale et l'eau.

Pour capturer les minuscules particules sur une photo, l'équipe a utilisé des capteurs de pollution atmosphérique bon marché pour en mesurer la concentration. Ils ont ensuite utilisé le signal en temps réel des capteurs pour contrôler un réseau de LED mobiles programmées pour clignoter plus rapidement lorsque la concentration de particules augmente.

Cuisine intérieure alimentée à la biomasse à Addis-Abeba (Éthiopie), où les PM2,5 atteignaient 150 à 200 microgrammes par mètre cube.
Cuisine intérieure alimentée à la biomasse à Addis-Abeba (Éthiopie), où les PM2,5 atteignaient 150 à 200 microgrammes par mètre cube.Robin Price

Une photo à longue exposition est prise, l'artiste déplaçant le réseau de LED devant l'appareil photo - le flash devenant un point sur la photo.

L'artiste n'est pas visible sur la photo parce qu'il se déplace, mais les flashs lumineux des LED sont visibles parce qu'ils sont lumineux. Plus il y a de points lumineux sur les photos, plus la concentration de particules est élevée.

Que révèlent les photos de la pollution atmosphérique ?

Airport Road, Addis-Abeba, Éthiopie - où les PM2,5 ont été enregistrées à 10-20 microgrammes par mètre cube.
Airport Road, Addis-Abeba, Éthiopie - où les PM2,5 ont été enregistrées à 10-20 microgrammes par mètre cube.Robin Price

Les conclusions des chercheurs montrent que la pollution de l'air varie considérablement d'un endroit à l'autre.

En Éthiopie, les concentrations en particules fines étaient jusqu'à 20 fois plus élevées dans une cuisine traditionnelle qu'à l'extérieur.

En Inde, deux aires de jeux pour enfants, distantes de 500 kilomètres seulement, ont été soumises à un traitement de peinture lumineuse numérique. L'aire de jeu située dans la ville de Delhi présente des taux de particules au moins 12,5 fois supérieures à celles mesurées dans l'aire de jeu située dans la région rurale de Palampur.

Terrain de jeu de la crèche de l'IIT à Delhi, en Inde. Les PM2,5 ont été enregistrées à un niveau beaucoup plus élevé, de 500 à 600 microgrammes par mètre cube.
Terrain de jeu de la crèche de l'IIT à Delhi, en Inde. Les PM2,5 ont été enregistrées à un niveau beaucoup plus élevé, de 500 à 600 microgrammes par mètre cube.Robin Price

D'importantes variations de la pollution atmosphérique ont également été observées autour de l'aciérie de Port Talbot, au Pays de Galles. Ici, la surveillance de la qualité de l'air et la peinture lumineuse au crépuscule de l'été ont permis de mesurer des concentrations de particules en suspension de l'ordre de 30 à 40 mg/m3, alors que la valeur moyenne horaire était de 24 mg/m3.

"En fournissant une compréhension visuelle de la pollution de l'air accessible aux personnes qui n'ont pas nécessairement une formation scientifique, cette approche peut démontrer que la gestion des niveaux de pollution de l'air peut avoir un impact significatif sur la vie quotidienne des gens", a déclaré le photographe Robin Price.

Quel est le danger de la pollution atmosphérique ?

La pollution atmosphérique est considérée comme l'une des principales menaces pour l'environnement et la santé humaine et comme l'une des principales causes de décès dans le monde.

Les particules ont de multiples répercussions sur la santé physique et sont responsables de maladies telles que les cardiopathies, les accidents vasculaires cérébraux et les cancers.

L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) estime que 99 % de la population mondiale respire de l'air pollué, ce qui entraîne environ sept millions de décès prématurés dans le monde chaque année.

Terrain de jeu de l'Institut de biotech de l'Himalaya, Palampur, Inde. Les PM2,5 étaient de 30 à 40 microgrammes par m3, nettement moins que dans l'aire de jeux de Delhi.
Terrain de jeu de l'Institut de biotech de l'Himalaya, Palampur, Inde. Les PM2,5 étaient de 30 à 40 microgrammes par m3, nettement moins que dans l'aire de jeux de Delhi.Robin Price

La situation est particulièrement difficile en Asie, où la pollution de l'air reste un problème majeur dans des pays comme l'Inde et la Chine, malgré des politiques en faveur de la qualité de l'air.

PUBLICITÉ

Les pays africains ont également connu une détérioration significative de la qualité de l'air au cours des cinq dernières décennies.

Pour sensibiliser à ce problème mortel, le projet photographique "Air of the Anthropocene" a été exposé dans des galeries à Los Angeles, Belfast et Birmingham.

Partager cet article

À découvrir également