La diplomatie européenne défend le dialogue avec l’Iran

La diplomatie européenne défend le dialogue avec l’Iran
Tous droits réservés Francisco Seco/AP
Par Ana LAZARO
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le chef de la diplomatie européenne veut éviter toute escalade des tensions dans la région.

PUBLICITÉ

L'Union européenne poursuit ses efforts pour parler d'une seule voix sur la scène mondiale. C'était l'objectif du lancement il y a 10 ans du Service européen pour l'action extérieure. Cet anniversaire a été marqué par un débat entre anciens Haut-représentants et l'actuel chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell. 

Ils ont évoqué lors de leurs échanges les défis passés et à venir comme le nucléaire iranien. Beaucoup pensaient que l'élection de Joe Biden aux Etats-Unis allait changer la donne. Mais l'assassinat d'un scientifique iranien maintient les tensions dans la région. "Il est clair que le commanditaire veut une escalade du conflit, il veut mettre des obstacles vers la relance de l'accord sur le nucléaire", analyse Josep Borrell qui n’hésite pas à parler "d'acte criminel."

Discuter sur les questions commerciales

Le chef de la diplomatie européenne travaille sur un document afin d'indiquer comment l'UE pourrait travailler avec le nouveau président américain. Josep Borrell juge que les différends ne disparaitront pas du jour au lendemain mais que l'atmosphère devrait changer. Le commerce restera un chapitre difficile selon le diplomate "Les démocrates ont aussi tendance à défendre les mesures protectionnistes. Ce n'est pas seulement l'affaire des républicains". Il ajoute que le commerce est devenu une arme en matière de géopolitique.

A propos de la Turquie l’Espagnol estime que la situation n'évolue pas dans la bonne direction. A défaut de confirmer des sanctions, le chef de la diplomatie de l'UE rappelle que c'est aux chefs d'Etat et de gouvernement de décider des prochaines mesures avec Ankara.

Journaliste • Grégoire Lory

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Iran: Rohani accuse le "mercenaire" Israël de l'assassinat d'un scientifique du nucléaire

L'UE félicite Joe Biden et veut rebâtir un "partenariat robuste" avec les Etats-Unis

Nicolas Schmit, candidat socialiste à la présidence de la Commission européenne