EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Les députés européens demandent une "pause humanitaire" pour mettre fin au massacre de Gaza

Un Palestinien porte une femme âgée devant le site d'une explosion meurtrière à l'hôpital al-Ahli, dans la ville de Gaza
Un Palestinien porte une femme âgée devant le site d'une explosion meurtrière à l'hôpital al-Ahli, dans la ville de Gaza Tous droits réservés Abed Khaled/Copyright 2023 The AP. All rights reserved.
Tous droits réservés Abed Khaled/Copyright 2023 The AP. All rights reserved.
Par Mared Gwyn Jones
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié
Cet article a été initialement publié en anglais

La pression s'est accrue jeudi sur l'Union européenne pour qu'elle contribue à trouver des solutions pratiques afin d'épargner des vies à Gaza. Le Parlement européen a adopté jeudi une résolution appelant à une "pause humanitaire".

PUBLICITÉ

Cette résolution, qui n'est pas contraignante, intervient après le veto des Etats-Unis à un texte similaire du Conseil de sécurité des Nations unies qui appelle à des pauses humanitaires afin de fournir une aide vitale à des millions de personnes dans la bande de Gaza.

Toutefois, les ambassadeurs des pays arabes auprès de l'UE ont dénoncé jeudi l'absence d'action décisive de la part de l'UE et son incapacité à appeler à un cessez-le-feu.

"Je demande plus. Je demande à l'Union européenne d'utiliser immédiatement tous ses moyens pour faire pression sur Israël afin qu'Israël mette fin aux massacres, aux attaques contre les civils, les enfants et les femmes à Gaza", insiste Abdelrahim Alfarra, chef de la Mission de l'Autorité palestinienne auprès de l'UE.

"L'Union européenne et ses États membres ont non seulement une responsabilité morale, mais aussi une responsabilité de cohérence avec les principes fondateurs de l'Union. Et c'est en accord avec ces mêmes principes que nous leur disons que la politique du deux poids deux mesures n'est absolument pas acceptable", ajoute-t-il.

"Nous demandons aux Européens de veiller à ce que l'agression contre la bande de Gaza cesse immédiatement".

Les ONG critiquent également le Parlement européen pour son "geste timide" consistant à appeler à une pause humanitaire plutôt qu'à un cessez-le-feu complet.

"Bien qu'il faille saisir toute occasion d'acheminer de l'aide à Gaza en toute sécurité à ce stade catastrophique, ce n'est pas la véritable réponse", souligne Vittorio Infante, expert en conflit d'Oxfam UE. "Nous avons besoin d'un cessez-le-feu total de la part de toutes les parties et la fin du siège de Gaza. C'est le seul moyen d'acheminer suffisamment d'aide humanitaire et d'assistance vitale aux civils sur place".

L'UE fait l'objet de critiques pour son manque de coordination dans sa réponse au conflit, notamment par des déclarations contradictoires sur la suspension potentielle de l'aide aux Palestiniens. La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a également fait l'objet d'un examen attentif en raison de son soutien indéfectible à Israël et de son hésitation à appeler au respect du droit humanitaire international.

La communauté internationale exhorte l'Égypte, qui borde le sud de la bande de Gaza, à ouvrir des couloirs humanitaires afin que l'aide puisse parvenir à ceux qui fuient le conflit. Des centaines de milliers d'habitants de Gaza ont rejoint le sud après l'ordre lancé par Israël d'évacuer le nord du territoire en prévision d'une éventuelle invasion terrestre.

L'ambassadeur égyptien auprès de l'UE a déclaré jeudi que l'idée selon laquelle l'Égypte refusait d'ouvrir son passage vers Gaza était tout simplement fausse.

"Nous ne l'avons jamais fermé, et cela doit être compris", a souligné Badr Abdelatty. "Je vous assure que le point de passage n'a jamais été fermé du côté égyptien. Le problème, c'est que l'autre partie du point de passage a été bombardée à quatre reprises".

La Commission européenne a annoncé en début de semaine qu'elle organiserait des vols de fournitures humanitaires pour Gaza jusqu'à la frontière égyptienne, deux avions sont partis cette semaine. S'exprimant à la suite d'une réunion extraordinaire des dirigeants de l'UE mardi, Ursula von der Leyen a précisé que la Commission était "en contact avec les autorités égyptiennes pour permettre à notre aide (de l'UE) d'entrer à Gaza".

Les ambassadeurs arabes ont également affirmé jeudi qu'Israël était responsable de l'attaque contre l'hôpital arabe Al-Ahli, qui a fait des centaines de morts. Israël affirme qu’il s’agit d’une roquette tirée par le Jihad islamique palestinien.

Des membres du Parlement européen se sont joints aux appels en faveur d'une enquête indépendante sur les causes de l'explosion.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Après le massacre du Hamas, la dévastation du kibboutz de Be'eri

Israël-Gaza : le Hamas affirme avoir libéré une Américaine et sa fille pour des raisons humanitaires

Les Gazaouis devront encore attendre l'aide humanitaire