EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Résolutions du Nouvel An : le "Dry January" est-il efficace ?

a
a Tous droits réservés Eric Risberg/AP
Tous droits réservés Eric Risberg/AP
Par Euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Tous les ans, en janvier, nous sommes nombreux à nous engager à travailler sur nous-mêmes, que ce soit en faisant de l'exercice ou en lisant plus de livres... Certains décident également de réduire leur consommation d'alcool.

PUBLICITÉ

Cette tendance est également connue sous le nom de "Dry January" (“janvier sobre”) : renoncer à l'alcool pendant un mois entier. Mais y a-t-il un intérêt à arrêter de boire pendant 31 jours ? Voyons cela de plus près.

En ce moment, sur les réseaux sociaux, vous êtes probablement inondés de publications sur le développement personnel et peut-être même de messages de vos proches annonçant qu'ils resteront sobres pendant tout le mois de janvier.

Mais interrompre sa consommation d'alcool pendant peu de temps peut-il réellement avoir des effets bénéfiques sur la santé ?

Nous avons posé la question au Dr Rajiv Jalan, professeur d'hépatologie à l'University College London, qui a étudié les effets d’un mois de janvier sans alcool.

"Nous avons constaté que rester sobre pendant le mois de janvier avait des effets bénéfiques significatifs sur la santé. L’effet le plus important que nous avons observé chez les patients est la sensation d’avoir plus d'énergie, une meilleure concentration et un sommeil de qualité. Nous avons suivi les patients après 3 à 6 mois pour leur demander quel était l'impact du “Dry January” sur eux. D'une manière générale, ils se sont sentis tellement bien au cours du dernier mois qu'ils ont eu davantage peur de se remettre à boire, surtout en semaine. Au cours des 6 mois suivants, leur consommation d'alcool est restée faible."

Selon l'Organisation mondiale de la santé, consommer de l'alcool n’est pas sans danger, quelle que soit la quantité. Et ne pas boire d'alcool est le seul moyen d'éviter ses effets néfastes.

Près d'1 Européen sur 5 a déclaré avoir eu des périodes de consommation excessive d'alcool (plus de 6 unités d'alcool en une seule fois) au moins une fois par mois en 2019. Mais certains experts ont mis en garde contre le fait que le “Dry January” pourrait déclencher un effet boomerang négatif, un peu comme un régime restrictif, où l'on s'abstient d'abord, puis on finit par se goinfrer.

Le British Liver Trust suggère de s'abstenir de boire 2 ou 3 jours par semaine, afin de permettre au foie de se reposer régulièrement, plutôt que de s'abstenir pendant un mois et de reprendre ensuite ses vieilles habitudes. 

Mais selon Joe Marley, directeur de la communication à Alcohol Change UK, l'organisation caritative qui a lancé la campagne Dry January en 2013, des études ont démontré le contraire.

"C'est un peu un mythe de penser que les gens consomment plus d’alcool après avoir participé au "Dry January”. 7 personnes sur 10 boivent de manière plus réfléchie et plus saine, même six mois après ce challenge. Il n'y a donc pas vraiment de preuves que les gens retombent dans leurs vieilles habitudes à la fin du mois de janvier."

Y a-t-il quelqu'un qui ne devrait pas participer "Dry January” ? Selon tous les experts que nous avons interrogés, la campagne est destinée aux buveurs dits “sociaux”, et non aux personnes qui cherchent à se remettre d’une consommation d’alcool excessive.

Mais si le “Dry January” vous semble trop difficile à suivre, vous pouvez aussi essayer le "Damp January”. Cela signifie que vous vous autorisez à boire un verre ou deux uniquement lors d'occasions spéciales telles qu'un anniversaire ou un mariage.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

The Cube : l'étoile de David sur le drapeau palestinien dès 1939 ?

De Sydney à Paris, le monde a célébré le Nouvel-An

Les partis ont-ils présenté de faux candidats lors des élections législatives au Royaume-Uni ?