Les élections européennes pourraient constituer un tournant majeur pour l'extrême droite

Le vice-premier ministre italien Matteo Salvini, chef de la Ligue (droite populiste), à gauche, se tient sur scène avec la dirigeante de l'extrême droite française Marine Le Pen.
Le vice-premier ministre italien Matteo Salvini, chef de la Ligue (droite populiste), à gauche, se tient sur scène avec la dirigeante de l'extrême droite française Marine Le Pen. Tous droits réservés Claudio Furlan/Claudio Furlan/LaPresse
Par Eloise Hardy avec Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié
Cet article a été initialement publié en anglais

Six mois avant les élections européennes, les sondages annoncent de bons résultats pour les deux groupes les plus à droite du Parlement européen.

PUBLICITÉ

Un sondage réalisé en décembre par l'agrégateur, Europe Elects, suggère que, s'ils étaient combinés, le groupe d'extrême droite, Identité et Démocratie (ID), et le groupe eurosceptique des Conservateurs et Réformistes européens (ECR) pourraient rassembler suffisamment de soutien pour égaler la taille du Parti populaire européen de centre-droit (PPE) - actuellement le groupe le plus important du Parlement.

Mais le sondage prédit également que la coalition informelle entre le Parti populaire européen (PPE) de centre-droit, les Socialistes et Démocrates (S&D) de centre-gauche et le parti centriste-libéral, Renouveler l'Europe (RE) conservera sa confortable majorité absolue, avec 404 sièges sur 705.

Toutefois, la coalition pourrait être confrontée à une rude concurrence, si les partis d'extrême droite européens continuent de voir leur soutien s'accroître.

Le groupe Identité et Démocratie (ID) a gagné 12 % dans sa projection de sièges, selon le sondage d'Europe Elects, atteignant ainsi son plus haut niveau depuis février 2020. La dirigeante du Rassemblement national français, Marine Le Pen, et le vice-premier ministre italien, Matteo Salvini, tous deux eurosceptiques de premier plan, appartiennent à ce parti.

Les Conservateurs et réformistes européens (ECR) sont également en légère hausse, à 11 %. Le groupe a été soutenu par le récent succès électoral de son parti membre, Fratelli d'Italia, dont la dirigeante Giorgia Meloni est devenue la première femme premier ministre d'Italie en octobre 2022. Le parti polonais, Droit et Justice, et le parti espagnol d'extrême droite, Vox, appartiennent également à l'ECR.

Les projections pourraient poser des problèmes aux principaux partis européens.

"Si vous combinez les deux [ID et ECR], sans tenir compte de la probabilité qu'ils forment un groupe ensemble, ce qui est l'une des choses dont les gens discutent, cela donnerait un résultat de 23 %, ce qui serait à peu près le même que le résultat du Parti populaire européen, le centre droit ", indique Jakub Rogowiecki, analyste chez Europe Elects, à Euronews.

Mais il y a des obstacles à l'union des partis d'extrême droite, à savoir leurs différences idéologiques sur des questions telles que la guerre en Ukraine, l'immigration ou même l'intégration européenne.

"Cela pourrait conduire à une coopération sur des questions spécifiques afin de changer le ton et les décisions au niveau européen, ainsi que le mouvement général vers les politiques de droite", explique Jakub Rogowiecki. "Les questions telles que la migration en particulier, sont parmi les principaux facteurs qui poussent les gens à mettre en oeuvre des politiques. C'est pourquoi même s'il n'y a pas de fusion entre ECR, ID et Fidesz, cela pourrait certainement affecter la coalition qui pourrait être formée lors des prochaines élections", précise-t-il encore.

Le premier ministre hongrois, Viktor Orban, a retiré son parti au pouvoir, le Fidesz, du principal groupe de centre-droit du PPE en 2021, deux ans après que la suspension du parti par l'alliance politique du PPE.

Des accords pourraient être conclus si le Parlement bascule en faveur de certains - Manfred Weber, président du PPE, par exemple, a insisté sur la coopération avec ECR au cours des derniers mois. Manfred Weber a demandé au Parlement européen de conclure le nouveau pacte sur l'immigration et l'asile avant que les Européens ne se rendent aux urnes, afin que les gouvernements aient quelque chose à montrer aux électeurs sceptiques.

L'approche de Manfred Weber a été critiquée par les Socialistes et les Verts, qui y voient une tentative de pacifier l'extrême droite et d'imiter son programme radical sous un vernis de centrisme.

Mais plusieurs partis membres du PPE ont conclu ces dernières années des accords de coalition avec des formations d'extrême droite afin d'accéder au pouvoir.

Non seulement les partis sont divisés, mais les États membres de l'Union européenne le sont également. Le vote pour les élections européennes passe par la perspective nationale - qui peut souvent être très différente d'un État membre à l'autre.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Élections européennes: quel engagement des jeunes français ?

Les populistes de droite pourraient prendre le contrôle du Parlement européen pour la première fois

Elections européennes : le centre-gauche admet préférer une alliance avec les progressistes