PUBLICITÉ

Il y a "une normalisation de la détention" des migrants

Des migrants arrivés sur l'île italienne de Lampedusa
Des migrants arrivés sur l'île italienne de Lampedusa Tous droits réservés Valeria Ferraro/AP
Tous droits réservés Valeria Ferraro/AP
Par Stefan Grobe
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le Parlement européen a adopté de justesse cette semaine la réforme de la politique migratoire. Cette courte majorité révèle les fractures au sein de l’UE à propos du nouveau pacte sur la migration et l’asile.

PUBLICITÉ

Après des années de négociations, le Parlement européen a adopté le nouveau pacte européen sur la migration et l'asile. Cette réforme destinée à rationaliser la politique migratoire et à remédier au statu quo actuel.

Pourtant, le compromis ne fait pas l’unanimité. Certains souhaitent des règles encore plus strictes, d'autres s'inquiètent du respect des droits de l'Homme des migrants et de leurs familles. Euronews a interrogé Eve Geddie, responsable du bureau européen d'Amnesty International.

Euronews :

Amnesty s'est montrée très critique depuis le début de cette réforme. Mais y a-t-il des éléments positifs dans le pacte ?

Eve Geddie :

Il est positif dans la mesure où nous avons maintenant un accord, positif dans la mesure où les négociations en cours sont arrivées à leur terme. Mais en ce qui concerne les détails techniques de l'accord, pour nous, ce n'est pas du tout positif. Il s'agit en fait d'un affaiblissement de la législation en matière d'asile. Nous avons aussi, vous le savez, un déploiement de la détention, une augmentation de la détention et une normalisation de la détention, à travers l'Europe. Et nous avons ce qui est vraiment une sorte d'approche du plus petit dénominateur commun. L'Europe, en tant que groupe de 27 Etats, a l'opportunité d'adopter une approche commune et de proposer quelque chose de vraiment mieux.

Euronews :

Vous dites que le pacte exposerait les gens à un risque accru de violations des droits de l'Homme ?

Eve Geddie :

Exactement. Parce que, ce que nous voyons aussi avec ce pacte, c'est qu'il y aura moins de soutien juridique pour les personnes lorsqu'elles arrivent. Elles seront soumises à une procédure accélérée. Avec ce pacte, les États membres de l'UE ont créé cette fiction juridique de non-entrée, de sorte qu'une personne peut se trouver physiquement sur le territoire européen, mais se voir refuser par le pacte les protections et les droits qui s'y rattachent. C'est quelque chose de très préoccupant, même au-delà de la migration, pour l'Etat de droit et les droits de l'Homme en Europe de manière plus générale.

Euronews :

Pourtant, les défenseurs de la réforme considèrent qu'il s'agit d'une amélioration. Qu'en pensez-vous ?

Eve Geddie :

Je pense que nous aimerions que les eurodéputés soient moins fiers d'être parvenus à un accord et qu'ils assument davantage leurs responsabilités quant aux conséquences réelles de cet accord. Pour nous, il n'améliorera en rien la réponse commune de l'Europe à l'immigration et ne protégera pas tous les peuples des frontières. Nous appelons depuis longtemps les institutions de l'UE et les États membres à s'éloigner des intérêts politiques à court terme, qui mettent de côté les droits de l'Homme, et à s'intéresser à un dispositif à long terme qui soit à l'épreuve du temps. Là encore, les critiques sont nombreuses de part et d'autre.

Euronews :

Dans le monde, plus de 110 millions de personnes sont déplacées de force. À quoi peut-on s'attendre lorsque le pacte entrera en vigueur en 2026 ?

Eve Geddie :

Je pense que lorsqu'il entrera en vigueur, les normes que nous avons fixées en tant qu'Amnesty sont très basses pour nous. Ces normes sont bien plus basses que ce que nous aurions souhaité et que ce que le droit international et le droit international des réfugiés exigent. Il est important, je pense, que la Commission commence à appliquer les normes qu'elle a mises en place. Ce n'est pas que nous soyons arrivés en 2024 sans normes européennes ou internationales. Nous les avons. Mais ce que nous avons, ce sont des États membres qui choisissent d'adhérer ou non à ces normes et qui les violent souvent de manière flagrante. Pour nous, l'essentiel sera donc de faire respecter les normes existantes et d'en rendre compte.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

France : les évacuations de squats de migrants s'intensifient à l'approche des JO de Paris

France : au moins cinq personnes sont mortes lors d'une traversée de la Manche

Ilaria Salis va sortir de prison