EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

"Accords historiques" au G7 pour Volodymyr Zelensky

Le président ukrainien Volodymyr Zelenskyy s'adresse aux journalistes après avoir signé un accord de sécurité bilatéral avec Joe Biden lors du sommet du G7, 13 juin 2024.
Le président ukrainien Volodymyr Zelenskyy s'adresse aux journalistes après avoir signé un accord de sécurité bilatéral avec Joe Biden lors du sommet du G7, 13 juin 2024. Tous droits réservés Andrew Medichini/Copyright 2024 The AP. All rights reserved
Tous droits réservés Andrew Medichini/Copyright 2024 The AP. All rights reserved
Par Jean-Philippe LiabotEuronews avec AP
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié
Cet article a été initialement publié en anglais

Le président ukrainien repart avec deux accords majeurs.. L'un avec Washington et l'autre avec le Japon. Les intérêts des avoirs russes gelés, représentant près de 46 milliards d'euros, seront également débloqués pour Kyiv en fin d'année.

PUBLICITÉ

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a remercié les dirigeants des pays du G7 d'avoir dans un premier temps gelé les avoirs russes depuis l'invasion de l'Ukraine par Moscou il y a plus de deux ans, et s'est félicité du consensus obtenu à l'issue de la réunion ce jeudi.

En effet, un accord a ouvert la voie à un programme de prêts de 46 milliards d'euros pour Kyiv.

"Nous sommes parvenus à un accord politique pour apporter un soutien financier supplémentaire à l'Ukraine, d'environ 50 milliards de dollars (46 milliards d'euros), d'ici la fin de l'année, grâce à un système de prêts", a déclaré la Cheffe du gouvernement italien, Giorgia Meloni, qui accueille le sommet dans la région des Pouilles, dans le sud du pays.

Le financement de ce prêt proviendrait des intérêts perçus sur les bénéfices générés par les actifs gelés de la Banque centrale russe.

Les détails de l'accord sont encore en cours de finalisation, mais les fonds pourraient parvenir à Kyiv avant la fin de l'année.

La majeure partie de l'argent serait fournie sous la forme d'un prêt du gouvernement américain, garanti par les bénéfices exceptionnels générés par les quelque 278 milliards d'euros d'actifs russes immobilisés, selon une estimation du Conseil européen.

La grande majorité de cet argent est détenue dans des pays de l'Union européenne.

"Des décisions ont été prises concernant l'utilisation des actifs russes au profit de l'Ukraine, le G7 ayant fait un premier pas significatif concernant les 50 milliards de dollars. Merci " ! ,a déclaré M. Zelensky dans son allocution vidéo nocturne.

Cette décision a mis en colère le Kremlin, et notamment l'ancien président russe Dmitri Medvedev, pour qui une ligne a été franchie.

Comment cet argent pourrait-il être utilisé ?

Au-delà des coûts de la guerre, les besoins sont considérables. La dernière évaluation de l'Ukraine par la Banque mondiale, publiée en février, estime que les coûts de reconstruction et de redressement du pays s'élèveront à 450 milliards d'euros au cours des dix prochaines années.

Pourquoi ne pas donner à l'Ukraine les avoirs gelés ?

Depuis plus d'un an, des fonctionnaires de plusieurs pays débattent de la légalité de la confiscation de l'argent et de son envoi à l'Ukraine.

Les États-Unis et leurs alliés ont immédiatement gelé tous les avoirs de la banque centrale russe auxquels ils avaient accès lorsque Moscou a envahi l'Ukraine en 2022.

Ces actifs sont immobilisés et Moscou ne peut y avoir accès, mais ils appartiennent toujours à la Russie.

Bien que les dirigeants aient pris une décision politique, les détails techniques et juridiques de l'accord doivent encore être réglés.

Si les actifs russes sont dégelés à l'avenir, les bénéfices exceptionnels ne seront plus disponibles pour rembourser le prêt, ce qui nécessitera un accord de partage des charges avec d'autres pays.

PUBLICITÉ

Accords de sécurité

Volodymyr Zelensky a conclu la première journée du sommet en annonçant la signature de deux nouveaux accords avec des partenaires internationaux.

"Aujourd'hui, presque toutes nos réunions sont axées sur ce que disent nos militaires, sur nos besoins et nos capacités actuelles, si l'approvisionnement est suffisant et opportun. Avec tous les dirigeants, nous discutons de l'accélération de la livraison des aides annoncées à l'Ukraine", a-t-il déclaré.

Les présidents Joe Biden et Volodymyr Zelensky au G7 le 13 juin 2024
Les présidents Joe Biden et Volodymyr Zelensky au G7 le 13 juin 2024Andrew Medichini/Copyright 2024 The AP. All rights reserved

Il a signé avec le président américain Joe Biden un accord de sécurité décennal que les deux parties ont salué comme une étape importante dans leurs relations et qui vise, selon M. Biden, à "renforcer les capacités de défense et de dissuasion de l'Ukraine".

M. Biden a indiqué que les États-Unis s'étaient engagés auprès de cinq pays, qu'il n'a pas nommés, à fournir à l'Ukraine des missiles Patriot et d'autres systèmes de défense aérienne.

PUBLICITÉ

Il a ajouté que les pays qui attendaient les mêmes systèmes de la part de Washington ont été informés qu'ils allaient devoir attendre, car "tout ce que nous avons sera envoyé à l'Ukraine jusqu'à ce que leurs besoins soient satisfaits".

Nous avons pris trois mesures importantes au G7 qui montrent collectivement à Poutine qu'il ne peut pas nous atteindre, qu'il ne peut pas nous diviser et que nous serons aux côtés de l'Ukraine jusqu'à ce qu'elle l'emporte dans cette guerre.
Joe Biden
Président des États-Unis

"En ce qui concerne le plan, il est en cours d'élaboration. Nous discutons avec nos amis ukrainiens de ce qu'il faudrait faire exactement. Nous avons beaucoup progressé dans ce sens. Nous en connaissons les grandes lignes. Nous n'avons pas encore réglé tous les détails, mais nous savons ce que l'Ukraine est capable de faire lorsqu'on lui donne les moyens de se défendre. Et c'est exactement ce qu'elle fait actuellement", a déclaré Joe Biden.

Une partie de l'accord de sécurité comprendrait une aide militaire et une aide à la formation, mais n'engage pas Washington à déployer des troupes sur le terrain en Ukraine.

Joe Biden a également souligné que l'assistance en matière de sécurité ne fournirait pas à l'Ukraine des armes lui permettant de frapper des cibles à l'intérieur de la Russie.

PUBLICITÉ

"Il est tout à fait logique que l'Ukraine soit en mesure d'éliminer ou de combattre ce qui passe la frontière. En ce qui concerne les armes de longue portée, les armes à plus longue portée à l'intérieur de la Russie, nous n'avons pas changé notre position à ce sujet", a-t-il précisé.

Volodymyr Zelensky a également signé un accord de sécurité de dix ans avec le Premier ministre japonais, Fumio Kishida. Cet accord prévoit que le Japon débloque 4,5 milliards de dollars (4,1 milliards d'euros) pour l'Ukraine cette année, afin de financer la sécurité et la défense, l'aide humanitaire et la coopération technique.

M. Zelensky a qualifié d'"historique" cet accord, le premier que l'Ukraine ait signé avec un pays non membre de l'OTAN.

"Nous avons porté nos relations avec le Japon à un niveau que peu de pays européens ont atteint. L'Ukraine l'apprécie beaucoup. Nous travaillons ensemble dans les domaines de la sécurité, de la politique et de l'économie. Nous souhaitons également que l'Ukraine et le Japon soient des partenaires étroits dans la reconstruction, dans le rétablissement d'une vie normale pour notre peuple. Et il en sera ainsi ", a déclaré le président ukrainien.

PUBLICITÉ

Le sommet du G7 réunit les dirigeants du Canada, de la France, de l'Allemagne, de l'Italie, du Japon, du Royaume-Uni et des États-Unis, ainsi que le président du Conseil européen et le président de la Commission européenne représentant l'UE.

Il se tient jusqu'au 15 juin.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

G7 : un accord trouvé pour décaisser 50 milliards de dollars pour l’Ukraine

L'Allemagne fait fermer le Centre islamique de Hambourg

La difficile composition de la prochaine Commission européenne