EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Un échange de prisonniers entre l'Iran et la Suède : le diplomate suédois Johan Floderus libéré

Sur cette photo publiée par l'agence de presse Mizan le mercredi 20 décembre 2023, Johan Floderus se tient dans une salle d'audience du tribunal révolutionnnaire de Téhéran.
Sur cette photo publiée par l'agence de presse Mizan le mercredi 20 décembre 2023, Johan Floderus se tient dans une salle d'audience du tribunal révolutionnnaire de Téhéran. Tous droits réservés Hossein Yarahmad/AP
Tous droits réservés Hossein Yarahmad/AP
Par Serge Duchêne avec AP
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

L'Iran a libéré Johan Floderus, un Suédois qui travaillait pour le corps diplomatique de l'UE, ainsi qu'un homme identifié comme Saeed Azizi par le Premier ministre suédois Ulf Kristersson.

PUBLICITÉ

L'Iran et la Suède ont procédé samedi à un échange de prisonniers prévoyant la libération de Hamid Nouri, condamné par la Suède pour crimes de guerre lors d'exécutions de masse en 1988 dans la République islamique, en échange d'un diplomate de l'Union européenne et d'un autre homme détenu par Téhéran.

L'Iran a libéré Johan Floderus, un Suédois qui travaillait pour le corps diplomatique de l'UE, ainsi qu'un homme identifié comme Saeed Azizi par le Premier ministre suédois Ulf Kristersson.

Ils "sont maintenant dans un avion qui les ramène en Suède, et seront bientôt réunis avec leurs familles", a écrit M. Kristersson sur la plateforme sociale X.

L'Oman a servi de médiateur pour l'échange, a indiqué l'agence de presse gouvernementale Oman News Agency. La télévision d'État iranienne a indiqué que M. Nouri avait déjà été libéré et qu'il allait rentrer à Téhéran.

De son côté, la présidente sortante de la Commission Européenne, Ursula von der Leyen, s'est félicitée sur X de la libération de Floderus, dont le destin Bruxelles suivait de près.

"Je suis ravie d'apprendre que notre collègue suédois Johan Floderus et son compatriote Saeed Azizi ont été libérés d'une détention iranienne injustifiée.

Je leur souhaite de bonnes retrouvailles avec leurs proches.

Félicitations à la Suède pour son travail persévérant en vue de parvenir à ce résultat".

Prison à vie pour exécutions massives

En 2022, le tribunal de district de Stockholm a condamné Nouri à la prison à vie pour son rôle dans les exécutions. Il l'a identifié comme assistant du procureur adjoint à la prison de Gohardasht, à l'extérieur de la ville iranienne de Karaj.

Les exécutions de masse de 1988 ont eu lieu à la fin de la longue guerre entre l'Iran et l'Irak. Après que le guide suprême iranien de l'époque, Ruhollah Khomeini, eut accepté un cessez-le-feu négocié par les Nations unies, des membres du groupe d'opposition iranien Mujahedeen-e-Khalq, lourdement armés par Saddam Hussein, ont franchi la frontière iranienne lors d'une attaque surprise.

L'Iran a finalement repoussé leur assaut, mais l'attaque a ouvert la voie aux simulacres de nouveaux procès de prisonniers politiques, de militants et d'autres personnes, qui allaient être connus sous le nom de "commissions de la mort".

Les groupes internationaux de défense des droits estiment que près de 5 000 personnes ont été exécutées. L'Iran n'a jamais reconnu pleinement les exécutions, apparemment effectuées sur ordre de Khomeini, bien que certains affirment que d'autres hauts responsables étaient effectivement en charge dans les mois précédant sa mort en 1989.

Le président iranien Ebrahim Raisi, tué dans un accident d'hélicoptère en mai, a également été impliqué dans les exécutions de masse.

La famille de M. Floderus a déclaré qu'il avait été arrêté en avril 2022 à l'aéroport de Téhéran alors qu'il revenait de vacances avec des amis. Sa détention représente un nouveau cas d'utilisation par Téhéran d'étrangers ou de personnes ayant une double nationalité comme pions dans les négociations avec l'Occident.

Le cas d'Azizi n'est pas aussi important que celui de Floderus. En février, le groupe Human Rights Activists in Iran a rapporté que le ressortissant irano-suédois avait été condamné à cinq ans de prison par le tribunal révolutionnaire de Téhéran pour "rassemblement et collusion contre la sécurité nationale". Le groupe a déclaré qu'Azizi souffrait d'un cancer. Il a été victime d'un accident d'hélicoptère en mai, et a également été impliqué dans les exécutions de masse.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Iran : la foule se masse à Téhéran pour les funérailles d'Ebrahim Raïssi

Le diplomate suédois de l'UE Johan Floderus est emprisonné en Iran depuis deux ans

Le diplomate suédois de l'UE Johan Floderus est emprisonné en Iran depuis plus de 650 jours