PUBLICITÉ

Un Argentin invente un brouilleur d'ondes pour fait taire la musique de son voisin grâce à l'IA

Reggaeton Be Gone 1.0.
Reggaeton Be Gone 1.0. Tous droits réservés Roni Bandini / Medium
Tous droits réservés Roni Bandini / Medium
Par Roberto Ferrer
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

Lassé de voir son voisin jouer du reggaeton à tue-tête, un programmeur argentin a décidé de remédier à la situation grâce à un brouilleur d'ondes de son invention lié l'IA qui est devenue virale.

PUBLICITÉ

Roni Bandini, programmeur et artiste argentin, a un voisin qui aime le reggaeton, mais qui le joue généralement à des heures indues, avec un haut-parleur Bluetooth près de son mur.

Alors que beaucoup de gens demanderaient à leur voisin de baisser le volume de sa musique, Roni a résolu son problème d'une manière différente : en inventant une machine appelée "Reggaeton Be Gone" (le reggaeton s'en va).

Il s'agit d'une boîte équipée d'un microphone, d'un petit ordinateur et d'un algorithme qui détecte lorsqu'une chanson de reggaeton est diffusée et interfère avec le haut-parleur sur lequel elle est jouée.

Roni Bandini a raconté son histoire dans une vidéo qui est devenue virale. Il montre non seulement le fonctionnement de l'appareil, mais explique également comment il l'a fabriqué, à l'aide de matériaux facilement disponibles et d'un code qu'il a lui-même programmé.

Il affirme avoir d'abord entraîné un modèle d'intelligence artificielle (IA) à reconnaître spécifiquement les chansons de reggaeton. Pour ce faire, il a téléchargé des morceaux représentatifs du genre et les a téléchargés sur Edge Impulse, une plateforme de développement de l'apprentissage automatique.

Je comprends que brouiller le haut-parleur d'un voisin peut être illégal, mais d'un autre côté, écouter du reggaeton tous les jours à 9 heures du matin devrait définitivement être illégal
Roni Bandini
Programmeur et artiste

Une fois l'IA prête, il fallait passer au matériel. Le programmeur dit avoir ajouté une façade imprimée en 3D et un petit écran OLED à une boîte métallique. À l'intérieur, il a placé un Raspberry Pi 3 dans lequel il a chargé le modèle d'IA qu'il avait entraîné.

Pour détecter la musique, il a ajouté un microphone et écrit un code Python pour le surveiller et envoyer les sons au logiciel de reconnaissance.

Roni Bandini et son brouilleur d'ondes fait maison.
Roni Bandini et son brouilleur d'ondes fait maison.Roni Bandini / Medium

Que se passe-t-il si la machine détecte du reggaeton ?

"Si l'inférence dépasse un certain niveau de reconnaissance, par exemple 75 % de certitude qu'il s'agit du genre préféré de mon voisin, la machine envoie plusieurs requêtes et paquets [via Bluetooth] au haut-parleur, dont je possède l'adresse MAC, afin de l'éteindre ou au moins de brouiller l'audio", a expliqué l'Argentin dans une vidéo publiée sur les médias sociaux.

Il s'est inspiré de TV-B-Gone, une télécommande universelle lancée en 2004 et capable d'éteindre les téléviseurs dans les lieux publics tels que les magasins, les bars et les salles d'attente. Elle a été créée par Mitch Altman, un hacker et inventeur américain.

"Je comprends que brouiller le haut-parleur d'un voisin puisse être illégal, mais d'un autre côté, écouter du reggaeton tous les jours à 9 heures du matin devrait certainement être illégal", a ajouté M. Bandini dans sa vidéo sociale.

Son invention est devenue virale, mais il refuse d'en faire une activité commerciale.

"Je comprends l'énorme opportunité commerciale que représente la fabrication de cet équipement et sa vente en masse, mais comme l'a dit Bartleby, "je préfère ne pas le faire"", a-t-il écrit dans un message publié sur Medium.

Signe de son désintéressement, il a mis en ligne gratuitement un guide d'utilisation de son invention.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Où puis-je voir l'éclipse solaire de lundi en Europe ?

Tensions internationales : les bunkers de luxe ont le vent en poupe

Madrid va transformer des immeubles de bureaux vacants en logements