PUBLICITÉ

Le train plutôt que l'avion : les rames les plus rapides d'Europe conquièrent l'Italie

Le train ETR1000 d'Hitachi Rail, ici sous les couleurs de la compagnie espagnole Iryo.
Le train ETR1000 d'Hitachi Rail, ici sous les couleurs de la compagnie espagnole Iryo. Tous droits réservés Hannah Brown / Euronews Travel
Tous droits réservés Hannah Brown / Euronews Travel
Par Hannah Brown (adapté de l'anglais)
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

Fort du succès de ses lignes à grande vitesse, la compagnie nationale Trenitalia cherche à capter une partie de la clientèle du secteur aérien, en mettant notamment en avant l'argument du temps de trajet.

PUBLICITÉ

Les trains à grande vitesse offrent un moyen de plus en plus populaire pour explorer le continent européen. En Italie, le nombre de passagers sur ce type de lignes a augmenté de 517 % en dix ans, passant de 6,5 millions en 2008, à 40 millions en 2018. 

En décembre 2021, la ligne Paris-Milan de Trenitalia a été mise en service, desservie par l'ETR1000 d'Hitachi Rail. Ce train peut atteindre une vitesse commerciale de 360 km/h (contre 320 km/H pour le TGV français) ce qui en fait le train le plus rapide d'Europe.

Les ETR1000 circulent déjà en Italie, en France et en Espagne (où ils sont exploités par ILSA sous le nom d'IYRO). Point fort : ses rames sont adaptées à des voies déjà installées dans cinq autres pays européens, ce qui pourrait faciliter d'éventuelles futures liaisons.

Prendre l'avion est 20 fois pire pour l'environnement que prendre le train

"Si l'on considère les émissions, l'avion est le pire (moyen de transport) car celles-ci sont sept fois plus importantes que celles des voitures {...} et 20 fois plus que celles du train", explique Luca D'Aquila, directeur d'exploitation de l'usine italienne d'Hitachi à Pistoia en Toscane, à Euronews Green. L'ETR1000 fonctionne grâce à des moteurs électriques qui n'engendrent pas de pollution de l'air, et est construit à partir de 94,4 % de matériaux recyclables.

L'Union européenne s'est fixée pour objectif de réduire ses émissions de 55 % d'ici à 2030 et d'atteindre la neutralité climatique totale d'ici à 2050. Bien que l'Europe s'oriente vers les voitures électriques, pour réduire les émissions liées aux déplacements personnels, les transports en commun restent un meilleur choix.

"Les transports en commun sont bien plus efficaces que les transports individuels. Les voitures individuelles consomment, par exemple environ sept fois plus d'électricité", explique Herald Ruijters, directeur de l'organe de la Commission européenne chargé des transports dans l'Union. "Même à l'avenir, lorsque nous aurons totalement décarboné les transports, il faudra encore compter sur les transports en commun pour des raisons de capacité, mais aussi d'efficacité énergétique."

Voyager en train est plus facile qu'en avion

L'Hitachi ETR1000 dispose de quatre types de wagons différents : Executive, Business, Premium et Standard. Cette dernière catégorie offre des sièges en cuir confortables. Et comme le train se targue d'être le plus silencieux d'Europe, le voyage promet un confort sonore élevé, peu importe le billet choisi.

En tenant compte du temps supplémentaire perdu pour accéder à l'aéroport, passer les contrôles de sécurité et l'attente, la différence entre un voyage en avion ou en train peut s'avérer bien moins désavantageuse pour le rail qu'il n'y paraît. Par exemple, un vol direct Milan-Rome dure environ 1 heure 10 minutes. Le service ETR1000 italien, connu sous le nom de Frecciarossa ("la flèche rouge") opéré par Trenitalia, relie lui les deux villes en 3 heures 15 minutes. Et comme il n'est pas nécessaire de se rendre à la périphérie de la ville pour rejoindre l'aéroport, le temps nécessaire pour relier les deux centre-villes s'avère peu ou prou égal.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Après les hôtels réservés aux adultes, des avions sans enfants ?

Nappe à carreaux taille XXL : pique-nique géant sur les Champs-Elysées

Un village suisse pris d'assaut par les touristes envisage un droit d'entrée à la Venise pour ceux qui arrivent en voiture